Humeurs

A tous mes compatriotes égarés

Bon je me doute que la plupart d’entre vous s’en fout mais moi je suis très tracassée par une situation qui dure depuis 150 jours dans mon petit plat pays, j’ai nommé La Belgique. Je ne prétends pas faire de la politique ou savoir mieux que quiconque, mais en tant que citoyenne européenne j’ai envie de m’exprimer.

150 jours sans gouvernement je ne sais pas si vous vous rendez bien compte des conséquences que cela peut avoir. Outre le fait de paraître complètement ridicule sur la scène internationale: enfin voyons, un pays de 10 millions d’habitants, au centre de l’Europe, mieux encore capitale de l’Europe, vous ne parvenez pas à vous entendre ? Partout en Europe les yeux sont braqués sur Bruxelles, avec nos idées séparatistes (enfin les idées de nos politiques) nous risquons de réveiller d’autres consciences indépendentistes ce que personne ne souhaite vraiment au sein de l’union européenne.

Alors que cette dernière ne cesse de tenter de s’agrandir et de s’unifier sous une même constitution, nous les belges nous avons réussi à créer 3 communautés différentes et 4 régions sur à peine 30 500km², c’est possible ? Et à présent une de ces régions veut faire bande à part ? RI-DI-CU-LE ! J’ai honte, honte de mes dirigeants, honte de notre système politique, honte de mes compatriotes.

Aucun d’entre eux ne semble prêt à se bouger pour tenter de remettre du plomb dans la cervelle de ceux qui sont sensés nous gouverner. Alors que les prix du carburant ne cessent de grimper faute de régulation (et oui, pas de gouvernement, pas de possibilité de faire baisser les prix), alors que des gens risquent de perdre leur emploi parce qu’aucun gouvernement ne peut réattribuer des budgets aux villes qui les emploient et bien d’autres inconvénients encore; aucun rassemblement populaire ne semble se préparer, aucune action forte.

Un pays c’est avant tout le peuple, c’est à lui de sortir dans la rue et de crier sa rage. Qu’il sorte et s’unisse face au Parlement, qu’il montre qu’il n’est plus d’accord de se laisser diriger et berner par une bande de gamins querelleurs; et notre roi qu’attend-il pour les rappeller à l’ordre et leur mettre une claque sur les doigts ?

Pensez-vous ! J’ai honte, mais aujourd’hui, pour moi, le peuple belge est devenu une fille de joie: alanguie sur son canapé, en échange de son salaire ou de son indemnité de chômage, elle attend de savoir de quelle manière elle va se faire baiser.

Triste pays qui est le mien !

NLDR: à voir aussi, l’article de theRealAmylee sur le même sujet.

19 Responses to “A tous mes compatriotes égarés”

  • Paradoxale Belgique dont je partage avec toi l’amour, la nationalité et la honte parfois…
    Il faudra attendre que la menace de séparation soit plus criante pour voir des gens dans la rue. Et je leur fais confiance, à ce moment-là, ils seront là.
    Le belge a ceci de particulier qu’il fait preuve d’une distance (saine?) vis-à-vis des remous et qu’il se mobilise aussi simplement qu’il s’était fait oublier dès que le coeur lui en dit…

    Je ne suis pas inquiète de l’absence de rassemblement populaire parce que je le sens. Il gronde. Les drapeaux fleurissent, les discours privés s’animent… Quand il sentira son moment venu, il se lèvera.
    P-e un peu tard pour certains…

  • C’est bien triste. Il faut se reprendre, la Belgique a beaucoup d’atouts. J’y suis souvent allée pour mon boulot, Bruxelles, anvers et Bruges restent mes villes favorites.Courage!

  • Enfin! On bouge un peu! Suite à la claque infligée hier aux francophones par les flamands le roi a décidé de confier les affaires communautaires aux “sages” de ce pays (on est pas encore sauvés!) et le 18 novembre une manifestation populaire à Bruxelles se prépare. J’invite mes compatriotes à y participer. “Ô Belgique! Ô Mère chérie! A toi nos coeurs, à toi nos bras,
    A toi notre sang, ô Patrie Nous le jurons, tous, tu vivras,
    Tu vivras, toujours grande et belle, Et ton invincible unité, Aura pour devise immortelle Le Roi, la Loi, la Liberté” (C’est le début de notre hymne national).

