Humeurs

10 génériques de séries qui m’ont marquée

Comme je l’ai expliqué plusieurs fois, mon rapport aux images est très conflictuel. La plupart du temps, quand je « regarde » quelque chose sur Internet ou à la télévision, je fais autre chose en attendant. Et je ne parle même pas du cinéma qui revêt pour moi une véritable torture. Il faut vraiment que le film soit exceptionnel dans son contenu pour que je ne regarde pas ma montre toutes les cinq minutes.

Mon rapport à l’image est, comme d’habitude, dicté par la musique. Mon intérêt pour une série est bien souvent fondé sur le générique. Il arrive même que je n’aime pas du tout la série, mais que j’adooore le générique. J’ai vécu l’expérience très récemment avec X-Files : j’ai remercié Chris Carter de ne pas avoir « refondu » le générique original de 1993 pour la diffusion de la 10e saison en 2015-2016 et d’avoir ainsi respecté ma madeleine de Proust.

Voyons maintenant comment et pourquoi j’ai été accro à une série à cause de son générique – ou pas.

X-Files (Mark Snow, 1993)

Puisqu’on en parle, et puisque la 10e saison vient d’être diffusée sur M6 entre fin février et début mars 2016, j’ai été donc ravie qu’il n’y ait pas eu de refonte ou de remix du thème original. En effet, bien que la dramaturgie de la série ait pris de nouveaux enjeux et que la problématique des personnages ne soit plus forcément la même, cela permet une continuité après 12 ans d’interruption. Et ça, c’est beau.

Hawaï Police d’Etat (Morton Stevens, 1968)

http://www.youtube.com/watch?v=jc_ItEm5W54

Nous avons ici l’exemple inverse de X-Files, à savoir un générique qui a connu un remix lors de son reboot en 2010. Le Mari trouve cela légitime, dans la mesure où ce ne sont pas les mêmes acteurs (la première série s’étant arrêtée en 1980, et Jack Lord, l’acteur principal, étant mort en 1998). Mais pour moi, le fait que le générique ait été remixé pour Hawai Five-0 a contribué à mon désamour pour le reboot, alors que j’ai de bons souvenirs de la série originale. En plus, les acteurs du reboot jouent très très mal. C’en est à pleurer.

Doctor Who (Rob Rainer, 1963)

http://www.youtube.com/watch?v=VkcHgI_TIYQ

Nous avons le cas ici d’un générique qui se fait remixer à chaque changement de Docteur, mais dont le thème reste le même depuis le début de la série. Il est malgré tout de réorchestrer le thème à chaque incarnation du Docteur. Si le thème est réorchestré de manière minimaliste durant la première série, les différentes orchestrations depuis 2005 sont bien plus éclatantes. Ne m’étant intéressée qu’à la « nouvelle » série notamment grâce notamment grâce au reboot de Murray Gold en 2010, j’ai peur aujourd’hui d’aborder les épisodes « classiques » quand j’entends le minimalisme qui a perduré de 1963 à 1989. Et pourtant, le Mari pousse mon vice dans ce sens en m’ayant offert à Noël une sélection de la série classique…

V (Joe Harnell, 1983)

Si je devais définir une vraie madeleine de Proust des années 1980 – encore une fois, merci Marie Mistigri d’avoir eu dès ton enfance une culture très freak et de m’avoir engrainée dedans –, c’est bien la série V. Certes, à l’âge de 5-6 ans, j’étais un peu petite pour en comprendre le propos sous-tendu, mais tant la musique que le contenu du générique m’a marquée à jamais. Il faut dire que des lézards extraterrestres qui envahissent la Terre pour faire des humains leur nourriture a le mérite d’intriguer n’importe quel spectateur, à n’importe quel âge.

