Culture

Claude Violante : douceur moderne

Amies lectrices, ne vous fiez pas au pseudonyme un tantinet agressif de Claude Violante. Cette Parisienne bien dans ses pompes n’a de violent que le nom, et distille depuis 2012 sa pop mâtinée de house, de r’n'b 90′s et de sonorités futuristes (d’après plus ou moins l’ensemble de la presse à son sujet). On a écouté pour vous son tout nouvel EP, Your Heart Is Weak, gracieusement envoyé par Modulor. 

Your-Heart-Is-Weak-560x560

Signée chez Tsunami-Addiction / Modulor, la discrète Claude Violante aligne les tubes. 4 titres qui sonnent comme 4 prises de position stylistiques réussies. Moitié du groupe Haussmann avec Thomas Carteron, auteurs de quelques tubes dont Boys Like Us, machine à remuer imparable, elle n’en est pas à son coup d’essai.

A la première écoute, c’est No Mercy qui nous accroche. Les enfants, ce titre, c’est de la bombe. Chopez-le et mettez play, à fond dans le casque, en marchant dans les couloirs du métro, en voiture, dans votre appart’, en plein milieu d’une soirée d’été… Ca marche à tous les coups. No Mercy, outre les paroles, est un titre sans pitié avec le mauvais goût : il n’y en a pas une once.

L’EP est très bien calibré. La production et la voix de Violante s’enlacent, ne laissant aucune marge aux tergiversations. Sur June, elle attaque d’entrée de jeu avec son timbre velouté. “Give it up, give up, it’s only real when you scream about it” balance-t-elle, l’air de rien. Claude vous incite à crier, à ressentir, à vivre. C’est parfait que l’EP sorte le 7 juillet, parce que ce son est fabriqué pour l’été.

N’y voyez là aucune comparaison avec La Lambada ou autre tube hit-machinesque. Non non. On vous parle d’une vraie recherche musicale, où l’intention de ne pas céder à la facilité transparaît dans chaque inflexion de la musicienne-chanteuse-productrice. C’est juste qu’on dirait qu’elle a compris l’été, du moins le fantasme qu’on s’en fait. Où tout est décuplé. Plus fort, plus chaud, plus intense.

On vous parle ici de sentiments, de ce truc profond sur lequel on n’arrive pas à mettre le doigt, mais qu’on recherche encore et encore en multipliant les écoutes. C’est furtif, insaisissable, éphémère, mais qu’est-ce que c’est bon ! C’est qu’elle est douée Claude. On découvre sa voix avec l’impression de réaliser subitement que c’est notre meilleure amie qui dévoile enfin un talent caché : surprenant et familier à la fois.

On a écrémé ses interviews, faut avouer. Il en ressort que Claude est une fille pas fifille, simple, marrante, gentille, sans prise de tête (très Ladies Room friendly donc). On a envie d’être sa pote, qu’elle nous emmène avec elle dans ses soirées, pour pouvoir saisir un peu de son plaisir chaque fois qu’elle est aux platines.

Sur les 4 tracks, c’est The Double qui a le plus retenu notre attention. Le genre de titre qu’on verrait bien dans un (second ?) film de Gia Coppola, illustrant la perte de repères d’une ado aux perspectives incertaines, seule au milieu d’une banlieue policée de l’Amérique puritaine (c’est bon, ça fait suffisamment de clichés ? Vous situez ?). En vrai, c’est filmesque, c’est beau.

Vous l’avez compris, Claude Violante passe la seconde avec Your Heart Is Weak. Un EP sensuel, vraiment sexy, plus abouti que le précédent, peut-être aussi plus personnel. Un EP qui parle d’amour. Ca fait du bien, en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>