  • Je suis belge aussi et je me désespère de cette situation tout comme vous. Je ne comprends toujours pas comment des politiques extrémistes comme le vlaams belang ou la NVA ont encore droit de parole chez nous???!!! Tout ces fachos nous empoisonnent la vie et créent des problèmes là où il n’y en a pas!
    Je veux parler bien sûr de BHV et de Zaventem ou encore de la “frontière linguistique”… Il est grand temps que les politiques francophones arrêtent de penser a leur parti avant de penser a la Belgique. C’est ces gamineries qui poussent les politiques du nord a ne pas nous prendre au sérieux! Pour leur part, il est temps de se rendre compte qu’ils ont eu droit a la solidaritè quand ils étaient dans le besoin. “L’union fait la force” ne sont pas que des paroles en l’air.
    Mais je nous fait confiance. On est un peu des moteurs diesel. Il faut du temps pour se mettre en route mais une fois lancé…
    Je ne cesserai jamais de crier haut et fort que je suis Européen avant tout mais j’aime mon pays, ses contradictions, sa culture,…
    Alors vive le roi, la loi et la liberté!!!

  • Avatar of N.C
    N.C

    bonjour tout le monde

    je vous cache pas que je comprends mal ce qui se passe dans votre pays. apparemment, pas de majorité et evidemment ya deux jours j’entends parler que les uns ont interdits aux autres l’accès a un arrondissement..

    ?????????

    franchement, je comprends rien , vous pourriez m’expliquer?

  • Ouh c’est compliqué compliqué.

    En fait, Bruxelles-Halle-Vilvoorde sont des communes a facilités. C-à-d que ce sont des communes a majorité francophone en région flamande. Les politiques flamandes (surtout les extrémistes) ont crié au scandal et depuis lors, Les gens reçoivent leurs documents en flamand, doivent parler flamand dans la plupart des commerces,… alors qu’avant, l’on parlait soit français, soit flamand (attention, pas néerlandais, flamand) et l’on recevait ses documents officiels en flamand si l’on en faisait la demande., sinon en français.

    Le problème donc, c’est qu’une part de la politique flamande s’est radicalisée. et c’est justement elle qui est arrivée en tête des élection. Le CD&V (crhrétien démocrate flamand) et la NVA (nationalistes flamand) ont toujours prôné la séparation de la Belgique. Et c’est donc sans pitié et devant un échec croissant des discussions gouvernementales que les troupes de ces 2 partis, aidés de l’extrême droite flamande (Vlaams Belang, 24% des flamands), ont voté la scission de ces arrondissements. Ils seront donc, si rien n’arrête le processus, des communes flamandes où les francophones majoritaires devront parler flamand exclusivement ou s’en aller.

    Car ces politicard croient que la Wallonie, en crise, tire la Flandre (qui a réussi une belle reconversion économique). Alors qu’avant, la situation était inverse. Et qu’alors les wallons ont supporté la Flandre. Est alors survenue la 2e Guerre Mondiale. Certains flamands ont alors reçu des privilèges en raison du côté germanique de leur langue et depuis tout a empiré et l’on retrouve ces mêmes priiliégès a la tête du Vlaams belang.

    Voilà, en quelques mots, la situation en Belgique. Mais tout ceci est encore bien plus complexe.

  • Avatar of N.C
    N.C

    je m’excuse , jetez moi si vous voulez, mais c’est pas un peu debile a l’heure des echanges internationaux de se prendre la tete sur qui utilise le flamand ou le francais…?????

  • je dis: tu as raison RI DI CU LE….
    et je viendrai je pense bien le 18 :o)

  • ben si mais va leurs faire comprendre, ça, à eux, que y a plus que eux qui parlent cette langue!!!

    alors pour leur montrer que ce ne sont que des gamins et qu’on est pas leur jouet, rendez-vous le 18 novembre.

  • j’ai entendu un reportage à la radio sur la Belgique, ça a l’air extrêmement violent! les flamands qui méprisent les Wallons, qui disent que ceux-ci sont des profiteurs er des flemmards et qu’il sont trop bêtes pour apprendre le néerlandais… ça donne des frissons.

