Humeurs

Messieurs, où êtes-vous ?

Je me pose sérieusement la question ! Depuis que j’ai repris mon échantillonnage (@Kwelet), je suis abasourdie par toutes ces rencontres… Je rencontre tellement d’hommes que je devrais finir par changer d’avis mais non, c’est encore pire…

1260802219_84b46c71f5_b

Que vous est-il arrivé ? Qu’est-ce qui vous fait peur à ce point ? Je commence à avoir un répertoire de mecs totalement barrés, brisés, en miettes, de vrais puzzles… Et pour ceux qui vont plus ou moins bien, c’est aussi le chaos, ils sont à la recherche de la princesse prisonnière de son donjon qui n’attend qu’eux pour les sauver du méchant dragon… Non je ne suis pas désespérée, mais je m’interroge…

Je refuse de me dire que la faute vient des femmes ! Pour être une femme divorcée, comme beaucoup de mes copines, et en bons termes avec le père de mes enfants, je ne lui ai fait aucun mal, je ne l’ai pas castré ou mis en miettes à mon départ ! Nous nous sommes juste quittés et il est aujourd’hui libre de continuer sa vie sans devoir lécher des plaies ouvertes. Ce qui est valable pour moi aussi.

Je vais bien, je suis équilibrée, je gère ma vie de mère et de femme, je gagne ma vie, j’ai un appartement, je paie mes impôts… Oui Messieurs, tout va bien dans ma vie… Mes dernières rencontres avec des quadras ont été dignes des pires films de science-fiction saupoudrés d’une once d’horreur… Pourquoi me direz-vous ?

Entre le mec qui veut te tirer par les cheveux et te baiser comme une chienne pour t’apprendre la vie et celui qui part en courant parce qu’en fait tu n’as pas besoin de lui, il y a aussi eu celui qui te traite de pute alors que tu ne l’as jamais rencontré IRL et que tu es toujours connectée sur le site alors qu’il t’a filé son numéro…

J’oubliais celui qui ne comprend pas que tu ne veuilles pas l’inviter chez toi parce que tu ne le connais pas et celui qui te parle de son ex comme une véritable salope, qui soit dit en passant est quand même la mère de ses enfants… Il est où le respect ? Sérieusement, il se passe quoi ?

Bien sûr, je sais différencier le plan cul du mec avec qui je passerais bien un petit bout (ou plus) de temps ! Le problème c’est que quand je rencontre le deuxième, il me pose plein de questions et se rend compte par lui-même que je gère pas trop mal ma vie toute seule…

Sans compter que mon mode de garde les fait paniquer (pour rappel, j’alterne avec mon ex l’appart dans lequel vivent mes enfants). S’ensuit souvent : « En fait tu n’as pas besoin d’un mec ! » Besoin ? C’est quoi ? Ressentir un manque ? Comme la faim ? Moi j’ai envie !

J’ai envie d’avoir un mec dans ma vie pour partager les bons moments, les voyages, les expos, des discussions sur tout et rien jusqu’au petit matin, aller au ciné, au resto, rire et m’amuser ! Pourquoi les hommes ne sont plus des hommes qui pourraient juste avoir envie d’être avec une femme pour le meilleur… Alors je répète : Messieurs, où êtes-vous ? Qu’est-ce qui vous fait si peur ?

25 Responses to “Messieurs, où êtes-vous ?”

  • Je crois en avoir déjà croisé quelques uns…mais jamais dans la capitale et rarement sur l’internet mondial. Que voulez vous mesdames ?!… Vous impressionnez, vous faites peur, vous montrez un aplomb qui effraie les plus courageux. Ne vous a t on jamais dit que l’homme est craintif ???
    Ou alors, ils n’assument pas d’avoir passé 40 ans (où il semblerait qu’il se passe quelque chose de franchement déstabilisant pour ces pauvres mâles que nous sommes).

