Culture

Robinson Crusoé

Dans ma tête, Robinson Crusoé était un peu comme un mythe : un naufragé qui arrive à survivre, seul sur une île déserte.

american-oxford-bookworms

Oubliez pourtant tout ce que vous croyez savoir sur le personnage, le naufrage, l’île, Vendredi… Oubliez l’image que vous en avez reçue au travers de lectures d’enfance, de films ou de séries télévisées… Si vous n’êtes pas de ceux qui ont lu la version originale, vous serez sans doute aussi surpris que moi de constater que de toutes ces images d’Epinal, il ne restera pas grand-chose après la lecture.

Robinson Crusoé narre les aventures d’un jeune Anglais qui quitte York et connaît les affres de la capture, au large de l’Afrique, puis l’échouage sur une île totalement déserte où il restera de nombreuses années. Peu à peu, il retourne à l’état de l’homme originel, se faisant cueilleur, éleveur, agriculteur, bâtisseur, potier, s’entourant d’animaux puis se faisant sauveur d’un homme destiné au festin d’un groupe d’anthropophages. Vendredi devient alors un compagnon essentiel pour Robinson.

Si j’étais impatiente de découvrir Robinson Crusoé, je ne m’attendais pas à m’ennuyer autant. Quant à l’auteur, il ne nous ménage pas : cela n’est pas très rapide, il y a quantité de précisions inutiles : cela n’en finit pas (et plus de 800 pages dans ces conditions, c’est long!).

Un jour de 1651, Robinson Crusoé quitte l’Angleterre pour courir les mers. Vendu comme esclave par des pirates, délivré par des Portugais, il a vingt-huit ans lorsqu’il fait naufrage sur une île à l’embouchure de l’Orénoque. Seul survivant, il parvient à subsister par ses propres moyens, jusqu’au jour de sa rencontre avec un « sauvage » qu’il protège des cannibales et dont il entreprend l’instruction. Il le nomme Vendredi… L’un des premiers romans de langue anglaise, Robinson Crusoé – dont les « surprenantes aventures » le conduiront aussi en France et en Espagne – est une des oeuvres qui nourriront la réflexion de Rousseau sur l’éducation, l’état de nature et la vie sociale.

Robinson Crusoé de Daniel Defoe – Ed. La Bibliothèque du collectionneur – 14 euros.
Prochaine lecture : La Liste de mes envies de Grégoire Delacourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>