Humeurs

En vrac et pas dans l’ordre

Aujourd’hui, c’est un billet décousu parce que voilà, parfois, on est décousu. C’est un truc qui ne t’arrive jamais à toi ? Bon alors, tu vois. Allez, en vrac et pas dans l’ordre:

- J’ai découvert dans le Elle de la semaine dernière que le lino de mon salon que je considérais jusqu’alors comme la chose la plus laide qu’il m’ait été donné de voir est en réalité le nouveau parquet des femmes du monde. Moi je dis merci la mairie de Paris – oui, mon appart est un logement de la Ville de Paris que même pas j’ai grenouillé pour l’avoir mais que j’avoue quand même sur ce coup là on a été les rois du pétrole d’autant qu’on ne connait ni Tibéri ni Delanoë - d’avoir RECOUVERT consciencieusement le parquet d’origine de mon living de cette moquette en plastique grise avec des nuages gris aussi dessus. Oui, MERCI parce que sans toi, Mairie de Paris, j’avoue je n’aurais jamais été before the tendance of the lino. Tu sais le plus drôle ? Je suis tellement perméable à ces conneries que depuis cet article du Elle je le regarde autrement, ce crétin de lino. Alors que je ne te cache pas qu’au départ j’ai tout de même été légèrement agacée que pour des raisons administratives – la Mairie de Paris n’assure pas le parquet – on nous colle du lino “nuages” partout.

- Il n’y a rien de tel qu’un week-end à l’hôtel pour mettre un coup de booster à ta libido. Je le savais, j’en ai même fait un chapitre de mon bouquin – meuh non ce n’est pas de la pub, puisque que je te dis que je ne touche pas un kopeck sur les ventes rapport qu’il faudrait en écouler 30 000 avant qu’on commence à parler de droits d’auteurs – et j’ai eu le plaisir de constater le week-end dernier que j’étais dans le vrai. Et outre le fait qu’un bon coup de sabre laser ça fait toujours du bien par où ça passe, je suis soulagée de ne pas avoir donné de conseils foireux.

- Quand on passe trois jours à se goinfrer de choses que la morale réprouve – du genre cacahuètes caramélisées, appelées par les uns “chichis”, les autres “chouchoux” ou encore “pralines” – à des heures même pas ouvrables mais qu’on le fait en toute bonne foi sans une once de culpabilité, on ne grossit pas. Je sais, c’est fou. Je suis à deux doigts d’appeler Zermati pour lui en toucher un mot.

- Un café pointu en Normandie c’est un café avec un calvados à côté. Egalement appelé “Obus”, en raison de la forme du verre qui rappelle en effet un petit obus. Peut-être ça a quelque chose à voir aussi avec les plages du débarquement. Je ne sais pas, je m’en fous, juste quand même deux pointus ça laisse des traces. Du genre traces de bave sur la joue après deux heures à cuver les pointus sur la plage.

- Si tu vas à Trouville y’a UN endroit où tu dois manger tes moules du Bouchot: Les Vapeurs. En gros, les Vapeurs, c’est exactement l’inverse du mini palais, tu vois ? Et les garçons de café, ils ont l’élégance de te courtiser un peu, juste assez pour émoustiller ton amoureux. En plus ils te refilent des pointus à l’oeil pendant que l’homme il en est à son 55ème bigorneau et que toi tes moules tu les as finies depuis deux heures.

- A Deauville si tu t’ennuies tu peux toujours compter les people. En deux jours: Dany Boon, Hélène de Fougerolles, David Abiker, Benoit Duquenne (journaliste de France 2) et le patron de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly. Beh oui, la force ouvrière, elle pète dans la soie à Deauville le dimanche, qu’est-ce que tu veux… Et je ne parle pas de Daphné qui était sûrement en train de se mettre en danger rapport à son image dans son grand pull Ballanciaga et sans maquillage…

- Pendant qu’on était en pont, les députés ont augmenté le salaire à Nicolas. Je dis ça je dis rien mais ça arrive juste après qu’il se soit fait plaquer le garçon. Me demande si y’aurait pas une histoire de pension alimentaire derrière tout ça. En même temps je peux pas croire qu’une femme moderne comme soeur Cécilia puisse se faire entretenir par le denier public. Non parce que sans vouloir faire du mauvais esprit parce que ce n’est pas mon genre, c’est quand même nous qu’on paye…

Voilà, c’est tout je crois pour aujourd’hui. Pour du décousu c’est du décousu.

10 Responses to “En vrac et pas dans l’ordre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>