  • Et oui, ça se sont nos amis flamands! Enfin pas tous. Pour ce qui est du néerlandais moi perso, je ne vois pas vraiment l’utilité de l’apprendre (même si j’y ai eu droit à l’école). Beaucoup de flamands parlent un patois, le vrai néerlandais (l’A.B.N comme on l’appelle c-à-d un néerlandais pur et correct, celui que l’on apprend à l’école) se rencontre que très peu si ce n’est aux Pays-Bas et là, ils sont plus malins: Dans les universités et les sociétés, on parle plus … l’anglais! Ils ont compris, eux, que parler une langue si faiblement représentée dans le monde avait peu d’intérêt.

  • D’abord, je tiens à souligner que le conflit opposant flamands et wallons dépasse largement le cadre de l’emploi des langues. Mais je souhaite répondre à l’argument de Chicasalsa : Même si je suis d’accord avec le fond du discours : utilité du néerlandais vs utilité de l’anglais, je ne peux pas être d’accord avec la façon dont on l’utilise. Il n’est pas question de l’utilité du néerlandais vs l’utilité de l’anglais mais bien de la connaissance de notre autre langue nationale. On ne peut que constater que l’enseignement néerlandophone permet aux élèves de mieux parler le français que ce que les petits francophones parlent le néerlandais. Et il y a là une injustice, à mon sens. Je peux comprendre qu’à la longue, ça excite certaines susceptibilités. De là à dire que je suis d’accord avec leur façon de le faire savoir, il y a un pas que je ne franchirai certainement pas.
    De plus, j’ai du mal à comprendre un discours “je veux une Belgique unie” qui aurait pour corollaire “mais je me fous de connaitre l’autre langue”. La Belgique c’est précisément ce bilinguisme ( trilinguisme si on veut être exact, qui plus est). Avoir, ouvertement, un discours qui mépriserait l’autre langue, c’est pas précisément vouloir une Belgique “unie”.
    Alors méconnaitre l’autre langue, Ok. Nous sommes tous des “victimes” ou des produits de notre enseignement, et selon la région où on vit, il est clair qu’on a pas tous la chance d’apprendre correctement le néerlandais. Je comprends ça très bien. Mais avoir un discours du type “de toute façon, le néerlandais ne sert à rien” me parait très risqué. C’est un argument francophone du même acabit que celui décrié chez les néerlandophones.
    Contrairement à ce qu’on pense, le français ne sert pas à grand-chose pour les néerlandophones. L’anglais leur est plus utilie, tout comme à nous. Mais il faut constater que leur niveau de français est plus élevé que notre niveau de néerlandais. Et ça nous arrange, nous, francophones! En fin de compte, qu’est ce qui oblige les néerlandophones à parler français? Rien. Ils ont autant le droit que nous d’utiliser leur langue. Ils font l’effort, et ce depuis des années, de nous parler notre langue. Même si je ne suis pas d’accord avec leur position sur des tas de choses, je suis entièrement consciente de ça et je pense qu’il faut le leur laisser, et plus, le reconnaitre et les en remercier.
    Quant à la question de Bruxelles qui serait “aux fracophones”, là aussi, c’est plus tendancieux. Nous sommes plus nombreux à parler français alors nous avons raison? Je ne crois pas. Jusqu’à présent, Bruxelles est bilingue. Ce qui implique que chaque habitant soit capable de parler indifféremment l’une ou l’autre langue. J’ai pas de vision utopiste je SAIS que c’est impossible. Je constate juste que nous sommes quand meme censés tendre vers cet objectif de bilinguisme et c’est pas avec des arguments de type “on est plus nombreux, donc ils ont tord” qu’on va y arriver. Mais comme a dit Coluche “c’est pas parce qu’ils sont des millions à avoir tord qu’ils ont raison”. Bruxelles est bilingue, sur papier, occupéée par 75% de francophones et entièrement en territoire flamand. Ce sont des réalités avec lesquelles il faut compter. Toutes. Aucune n’est plus importante qu’une autre.
    Un peu de prudence s’il vous plait… Même si nous sommes échaudés, ou choqués.
    Ceci dit, l’essence du conflit, aujourd’hui, c’est l’argent, pas la langue.

  • comme on dit chez nous: “trop is te veel”.