Supercopter (Sylverster Levay, 1984)

http://www.youtube.com/watch?v=-dwmf-wx8VQ

Déjà, parce que je trouvais la série était over the badass – vous aurez remarqué avec V  que je regardais pas mal la Cinq quand j’étais petite –, mais ce générique, bordayl de merde, ça doit être le générique le plus emblématique des années 1980 avec ceux de Magnum et de K2000. Mais Supercopter a sur moi la suprématie sur ces deux séries que j’aimais pourtant beaucoup. Pourquoi ? Parce qu’il y avait une dimension plus largement familial dans le matage de Supercopter, alors que j’avais plus l’habitude de mater la télé avec ma sœur seule. Et puis cette parodie de cour d’école : Oh Supercopter, la bite en l’air, le cul par terre…

L’homme qui valait 3 Milliards (Oliver Nelson, 1974)

http://www.youtube.com/watch?v=ovz3ZnfySaI

Encore une série sur la Cinq, mais un générique qui m’a tellement traumatisée, putain ! Déjà, voir un crash, des trucs qui explosent, ça fait peur quand le premier souvenir télévisuel est Tchernobyl. D’autre part, étant donné ma phobie du secteur médical, entendre ces bip bip partout est une vraie torture. Là aussi, je trouvais la série cool – le héros était devenu un super-héros –, même si je préférais le spin-off Super Jamie parce que c’était une fille. Quand bien même je résistais aux injonctions girly en stabilotant les Barbie de ma sœur et en coupant mes cheveux, quand il fallait choisir des modèles télévisuels, c’étaient Super Jamie et Wonder Woman.

Mac Gyver (Randy Edelman, 1985)

http://www.youtube.com/watch?v=lc8RFPZUkiQ

Diffusée sur TF1, cette série est l’archétype de ce que je voyais à la maison. En effet, ma mère se faisait surnommer dans le milieu professionnel Mac Gyver, et pour l’avoir vue à l’œuvre, je peux vous assurer que cette réputation est largement méritée. Je croirais presque entendre le générique quand, lors de colonie de vacances ou des séances de récré, en l’absence d’AspiVenin, elle demandait à quelqu’un d’allumer une clope pour brûler le venin d’une piqûre de guêpe. Je vous raconte ça dans le contexte des années 1990, parce que maintenant, elle a toujours sa dose d’Apis Mellifica 15CH sur elle pour ce genre de désagrément. Ma mère, ce héros badass en puissance.

Starsky et Hutch (Haïm Saban/Lionel Leroy, 1982)

http://www.youtube.com/watch?v=qY2zchQzHJ4

Oui, je vous ai mis le générique français, parce que le générique original ne me parle pas, comme il ne parle à aucun lecteur français de cette chronique. Ce générique est d’autant plus culte que j’entends encore ma sœur chanter Tartiiiiine Pléboche ! Lalalalalala ! C’est là que je remarque que j’ai été pas mal marquée par les séries policières dans mon enfance, parce que c’était le moment de divertissement de ma maman.

Madame est servie (Larry Carlton, 1984)

http://www.youtube.com/watch?v=jfbdxxRKj9Q

Ce générique est mythique dans la mesure où ma sœur et moi nous dépêchions de finir de manger dès lors que la musique retentissait. C’est la première série pour laquelle je me suis prise de passion véritable et où j’étais plus dans le rôle de spectatrice que d’accompagnatrice de ma sœur. Même si c’était diffusé sur M6 à l’époque, et qui disait M6 à l’époque disait…

http://www.youtube.com/watch?v=ZURU5k7tA8M

Gros traumatisme, donc.

Urgences (James Newton Howard, 1994)

http://www.youtube.com/watch?v=rqXvrRo5hlA

J’avoue, au début, c’était le signe pour aller me coucher le dimanche soir et pour laisser ma sœur et ma mère baver sur le Dr. Ross. Et puis ce fut le signe qu’il fallait rejoindre ma mère devant la télé parce que j’étais tombée amoureuse du Dr. Carter et que je m’étais émue de la fin du Dr. Greene – sachant que j’ai vu pour la première fois l’épisode qui relatait sa mort d’une tumeur au cerveau en novembre 2002, quelques jours après le décès de mon cousin. J’ai dû suivre à partir du départ de George Clooney de la série, soit à la fin de la saison 5. Mais Dieu que ça a rythmé mes dimanches soirs plus que le générique de Ca Cartoon.

Comme vous auriez pu le comprendre, c’est ma sœur qui m’a amenée à m’intéresser à la télé, et ces génériques étaient aussi l’occasion de la voir sortir de son agitation et se poser tranquillement, comme un réflexe pavlovien. Quand j’y repense, je dirais même que la plupart des séries que je matais jusqu’à 22 ans, je les matais avec ma sœur. Mon expérience personnelle de la télévision a alors commencé, et je me suis mise à m’intéresser à des documentaires, aux émissions musicales… Mais rien n’aura mieux marqué mon enfance que les génériques de séries télévisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>