Culture

Les jeunes et leur langage

« Ma daronne vient d’arriver viens on décale chez un de mes sauces ? »

5935521007_34b114aa41_z

Chaque génération a ses expressions, une sorte de nouveau langage réinventé sans arrêt. Nous allons aborder certains termes utilisés par la jeunesse d’aujourd’hui pour ainsi mieux comprendre leurs discussions avec leur dialecte bien à eux.

J’ai 16 ans. Etant au lycée, j’utilise ce langage pour parler à mes « potos », certains mots peuvent être compliqués pour les gens qui commencent à avoir des veuch (cheveux) blancs… Bref, pour résumer, j’ai fait une sorte de dictionnaire permettant à n’importe qui de s’intégrer n’importe où… tant qu’on a moins de 30 ans.

Etant en fin de seconde on m’a accessoirement forcé à faire un stage chez Heaven (ndlr : il y a pire), j’ai écrit cet article pour Ladies Room car j’en avais marre que ma mère utilise certains termes de jeunes complètement au hasard !

Babtou

Verlan de toubab, mot d’Afrique de l’Ouest désignant l’Européen, le Blanc. Dans nos cités, ce nom masculin est repris par les « Renoi » (verlan de Noir) et les « Rebeu » (verlan de « Beur ») pour qualifier le « Gaulois », celui ou celle qui a la peau blanche.

Variantes : bab, gwère, roumi, blavanc, blonblon, from, père Dodu.

« Mais pourquoi les babtous, ils dansent pas le coupé-décalé (danse ivoirienne) avec nous, ils ont peur de se taper l’affiche (la honte) ou quoi ? »

Béflan

De flamber, « béflan » est un verbe intransitif appartenant à un groupe ignoré du corps professoral et qui ne se conjugue pas ! Il signifie frimer, se la péter, « faire le kéké ».

« Il béflan grave avec son rap à deux keus (à deux sacs, à deux balles) ; à la Nouvelle Reusta (star en verlan), il aurait pris rekdi (direct en verlan) quatre rouges ! »

Mifa

La « mifa », verlan de famille, est un cercle de proches qui intègre les parents, les sœurs, les cousins, les oncles… mais qui peut aussi s’élargir aux « potos », à tous les copains.

Variantes : mif, miaf, smala.

« La mifa, c’est sacré, le premier qui la frôle, je le dégomme, je suis comme aç (ça en verlan) quand j’ai le bleudia (diable en verlan, la haine) ! »

Nessbi

Verlan de business, le « nessbi » se fait souvent « à la youv » (verlan de voyou), comprenez dans l’illégalité.

« C’est un nessbi de la balle (génial), je fais la collec’ des violets (les billets de 500 euros de couleur violette) sans jamais flipper ma race. »

Rotca

Du verbe « carotter » signifiant voler, escroquer. « Se faire rotca » (ou « rotka »), c’est être victime d’un vol ou d’une arnaque.

Variantes : se faire carna (verlan de arnaque), se faire guezmer (verlan de merguez), se faire bébar (verlan de barber dans le sens de voler et escroquer), se faire bananer, se faire douiller.

« J’ai rotca son keus (sac) dans les vestiaires, il est rentré chez lui en slibard, j’avoue, c’est abusé. »

« Le vendeur, il m’a dit nanani nanana, c’est de la super came, mais en fait, son queutru (truc), c’est en mousse (ça ne vaut pas un clou), je me suis fait rotca. »

Après avoir lu cet article vous pourrez vous exprimer tel un parfait petit jeune, ou même comprendre votre fils/fille lorsqu’il utilise ce « dialecte »  et si l’envie vous prend, vous exprimer avec ces mots.

(cc) justine-reyes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>