Humeurs

Tous drogués ?

Il y a quelques jours, Antonio Maria Costa, responsable du bureau des Nations Unies contre le crime et les stupéfiants en Grande-Bretagne, a pointé du doigt Amy Winehouse et Kate Moss. Selon lui, elles encouragent l’usage de drogue auprès des jeunes. “Regardez Kate Moss qui continue à signer des contrats très lucratifs alors qu’elle a été photographiée en train de sniffer de la cocaïne. Et des rock stars comme Amy Winehouse qui deviennent populaires en chantant ‘Je ne veux pas aller en cure de désintox’, même si elle en aurait grandement besoin”, s’est-il offusqué.

Tous drogués ? Bien sûr, vous allez me dire, des icônes trashy et déjantées, il y en a toujours eu. En son temps, Elvis ne faisait pas mieux, Mick Jagger non plus. Il était de notoriété publique que Marylin gobait des médocs plus souvent qu’elle ne s’alimentait. Plus tard, River Phoenix, emblème du cinéma indépendant américain des années 90 mourait à la sortie d’une boîte de nuit. Overdose. Et tant qu’à parler de gueules d’ange défoncées, que dire d’Arthur Rimbaud, pas en reste non plus pour ce qui est de fumer de l’opium ?

Bref, tous drogués les artistes ? Franchement, je ne suis pas sociologue et je n’en sais rien. J’observe juste que ces êtres souvent à fleur de peau et tombés dans la popularité probablement trop jeunes, présentent une aptitude un peu plus développée que la moyenne à user de substances illicites. Et j’ai envie de dire, jusque là, rien de nouveau sous le soleil. Et à mon humble avis, rien de très inquiétant en ce qui concerne un éventuel risque de contagion chez les plus jeunes. Pas plus que la mode des mannequins maigres n’est forcément responsable de l’anorexie de certaines jeunes filles. L’addiction, quelle qu’elle soit, est une maladie qui trouve sa source plus loin que dans les magazines.

En revanche, ce qui me semble plus préoccupant, c’est le côté trendy de la cure de désintox, nouvellement appelée rehab. Tout de suite, dire “je vais en rehab”, c’est glamour. Un peu comme dire “je porte des leggings” est plus fashion que d’avouer adorer les caleçons.

Plus grave encore, la constante surexposition de filles sorties de nulle part, qui ne se sont pour le coup jamais distinguées pour un autre talent que de faire du shopping et manger un demi-concombre par jour, assaisonné de cocaïne. Je veux parler des Nicole Richie, Lindsay Truc ou autres sous-Britney Spears. Là, déjà, je crains que ce soit plus néfaste. Parce qu’autant Amy Whinehouse, toute défoncée soit-elle, a indéniablement du talent et mérite qu’on parle d’elle au moins pour ça, autant Nicole Richie a un QI inversement proportionnel à la taille de ses lunettes de soleil. Et mettant ainsi ces décérébrées sur le devant de la scène sans qu’elles n’aient rien fait d’autre que se foutre en l’air à petit feu, c’est envoyer un drôle de message à toute les lolitas qui ont pour unique rêve d’être célèbres. Finalement, point besoin de savoir chanter, peindre ou jouer la comédie pour être une cover-girl. Il suffit de s’affamer et s’exhiber dans des états proches de l’Ohio.

Alors oui, j’avoue, voir Kate engranger des campagnes de pub depuis qu’on l’a prise le nez dans la farine, ça ne me fait ni chaud ni froid. Tout simplement parce qu’avant d’être toxico, la miss est une véritable professionnelle, qu’on l’apprécie ou non. Et je ne vois pas pourquoi elle serait pénalisée alors qu’on se doute bien qu’elle n’est pas la seule top à s’en mettre plein le pif. En revanche, lorsque le Elle me sert chaque semaine Nicole Richie en modèle de branchitude ou sa pote Lindsay qui a en tout et pour tout tourné deux films loupés dans sa vie, oui, ça me rend fumasse. Et ça m’inquiète. Parce que les icônes doivent faire rêver. Et que là, lorsque je les regarde, c’est plutôt de l’ordre du cauchemar…

