Culture

Bécherel, petit paradis

NDLR : Ceci est le sixième numéro de la série Bouillon de Kub’Ture initiée par Storia Giovanna.

Depuis que je connais le Mari, j’ai pris l’habitude de l’emmener dans un bourg à une trentaine de kilomètres de Rennes, Bécherel, comme une parenthèse lors d’un séjour prolongé en terre bretonne. Pourquoi Bécherel ? Parce que c’est une des cités du livre qui parsème le territoire français. Outre le bourg ancien préservé avec ses demeures de charme datant de l’époque moderne et son chemin de ronde, une quarantaine de bouquinistes, galeristes, artisans du livre et maisons d’édition y ont élu domicile.

Books

Le Mari, en bon philologue nazi, se met alors à fouiner parmi les étals à la recherche de la perle rare comme lors d’une chasse au trésor. C’est d’ailleurs la seule chose qu’il me demande en trépignant comme un gosse et que je lui offre comme une récompense lorsqu’il a été sage. Lui-même habitué des étals du parc Georges Brassens et de la foire annuelle de Saint-Sulpice, lui qui a désormais ses adresses à Bourges et à la Charité-sur-Loire, trouve en Bécherel un terrain de jeu à la mesure de sa passion dévorante.

Personnellement, je connais ce lieu depuis ma plus tendre enfance. En effet, à force de récupérer des livres pour la bibliothèque qu’avait fondée mon grand-père, il fallait parfois revendre certains livres. C’est ainsi que j’ai découvert le monde des bouquinistes et donc Bécherel. Quand j’ai voulu me réorienter dans les métiers du livre il y a dix ans, j’avais pensé m’y installer soit en tant que libraire, soit en tant qu’éditrice. Même si j’y allais moins souvent qu’actuellement, cet endroit m’a toujours fait rêver.

Aujourd’hui, comme beaucoup d’endroits liés aux métiers du livre, la diversification de l’activité de départ. On retrouve donc à Bécherel des bouquinistes donc, mais surtout des librairies qui font également boutiques lifestyle ou cafés-restaurants. Mais contrairement à certains concepts dans des villes de plus grandes envergures, le côté librairie est quand même prédominant en termes d’espace, quitte à retrouver des livres à vendre sur les tables de service…

A Bécherel, la culture n’est pas un accessoire, mais elle respire dans tous les pavés. Le livre et l’art sont la raison d’exister du lieu et c’est en cela qu’il est mon petit paradis. Encore aujourd’hui, je me suis retrouvée parmi des livres à classer à siroter une bière en écoutant un disque de jazz. Soit une définition de ce que j’aime faire le plus au monde.

Et vous, quel est votre petit paradis culturel ?

(cc) Christopher


Relire le Bouillon de Kub’Ture #1 : Karim Debbache et mon rapport à l’image réelle

Relire le Bouillon de Kub’Ture #2 : Arthur prend-t-il le public rock pour des ados attardés ?

Relire le Bouillon de Kub’Ture #3 : Un ministère de la Culture est-il toujours nécessaire ?

Relire le Bouillon de Kub’Ture #4 : La question du goût

Relire le Bouillon de Kub’Ture #5 : Radiohead et le mythe de l’âge d’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>