  • Quand j’avais lu ton explication pour “échantillonnage”, je me suis dit: “Elle ramène du taf à la maison…” :^p

    “Avoir envie” n’est pas “avoir besoin”… je trouve ta distinction excellente, essentielle, et salvatrice en l’occurrence…

    Pour ta question… après mon erreur monumentale d’interprétation sur http://ladiesroom.fr/2015/07/23/jai-perdu-lhabitude/ je ne me risque plus à me prononcer… ;^)
    Peut-être faut-il changer de site/chat/appli ? Ou laisser faire les choses? Revoir totalement la stratégie? http://ladiesroom.fr/2013/03/19/de-la-suprematie-indiscutable-de-la-vraie-rencontre/
    Je suis tout aussi dubitatif que toi sur tes déconvenues…

    • Si j’aimerais ton avis d’homme et sache que tout le monde peut se tromper!
      Je suis contente que tu comprennes mon souhait d’envie et non de besoin… Pour moi l’amour c’est l’envie avant tout. Le besoin comme la jalousie sont des sentiments qui me mettent mal à l’aise.
      Entendons-nous; j’ai parfois eu besoin que l’on me prenne dans les bras ou que l’on me soutienne, mais je pense que c’était surtout de l’envie, un souhait… (Pas sûre d’être super claire :p!)
      Pour ce qui est des sites et des applis, même combat, même résultat…
      Je suis bien d’accord avec toi sur la vraie rencontre, mais je bosse depuis la maison, je vais chercher ma fille à l’école et je rentre chez moi. Je me vois mal draguer les papas de l’école! Surtout que les meilleurs sont mariés à mes copines et les autres sont Gays :p!
      Bien sûr, je sors avec des copines, mais je suis en mode “sortie” pas “chasse”.
      L’année passée j’ai fait une super rencontre un mec génial, mais c’est moi qui ai fait marche arrière, j’étais beaucoup plus âgée que lui et je n’ai pas voulu lui gâcher sa vie…
      Il ne m’avait rien demander mais je n’ai pas voulu que des années plus tard, il me le reproche…
      Donc je crois au fruit du hasard, mais Cher Hasard, cela fait plus d’un an que tu m’as oubliée…. Reviens me voir :p!

      • @nouvelle-30naire

        Je ne sais pas si mon avis est un “avis d’homme” tant je suis convaincu que dans nos sociétés, hommes ou femmes, nous pensons à présent un peu la même chose et agissons peu ou prou selon les mêmes mécanismes…

        J’allais écrire un petit quelque chose et puis j’ai lu le commentaire de Rhaegar ci-dessous… Il (?) a raison, je pense. Les hommes ne sont pas différents: ils suivent leur envie, leur instinct. Ils se posent beaucoup de questions aussi… et prennent les décisions en conséquence. Leur vie n’est pas forcément moins compliquée non plus…

        Je pense aussi que… si on est en mode “chasse”, il ne faut pas s’étonner de ne trouver que des personnes qui sont en mode “gibier”… avec tout ce que cela implique… d’incertitudes et de fragilités (je le dis sans porter de jugement de valeur, nous pouvons être tour à tour “chasseur” ou “gibier” selon nos humeurs, envies, besoins, états d’esprit… même si je déteste cette manière d’envisager des relations)

        Peut-être est-ce en sortant de ce schéma chasseur/gibier que l’on finit par rencontrer “quelqu’un de bien” ?

        “Juste quelqu’un de bien
        Quelqu’un de bien
        Le cœur à portée de main
        Juste quelqu’un de bien
        Sans grand destin”
        (Air connu) :^)

        Un peu de patience, donc? Je te fais une grosse bise pour te soutenir dans ta quête quasi “graalesque”… ;^)

        PS: de belles histoires peuvent naître à la sortie des écoles…

    • Rhaegar

      Bonjour
      Peut être qu’ils ne sont pas sur la toile
      Peut-être que certains sont comme vous mesdames, juste envie pas besoin et prennent les choses comme elles viennent

  • Je comprends maintenant pourquoi on me croyait pas quand je dis que j’ai rencontré des mecs extraordinaires sur AUM… Il semblerait qu’ils aient tous pris la fuite quand on les a forcés à payer pour avoir des conversations qui se tenaient à peu près avec des nanas pas complètement écervelées… :(

    Pour ce qui est de Tinder, je n’ai pas eu la chance d’essayer, mais je suppose que la probabilité de tomber sur un mec à peu près sain sur tous ceux biberonnés aux vidéos des pick-up artists sans foi ni loi qui pullulent sur la Toile (pareil, y a 5 ans, les pick-up artists étaient bien plus subtils à mon sens, mais ce n’est que mon avis) persuadés que leur vie sexuelle (inexistante la plupart du temps) doit ressembler à un Dorcel, est désormais quasi nulle.

