Kinfolk : pourquoi le concept me plait autant qu’il m’hérisse.

 

Magazine lifestyle crée en 2011 au Danemark par Nathan Williams, et son épouse Katie Searle-Williams, Kinfolk est une revue qui met en scène une niche de jeunes adultes à la vie bien rangée,proprement vêtus de tabliers japonais pour les femmes et de chemises en chambray pour leurs acolytes masculins (boutonnés jusqu’au cou). Bien nés bien coiffés, avec des gueules de végétariens mais ayant en fait un profil sous-jacent plus viandard qu’une famille de chtis jetée dans un KFC un samedi après-midi. Il y est question de cuisine, mais pas de n’importe laquelle. Avec un souci pour le détail, (les salades photographiées sont faites avec des pousses d’Okinawa dont la floraison n’a lieu qu’une fois dans l’année à titre d’exemple), de suggestions de lieux ultra secrets (tenus par l’un des leurs) pour « bruncher » en groupe, d’organisation de repas « festifs » entre « kinfolk peole », cela va de soit.

Le Kinfolk people n’est pas à confondre avec un « hipster ». Il n’est pas hype mais aseptisé et aspire à une certaine retenue n’ayant rien à avoir avec de la timidité malgré le calme criant dans lequel il baigne. J’y détecte plus une nonchalance arrogante destinée à enrager les nerveux et les envieux qui les reluquent. Ce public d’érudits qui souhaiteraient être à leurs places, assis sur une Hans Wegner sirotant un mojito au citron caviar l’air de rien, comme dans un banal Starbuck, près d’une cheminée.

Après avoir visionné en boucle les différents bouquins et m’être goinfrée de foule d’images de ces personnages ayant le don de rester lisses en toute circonstance (même avec un bras blindé de tatouages et une bête de barbe), j’admets au début avoir bien aimé le concept. Au point d’avoir même eu dans des moments de déprimes aigues, le désir de me retrouver actrice de l’un de leurs repas. Souriant à une planche en bois « Craster » de charcuterie ibérique, affublée d’un chignon faussement déglingue. Entourée de crétins intellos dont l’unique problème dans la vie est juste d’être né avec un cul bordé de nouilles. Finalement, je ne sais pas mettre le doigt sur ce qu’il y a de plus agaçant chez eux. Est-ce leur absence d’humour ? Leurs côtés bourgeois rustiques de Saint Germain en Laye suintant ? Le fait que soient exclus les visuels de gros(sses), de beaufs, de pouffes, de Communistes, de Punks, de noirs, de moches, enfin de tout ce qui ne leur ressemble pas et qui ne porte pas du lin lavé en somme… Envie subite d’entartage surprise via snapchat! Quelqu’une pour m’accompagner ?

Pour conclure :
Je sens que je vais aller monter mon propre bouquin de cuisine et de « Lifestyle »
(bien que je méprise ce terme pour sa niaiserie). Ne possédant pas encore de loft sur le Canal Saint Martin, je me vengerai via Airbnb, et moi aussi je deviendrai célèbre en montrant des gens en train de bouffer ensemble. Sauf que les miens seront en train de se fendre la poire et viendront de tout horizon social. Quelques blagues salaces type Fluides Glaciales  agrémentereront le papier et j’embaucherai Martin Parr comme photographe. Seuls les coinços seront refoulés au casting.
Le livre ne sera pas disponible sur amazon mais uniquement au Conran et chez Colette.
Kinfolk pour conclure c’est pas mal quand même, mais juste pour l’inspiration des recettes et du dressage de table. Comprendra qui pourra.

Belliqueusement Votre,
Alba

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>