Quotidien

virée shopping

Parmi les très mauvaises idées qui peuvent parfois te traverser l’esprit il y a celle consistant à accepter de faire les boutiques avec une copine. Surtout bien sûr si ladite copine affiche au bas mot deux tailles de moins au compteur que toi.

Pourquoi est-ce l’exemple type de la fausse bonne idée ? Parce qu’il ne faut pas se leurrer, au bout de deux heures à se comparer à moitié à poil dans des cabines exigües, il y a forcément – c’est génétique, laissez tomber ce n’est même pas la peine de penser que c’est évitable – l’une des deux qui se met à haïr l’autre. Et croyez moi, c’est toujours la même qui commence les hostilités. A savoir… la plus grosse. Et plus la copine plus mince essaie d’être gentille, plus la plus grosse a envie de lui tirer les cheveux.

En général, ça commence à déraper au troisième pantalon taille 44
que tu ne fermes pas. A ce moment là, ton amie qui jusque là a été patiente et qui elle s’est dégotté un slim que même pas en rêve un jour tu y mettras le bras, te dit le plus gentiment du monde: “Tu veux que j’aille te chercher le même en 46 ?”

Là, épuisée, cramoisie et au bord des larmes tu réponds avec le plus de calme possible – c’est à dire sur un ton super agressif: “je n’ai jamais fait de 46 de ma vie, plutôt crever que j’acheter un pantalon qui pourrait aller à ma tante Marie-Odile”. Ton amie, qui te connait depuis l’école primaire, devrait savoir que la meilleure solution à cet instant T est de prendre ses jambes à son cou et de fuir la cabine, le magasin et le centre commercial. Pourtant, sans aucune raison apparente – elle n’a jusque là jamais présenté de symptômes suicidaires – elle porte alors le coup fatal et prononce LA phrase qui déclenche chez n’importe quelle fille normalement constituée un énorme pétage de plomb: “qu’est ce que ça peut te faire la taille ? L’essentiel tout de même, c’est que tu sois bien dedans, non ? Personne ne le saura que c’est un 46″. PERSONNE ? Si. Au moins deux personnes le sauront, elle et toi. Et c’est déjà une de trop.

A ce moment là, tu te rends compte qu’entre elle et toi il y a un océan, celui qui sépare le 36 du 46. A côté, traverser la manche à la nage c’est rien. Et tu commences à avoir tout un tas de répliques super perfides qui se bousculent dans ta gorge nouée. Comme par exemple que tu voudrais bien la voir, elle, obligée de prendre un jean en 40. Qu’on l’entendrait pleurer à l’autre bout du Zara. Que ça lui ferait bizarre d’un coup de plus pouvoir compter que sur son physique. Et que d’ailleurs tu lui souhaites bonne chance quand dans dix ans elle les aura ses dix kilos de trop parce qu’elle ne va pas y couper, c’est qu’une question de temps. Et là, on verra si elle trouve ça cool d’acheter une coupe femme enceinte alors qu’elle est en préménopause. Et puisqu’on en parle, tu ne voulais pas le lui dire mais franchement, il arrive un moment où il faut peut-être accepter son âge. Parce qu’il y a un mot pour décrire les filles de trente ans passés qui veulent en faire dix de moins. Pathétique.

Plus tu lâches ton fiel, plus tu entends une petite voix dans ta tête qui te crie “méchante, méchante, tais-toi, tais-toi méchante”. Et plus la petite voix crie, plus ton fiel il sort. Tout ça se finit dans les larmes. Ta copine mince ne trouve rien d’autre à répondre à toutes tes méchancetés que “ce n’est quand même pas ma faute si tu es trop gr…”. Bref, c’est un carnage. Il faudra des semaines de diplomatie de part et d’autres pour tenter d’oublier cet épisode malheureux. Alors croyez moi, les boutiques, c’est en solo et puis c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>