    Je te présente toutes mes condoléances, Lady. D’accord avec @Kwelet, peut-être qu’il faudrait changer ton fusil d’épaule, faire la sortie des écoles de commerce ou les facs… ? :p

    • J’ai testé AUM et HAPPN et franchement comme je le disais à Kwelet; même combat!
      Tinder m’a gavée en 3 jours…
      Entre nous, je vais bien, je me pose juste des questions sur les hommes ou alors j’ai perdu le fil pendant mes années de mariage…
      Ex: bête et méchant: Tu rencontres un mec et il te dit qu’il ne veut plus d’enfant. Tu lui réponds Top, moi non plus!
      Et là c’est foutu! “Bah comment ça tu ne veux plus d’enfant? Tu ne veux rien construire alors?”…
      Comme si la construction passait par l’enfant! Lost in translation!
      Et pour les rencontres IRL, tu verras plus haut que c’est compliqué ou c’est plus pas facile que c’est compliqué :p!

      • guillaume

        Hello ,

        Je crois que le problème vient en partie des sites de rencontres … pour y être allé moi même pendant 2 mois après ma séparation , je n y ai rencontré que des femmes un peu désabusées … jusqu’à ce que je me rende compte que je rencontrais autant de femmes dans la vraie vie que sur internet , mais avec un plaisir 1000 fois supérieur ! quel intérêt a ton a rencontrer une personne dont on connaît déjà une partie des goûts via des tchats ?

        Ces rencontres n’ont aucun charme , aucune surprise et font un peu travail a la chaine …

        • Ce n’est pas tant la rencontre le problème…
          Perso, j’ai plus souvent été déçue malgré des échanges géniaux de me retrouver face à de sombres abrutis… Mais ce n’est pas là que va mon questionnement…
          C’est sur ce que sont devenus les hommes pour avoir aussi peur des femmes bien dans leur peau.

    • Hmmmm… Je ne suggérais pas à Lady M. de se cougariser… ;^)

      Mais peut-être veux-tu lui suggérer, si les pommes du panier sont toutes gâtées, de cueillir directement celles qui sont sur l’arbre? :^) ;^p

    • PS: très zoli D20 pour illustrer l’article…

      • Comme ta métaphore, mon propos n’était évidemment pas à prendre au pied de la lettre, mais effectivement l’idée était de réduire le plus possible ce qui peut rendre caduque la rencontre (ou plutôt l’échange juste avant) et d’y aller au culot ! Mais bon c’est effectivement plus difficile à dire qu’à faire…

        Contente que la photo te plaise, c’était pas évident ;)

  • Mais comment faire comprendre à nos pères, nos frères, nos fils, nos maris, nos potes, que c’est JUSTEMENT parce qu’elle n’a PAS besoin d’eux qu’une femme moderne les aime ? Elle est là, la faille, non ?

  • J’ai justement une aventure actuelle telle que décrite par storia giovanna.
    Elle était libre, vivante, célibataire (pas tous les soirs). Nous nous sommes rencontrés par hasard et j’ai dû lui apporter ce dont elle avait envie.
    D’envies en envies, ne lui imposant rien, ne la jugeant pas, nous sommes amoureux.
    Ainsi, la bonne recette, c’est de ne pas se poser de question et surtout de ne pas imposer à l’autre notre façon de vivre.
    Il ne reste plus que la rencontre heureuse…. Se laisser se faire inviter par un inconnu dans la rue pour boire un café peut être un bon début. La chance, ça se provoque parfois.

    • Je ne veux rien imposer…
      Mais comme je l’ai dit plus haut, entre ma vie de mère, mon boulot et le reste, je n’ai pas vraiment le temps de rencontrer des hommes…
      Pour les inconnus dans la rue… il n’y en a pas beaucoup…

