Humeurs

Une grande fille toute simple

Lundi, c’est le jour du grand cri. Ah ! Vous l’attendiez hein ? Pauvres chouchoux, des semaines que mon cri n’est plus qu’un râle, que dis-je, un murmure. Que voulez-vous, la bête s’était endormie. Faut dire qu’à force, c’est pas que je me lasse hein, mais enfin, c’est tout juste si j’arrive encore à m’émouvoir lorsqu’un magazine titre sur genre “Scarlett Johansson, la revanche des filles à gros cul”, ou encore, “Liv Tyler: je m’assume en ronde”. Beh ouais, elles ont raison en fait d’insister, les rédactrices. Parce qu’il arrive un moment où on abdique. Totalement.

Mais parfois, tout de même, certaines perles parviennent à me tirer de mon sommeil…

D’abord, il y a eu cet article poignant dans le Glamour du mois de septembre. Une journaliste nous raconte le combat quotidien de ces femmes qui “en ont marre de courir après la taille 36″.

Ames sensibles s’abstenir.

Les témoignages de ces femmes qui n’hésitent pas à se mouiller et à dire un grand NON à la dictature du 36 “qui fait trembler la nation” sont tout bonnement des héroïnes des temps modernes. Merci Glamour. Enfin un magazine citoyen, qui ose braver les tabous et affirmer haut et fort que non, faire un 38 ça n’est pas honteux.

Non mais vraiment, rigolez pas, je vous assure, on apprend dans ce dossier de choc que les vendeuses sont souvent obligées de changer les étiquettes de certains vêtements pour faire croire à leurs clientes que oui oui oui elles entrent bien dans leur taille fétiche. Alors qu’en vrai ce sont de gros boudins qui ferment à peine un 38.

En même temps, je peux pas juger hein. Non c’est vrai, personnellement, le 36, je crois que je n’en ai jamais porté. Je suis passée direct du 14 ans au 42. C’est comme les seins. Un matin, pof, j’avais un bon 90 B. Ce qui, je vous laisse imaginer, m’a valu de passer une année de cinquième absolument merveilleuse. Bref, actuellement quand je ferme un 44 du premier coup, c’est champagne pour tout le monde. Alors le 36…

A part ça, dans le Elle de la semaine dernière se cache également une perle. Il s’agit d’une courte interview de Daphné Roulier à propos de sa nouvelle émission qui se passe désormais en extérieur et plus en plateau comme avant: “Plus de maquillage, ni de lumières flatteuses, terrain oblige…”, nous avertit notre critique cinoche nationale. Daphné Roulier, la Florence Aubenas, du 7ème art. D’ailleurs, dès samedi c’était prise de risque maximum et enquête de terrain au Royal Barrière à Deauville avec interview de Brad Pitt au bord de la piscine. Non moi je dis, respect parce que se mettre en danger au risque de casser son image comme ça, c’est juste du courage.

Mais ce n’est pas tout, nous annonce Daphné: “Je vais donc cesser d’avoir l’air d’une fille de 25 ans et demi à l’écran. Ce qui n’est pas mal quand on en a 39″.

Daphné… Comment te dire ?

Tu ne fais pas tout à fait 25 ans et demi à l’écran…

Limite on pourrait même se demander si elle n’a pas plutôt dans les 45 vu le paquet d’acide hyaluronique et autres seringues de Botox qu’elle semble s’envoyer quotidiennement. Du coup, je suis limite surprise qu’elle n’ait que 39 ans. Je croyais naïvement qu’à cet âge là on pouvait encore un peu attendre avant de faire la fortune des dermatos. Au passage, mes enfants n’auront pas le choix, je vous le dis. Ce sera dermato ou rien, parce que ma maison de retraite dans le midi, je la veux et que parti comme c’est parti, on va bientôt commencer les premières injections aux alentours de 20 ans. Métier d’avenir, je vous le dis.

Allez, une dernière Daphnérie pour la route – sérieux, Béart est en voie de se faire battre à plate couture – : “Sinon, pour partir en reportage, je me suis offert un gros pull en maille Balenciaga très campagne (avec lequel j’ai déjà beaucoup désherbé mon jardin à Trouville !)”.

Franchement, que je n’entende personne dire que Daphné n’est pas une grande fille toute simple.

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh.

11 Responses to “Une grande fille toute simple”

  • aulive1

    45 ans, Daphné Roulier – tu es un peu dure ! Je lui donnais une petite trentaine d’années. Tout comme Colombe Schneck qui a 41 ans et qui selon moi n’est, elle, pas (encore) psycho-dépendante au botox !

  • Mouais, comme quoi tout est très subjectif, moi je trouve qu’elle fait bien ses quarante ans… En tous cas pas 25 !

  • Idem comme aulive et 40 ans c’est quand même pas la décrépitude absolue. Il suffit de regarder celles qui ont dépassé de quelques années déjà et qui me viennent en tête : Julianne Moore, Famke janssen, Isabelle Huppert…suis pas sûre qu’elles aient à envier les jeunettes.

    Et comme disait Anna Mougladis à sa maquilleuse
    ” Ne cachez pas mes rides, j’ai mis des années à les obtenir”

  • je détourne un peu le sujet, mais alors, parmi les quarantenaires qui font envie, il y a Elle http://thesuperficial.com/2007/09/elle_macpherson_is_a_witch.php

  • Aulive : QUOI??? 41 ans? Colombe Schnek ???? C’est tout mon univers qui s’effondre, là, je lui donnais une petite trentaine à tout casser….

  • moi aussi, j’adooore ces filles chics et simples, bonne franquette, qui désherbent en Balenciaga sans ruiner leur french… ses tomates doivent en rouger de plaisir dans leur petit potager de Neuilly ! Y’a des filles qui ont la classe…

  • Juste une précision, je n’ai JAMAIS dit que 40 c’était la décrépitude ! Juste que Daphné roulier ne fait pas 25 ans et demi, même à l’écran… Et en effet, 40 ans ce n’est tellement pas la décrépitude que je trouve assez navrant de commencer dès cet âge là les injections massives de botox…

    Isadel, on aime les mêmes !!!

  • Bon, 25, 39, 45… y’a pas d’âge pour “se la péter” et dire des âneries dans Elle, apparemment ! Allez, je vais enfiler ma robette Pucci, j’ai du jardinage à faire !

  • Moi je suis super emmerdée je ne retrouve plus ma robe Chloé et sans elle impossible de nettoyer mes toilettes…

  • Ma pauvre ! Tu as bien quand même une paire de mules pailletées qui traine, rassure moi ! Allez, je vais relire “une journée avec” Paris Hilton (lu et découpé dans Elle, un pett chef d’oeuvre de simplicité), qui me met toujours d’excellente humeur quand je faiblis entre ordi, lessives, marché et corvées de linge !

  • Ah oui, ces “journées avec” sont de vraies petites perles en général… ;-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>