  • Je ne fais que préciser MA vision, MON opinion. Je sais que ce conflit va plus loin que l’usage d’une langue ou l’autre. Sans rentrer dans des discutions belgo-belges, je souhaite néanmois ajouter que je ne trouve pas normal que l’on interdise aux francophones d’utiliser leur langue dans certaines communes à facilité pas simplement dans l’administration ou le public (ce qui est normal pour des communes flamandes) mais également dans leur vie privée, il faut pas exagérer quand même! Ca c’est de l’extrémisme. Pour ma part je vis à la frontière de la région germanophone, trop souvent oubliée dans ces éternels débats et les relations entre francophones et germanophones sont excellentes. Alors pourquoi cela pose-t-il tant de problèmes avec les néerlandophones? C’est peu être parce que historiquement la langue officielle de la Belgique était le français, imposé à tous lors de l’indépendance de 1830, les wallons et germanophones l’ont accepté et se sont mis au français (ben oui parce qu’avant on parlait wallon!) mais les flamands eux n’ont jamais pu l’accepter. Devant la francisation actuelle de la région flamande ils prennent un peu peur et tentent de pallier à cela par des mesures et des décrets allant à l’encontre des lois fédérales et de la constitution et là je trouve qu’ils exagèrent.
    Je veux certes une Belgique unie, mais pas à n’importe quel prix. Pour ce qui est des raisons d’argent, les flamands oublient un peu trop vite qu’avant la guerre la bouche à nourir c’était la flandre.

  • heu, petite correction : toutes les communes de Bruxelles-Halle-Vilvoorde (BHV) ne sont ni de communes à facilité, ni forcément à majorité francophone.
    Bruxelles, est-il est vrai majoritairement francophone à 2-3 quartiers près et autour il y a un certain nombre de commune flamandes à majorité francophes dites à facilité mais, pour compliquer le tout, il y a aussi des communes flamandes sans facilités avec quasi uniquement des flamands (genre Halle, Pepingen, Dilbeek, Saint-Pietersleeuw,….). Ces dernière communes se demande vraiment pourquoi elles se retrouvent dans ce souk.
    Voilà, j’habite en région flamande et dans le canton électoral de BHV. C’est juste pour modérer un peu…
    Et personnellement je n’ai jamais eu de véritables problèmes linguistique (évidemment je suis bilingue), sauf des certains francophes, bref. Et je parie qu’ils ne parlent toujours que le français!!!

    Et pour être tout à fait complète : regarder les journaux dans les deux langues, question d’avoir un esprit critique (les journaux exagèrent généralement la situation, faut bien vendre).
    Il me semble que la VRT a des articles en néerlandais, en français, en anglais et en allemand sur son site.

  • en ce qui concerne l’utilité d’un néerlandais, ou d’une autre langue, ça dépend du contexte.
    Quand je cherche du travail (job étudiant) et que je parle flamand, on me demande si je parle le français et inversément.
    Et pour ce qui est du bilinguisme ça fonctionne parfaitement quand les enfants commencent jeunes (idéal avant 5ans) et continuent. Après c’est plus difficile mais rien est impossible…

  • Heuuu bon je suis pas belge et j’ai pas tout compris. je me doute bien que un conflit comme ca, ca doit remonté à des années de rancune et de petites boutades.
    M’enfin pour le sujet de la langue, j’ai envie de dire, on tombe un peu dans la liberté individuelle là non? Chacun parle la langue qu’il veut après tout, ou apprend les langues qu’il veut. M’enfin, c’est juste que je comprendrais pas si je me faisais lincher si je parlais je sais pas moi; russe à mon boucher. Il comprendrait rien et je partirais sans rien mais c’est mon problème après tout :p
    M’enfin c’est juste que moi ca me choque que l’on veuille obliger les gens à parler ou apprendre une certaine langue.

  • @girlzounette

    Imagine, tu es dans ton pays, tu parles français, tu vas à la boulangerie, poste, administration du coin est personne ne te comprends ou ne parles ta langue…

    Il est nécessaire dans un pays multilingue que tous le monde parles les langues du pays

  • Remarque ce genre de situation existe dans les deux sens:
    un francophones en région flamande ou un flamand en Brabant Wallon, par exemple, ou encore à Bruxelles…
    D’où l’intérêt de connaître plusieurs langues, …. (en plus ça aide pour le travail, les contacts avec les gens, etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>