  • Abaslon

    Caricature pathétique et insultante. Mais c’est si simple aujourd’hui, ou tout argument est bienvenu pour castrer à tout prix le mêchant “mââââle”… Vous ne voulez plus d’hommes, alors pourquoi se demander ou ils sont ? Ils étaient là. Ils étaient là, mais aujourd’hui ils savent que le moindre compliment peut leur valoir un procès au coup. Que la moindre tentative de drague peut te faire passer par la case menottes.
    Et c’est particulièrement le cas des quadra. Nous autres trentenaires, on a un peu résolu nos problèmes de peur les uns des autres, on s’insurge pas aussi vite aussi, et des couples heureux ou malheureux, la n’est pas la question, se forment tout les jours. Pourquoi les hommes passés 40 ans ont ils autant de mal à trouver l’amour ? parce qu’ils subissent la logique castratrice d’un monde moderne ouvertement féministe, et certainement pas dans le bon sens du terme, depuis qu’ils ont 20 ans.Ils sont la génération qui se dépucelait sous des portes cochères et a qui on a subitement dit qu’il fallait faire très très attention, et que ce devait toujours être les femmes qui les choisissent et non l’inverse. Traitez moi de masculiniste sataniste tant que vous voudrez, je suis en couple depuis cinq ans, heureux et stable, et je ne suis certainement pas un tortionnaire…c’est beau de regarder et de blamer ceux qui s’agitent autour du feu pendant qu’il brûle, mais faudrait penser aussi a qui est responsable de l’avoir allumé. Voyez les choses en face : le 21ème siècle CULPABILISE invariablement la part désirante de l’homme, et vous vous plaigniez qu’ils aient peur… Bientôt ils n’auront plus seulement peur : ils ne s’approcheront plus d’une femme tant qu’elle ne viendra pas les tirer par la peau des couilles. Et là peut être seriez vous enfin heureuses, devenues “sexe fort” , alors qu’il n’y a de sexe ni fort ni faible ?

    • @Abaslon : Merci beaucoup d’être venu nous abreuver de votre avis ô combien essentiel.

      Sans nul doute que cela fait avancer le débat de prétendre que nous vivons dans “un monde moderne ouvertement féministe” alors que les inégalités entre les hommes et les femmes sont, encore et toujours, tellement ancrées dans nos sociétés… Que ce n’est que maintenant qu’elles sont pointées du doigt, maintenant qu’on en parle ouvertement, pour éviter à nos filles comme à nos petites-filles le plausible – j’ai bien dit plausible – affront d’être dépucelée sous une porte cochère comme vous le dites si justement, qu’on la malmène et/ou la déconsidère pour ce simple fait pendant que vous chouinez pour un semblant de rite de passage, comme si ça changeait quoi que ce soit à ce que sont et seront les hommes…

      Exiger de chacune et chacun l’égalité – pour rappel, non l’ascendance sur l’autre – des sexes ne fait pas des femmes, féministes ou non, des castratrices.

      Et ça n’était pas le propos, quoi qu’il en soit. Faudrait tout de même revoir votre copie si ça vous pose un problème le fait que “la part désirante de l’homme” puisse être interprétée, à de nombreuses reprises, par des milliers et des milliers de femmes à travers le monde, comme une (micro-)agression.

      Remettez-vous en question, simplement. Ça ne fera pas rétrécir votre pénis (ni vos testicules en principe), rassurez-vous. Le cas échéant, j’ai quelques liens très intéressants sous la main au besoin.

  • Rachel

    Je suis surprise de ne pas encore avoir lu d’avis similaire au mien sur un point qui semble rallier tout le monde ici.

    Oui peut-être, les hommes d’aujourd’hui, du moins ceux de votre tranche d’âge, sont indécis, ont une peur viscérale de “la femme indépendante” et disons-le : non-soumise. Je ne fréquente pas les quadras, mais je m’en doute un peu. Pour ma part, je n’ai toujours pas su me caser mais je ne généralise pas encore. Seulement, il y a un point qui, selon moi, ne concerne pas forcément les hommes en particulier, celui où vous dites, Lady Maléfica, que vous n’avez pas *besoin* mais juste *envie* d’un homme dans votre vie. Eh bien moi, je ne souhaite pas rencontrer un homme qui n’ai pas besoin de moi. Seriez-vous un homme, je partirai en courant pour cette raison-là. Il y a des gens qui ont tout simplement BESOIN d’un autre être humain dans leur vie, et se mettre en couple avec une personne trop indépendante (affectivement parlant j’entends, je ne parle pas des hommes qui ont besoin d’une cuisinière et des femmes qui ont besoin d’être entretenues), peut être source de stress, surtout s’ils ont déjà été lâchés par le passé pour cette raison. Alors les cataloguer tout de suite de froussards, juste parce que vous n’avez pas les mêmes besoins affectifs, je trouve ça un peu facile.

    • Bonjour Rachel,

      Je pense qu’il est important de se sentir bien seul(e) avant de pouvoir aimer quelqu’un d’autre.
      J’ai envie de partager beaucoup de choses mais je peux aussi le faire seule…
      J’ai des ami(e)s des passions, des enfants, ma vie n’est pas sans amour…
      Justement à 40 ans c’est un âge où les femmes s’assument mieux, plus de besoin de reproduction ou de soutien, elles sont fortes et justement le partage du bon sans le mauvais c’est peut-être une bonne chose?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>