9 Responses to “Tous drogués ?”

  • Je vais te dire: je me fous aussi de ce que sniffe Kate Moss et autres qui à la rigueur méritent leur célébrité.
    Mais c’est vrai que maintenant la cure de désintox c’est comme le bac en quelque sorte, tant que t’as pas fait ca, tu vas pas plus loin. Je dirais aussi que si j’avais une fille, je prefererais encore qu’elle adule Britney ou Kate, plutot que Paris ou Lyndsay, dont le seul talent, de près ou de loin, c’est de boire et de montrer sa culotte quand elles en ont une. Britney, de temps en temps, elle fait quelque chose… Paris, bon moi j’ai toujours pas compris ce qu’elle fait…

  • On est totalement d’accord, girlzounette. En gros, ce n’est pas que le talent excuse tout, mais qu’il y en ait un tout petit peu ne nuit pas…

  • en même temps les filles, rehab ça fait peut-être Glam…
    Mais j’vous assure qu’une cure de desintox c’est tout sauf Glam… ou peut-être à hollywood.

    Si vous avez vu Trainspotting, il y a une scéne de désinto criante de vérité. Tellement bien faite qu’elle fait mal à ceux qui savent ce que c’est.

  • Entendons nous bien Miss Yoko, moi je ne trouve pas ça glamour la rehab. C’est juste l’image qu’on veut nous vendre…

  • salut les filles, je ne sais pas si c’est le glamour qui est mis en avant… en tout cas c’est un bon moyen pour exciter nos tendances voyeuristes. en tout cas, j’espère que amy winehouse va se sortir de ce mauvais pas car cette fille est une grande, une immense chanteuse et j’espère qu’elle ne va pas se perdre.

  • Oui, je pense comme Miss Yoko, la presse a beau jouer le jeu de la “réhab glam”, une cure de désintox, une vraie, c’est tout sauf glam… Le jeu de la presse fait peut-être trop oublier en ce moment cette réalité.

  • Tout à fait d’accord aussi…

    Je suis de plus en plus frappée par l’intérêt qui semble porté à la vie perso des artistes aux dépends de leurs réalisations : Quand X sort un nouveau roman, on veut savoir si c’est autobiographique, Y nous saoule avec ses opinions politiques…

    Et pendant ce temps-là, on nous balance des “stars” dont le principal boulot est de suffsamment provoquer les photographes pour être en couverture de la presse… pas uniquement people…

  • “Bref, tous drogués les artistes ?” Tout le monde adulte occidental “se drogue” il faudrait peut-être l’admettre sans culpabiliser ni en faire une histoire. La fréquence -qui augmente l’addiction- est le problème, la drogue ne l’est pas. Les artistes sont les seuls qui se foutent de savoir si on le sait ou pas.

    La cure de désintox est devenue banale et trendy parce que la cocaïne est devenue banale et trendy. Je peux m’en trouver d’ici ce soir sans soucis. Ca c’est grave parce que niveau dangerosité la coke est un stade au dessus des classiques alcool/herbe (cette dernière étant devenue une denrée plus que rare).

    Les décérébrées qui font les unes, c’est une façon judéo chrétienne de faire passer le message que “la drogue sai super mal et voilà où ça mène bouuuh”, alors que le pinard… Ben avec tu marraves ta femme et t’es laissé tranquille :)

  • je ne suis pas d’accord avec cet article. pas parce que je pense que ces nanas rendent la drogue “glamour” (il suffit de voir amy winehouse ramper sous son porche pour se convaincre du contraire…..) mais parce qu’aussi bien elle que pete doherty ne respectent pas leur public. ils annulent des concerts, arrivent avec une heure de retard, livrent des prestations lamentables….keith richards n’a jamais manqué un concert, n’est jamais arrivé en retard dans ses pires années de toxicomanie.
    le talent n’excuse pas tout.
    quand à kate moss, sachant que toutes les mannequins sont toxicos, je ne vois pas pourquoi on l’a stigmatisé elle, sauf qu’elle s’est fait prendre…tant que son côté junkie a plu aux annonceurs, ils l’ont laissé se démolir.
    mais le manque de respect envers le public, je trouve ça odieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>