Humeurs

Lavage de cerveau

Bon, aujourd’hui, je pousse mon grand cri. Un cri bref mais pour le coup vraiment sérieux. Limite c’est d’indignation qu’il s’agit. Genre que mon second degré il s’est caché dans un endroit où je risque pas d’aller le chercher. Par exemple au Club Med Gym.

L’objet de ma colère ? Une campagne de pub que j’avais déjà remarquée, qui s’est arrêtée et qui vient de reprendre. Pour Canal J. Je vous en ai mis un exemplaire là, mais elle se décline en plusieurs affiches, toutes sur le même principe. L’idée, c’est de montrer des enfants affligés par leur mère/père/grand-mère/grand-père qui tentent de les faire rigoler en se mettant dans des situations un peu grotesques.

La légende: “Les enfants méritent mieux que ça”. A savoir, une bonne chaine de télé.

Ah bon ? Les enfants méritent mieux qu’un papa qui se met des asperges dans les narines pour ressembler à un phoque et les faire se gondoler ? Ou qu’un grand-père qui fait le zouave avec son dentier juste pour que son petit fils lui décroche un sourire ?

Peut-être que le publicitaire, il est super décalé. Peut-être que je suis over ringarde et pas très fun du bulbe pour ne pas déceler l’humour ravageur du truc.

Peut-être.

N’empêche que je suis estomaquée que cette publicité n’ait pas été interdite.

A l’heure où une majorité de gamins ont pour nounou un écran plat et pour repas un paquet de chips, à l’heure où, abreuvés de publicités raccoleuses vantant les mérites de gâteaux plus gras que n’importe que kouignaman breton – et bien sûr moins bons ça va de soi – nos moutards sont tous menacés d’obésité, on laisse passer une pub qui insinue que nos enfants méritent mieux que des parents attentionnés ?

Hey BVP (Bureau de vérification publicitaire), hey CSA ! T’es où là ? Tu fais du tricot ? Tu peins la girafe en Alaska ?

A côté, les pubs avec femme à poils pour perceuses électriques, je trouve ça moins obscène. C’est dire.

Qu’on soit actuellement en train de fabriquer des générations de décérébrés et d’handicapés affectifs, c’est déjà une évidence. Mais que désormais il soit totalement admis que rien ne vaut mieux pour les gamins qu’un lavage de cerveau télévisuel, alors moi je dis…

Ben en fait, non, je dis rien. Parce que ça me la coupe. Et ouais.

6 Responses to “Lavage de cerveau”

  • Pas mieux … ces pubs me laissent pantois. Entre l’admiration pour tant de subversion, et l’énervement pour tant de connerie condensée en une si petite pub.

    Je sens que le combat pour que mes nains ne soient pas trop cons va être ardu, très ardu.

    La lutte n’en sera que plus intéressante.

  • Aaaah, quelle fougue! ça fait du bien d’entendre un vrai coup de gueule contre de la publicité!… en général, ça fait du bien d’entendre un bon coup de gueule tout court… :-) le problème avec la publicité (et toutes les stratégies marketing, et je sais de quoi je parle, il m’arrive d’en pondre..), c’est qu’on s’habitue à sa médiocrité. franchement, en dehors des raisons de cette saine indignation (le message sous-jacent de cette pub), il y aussi un vrai problème de créativité dans les agences, celle-ci a au moins le mérite d’être pas trop mal faite. et c’est là où c’est pervers, car plus l’équipe créative d’une agence est bonne (et son client pas trop stupide, point très important), plus les messages se trouvent être “tordus” et diaboliquement efficaces. alors finalement, c’est la peste ou le choléra : une bonne pub, bien foutue, mais “perverse” dans son message / ou une super mauvaise pub, simpliste, moche et polluante visuellement… argh! sinon, à propos des enfants et des médias, il faut se détendre un peu et les observer EUX (moins projetter notre angoisse du monde, quoi) : ils savent mieux que nous (première génération hyper-médiatisée) faire le tri, naviguer, piocher, composer l’information. je crois qu’il faut leur faire confiance et apprendre d’eux nos futures protections… le tout, c’est de leur donner de la variété : en nourriture comme en visuel, il faut manger de tout (du beau, du laid, du gras, du bio, de l’élitisme, du bricolé, de la pub, du manga, du web, du papier, des photos, du dessin, du cinéma…)! enfin, c’est mon avis…

  • Mekameta, ton avis est super intéressant, merci. Le regard d’une professionnelle est toujours bon à prendre. Je trouve que tu as totalement raison en ce qui concerne les enfants et la confiance qu’il faut leur accorder. D’ailleurs, je suis loin d’être une passionaria anti-télé. C’est juste que derrière tout ça, il y a en effet une stratégie marketing consistant à déculpabiliser les parents absents en les persuadant que la télé remplit de toutes façons mieux qu’eux leur rôle d’éducateur. Et ça… bof. Parce que bien sûr, le but est de vendre. Et de capter des temps de cerveau disponible…

  • Vinz, c’est vrai que c’est de la subversion, et moi d’habitude, j’aime ça. Mais là, on touche tout de même à un truc très malsain je trouve. Quand à la lutte pour que les enfants ne deviennent pas trop con, oui, je te confirme, elle est passionnante !

  • you’re welcome PenseedeRonde. comme je te le disais, c’est ton coup de gueule et son authenticité qui m’on fait réagir. quand on bosse depuis quelques temps dans ce milieu (et encore, pas à plein temps, heureusement…) et que l’on prend du recul (pas évident dans ce tourbillon!), on est obligé de se poser des questions sur ce que l’on fait, des dégats potentiels, des concessions que l’on ne veut plus faire pour de l’argent… ton coup de gueule est totalement légitime, crois moi! et ce serait vraiment bien si plus de personnes prenait conscience de la perversité de certains messages publicitaires… aucune communication n’est innocente! petite “pichnette” : tu parles de “rôle d’éducateur”, et justement, cet annonceur se place sur le territoire du divertissement, pas de l’éducation…! en cela, ils ne se substituent pas au parents, même les plus passifs. finalement, le message pourrait être : “on vous laisse l’éducation, laissez nous le fun!”. à partir de là, on pourrait pousser un autre coup de gueule pour dire que l’éducation peut être fun, que les parents ne sont pas que des machines à éduquer (contrôle, punition) et que le divertissment devrait aussi faire partie de l’éducation… c’est là que l’on voit que c’est super bien pensé : on peut comprendre différents niveaux de message. de mon côté, j’ai toujours eu une dent contre Danone qui t’explique comment protéger ton enfant avec Actimel… ou L’Oréal qui va te prendre pour une idiote avec des fausses statistiques (oh, les 72% de force et de brillance en plus!!)… :-)

  • Ah là là, ne me parle pas d’actimel, ça me rend folle !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>