Culture

Dans le vidéoscope #8 : Willow Smith, fille à suivre

Clin d’œil à une époque désormais révolue, le magazine des filles à la page arborait, dans ses jeunes années, un encart vidéo qu’il nous plaisait de changer à loisir, fruit de nos recherches parfois interlopes sur les Internets, donnant parfois lieu à des découvertes mirobolantes…Vidéoclips à l’esthétique renversantereprises stupéfiantes de classiques pop ou encore courts-métrages dont la poésie laisse sans voix, nous avons fini par nous rendre à l’évidence : pourquoi vouloir changer une équipe qui gagne ? Chaque semaine sur Ladies Room, venez donc zieuter notre Vidéoscope, pour y découvrir ou y re-découvrir les vidéos dénichées par la rédaction !

Oui, c’est bien la fille de Will Smith.

Oui, elle est aussi cool que son père, oui elle a la même tête que son frère (Jaden, sans le mignon duvet). Oui, elle est née en l’an 2000 et n’a pas encore 15 ans.

Et pourtant. On tient encore ici un exemple que le talent n’attend pas le nombre des années. La jeune fille n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir donné la réplique à papa dans I am a Legend (2007), elle enregistre à 11 ans un premier single au succès planétaire, Whip my Hair. Stylistiquement, on était encore dans l’approximation : débauche de couleurs pop, boots lacées improbables carrément assumées, tenues excentriques… Mais le flow, lui, était déjà bien affirmé.

Mais on s’égare. Willow aujourd’hui est une des plus jolies promesses de la sphère musicale outre-atlantique. Il n’y a qu’à faire un tour sur son compte Soundcloud pour se faire une idée. Un bon exemple de son approche : Female Energy, single où l’enfant pose sa belle voix étonnement mature sur un beat mi-planant mi-profond, aux sonorités R&B hyper agréables.

Parfois Willow chante avec Jaden, lui aussi dans le game, dont les paroles un peu futiles trahissent l’âge (16 ans), mais qui n’a rien à envier à son petit prodige de soeur (écoutez Blue Ocean V19 pour comprendre). Les deux Smith sont des défricheurs : ils ouvrent la voie à un courant musical oscillant sans cesse entre délicatesse, éclatante modernité, expérimentation et questionnements métaphysiques. Un vrai bon cocktail.

Avec F-Q-C #7 (prononcer Frequency number 7), Willow impose son style et sa grande créativité. Elle a produit elle-même le titre, signé les paroles et co-réalisé le super clip qui l’illustre. D’après The Fader, elle explique que les 4 Willow représentent ses différents Chakras. Le jaune pour la confiance en soi, le bleu pour sa voix, le rouge pour son instinct de survie (sic) et le noir pour la combinaison du tout, son vrai soi.

En plus de ces passages en couleurs primaires, des moments nature, où elle gambade dans les collines sous un soleil flatteur, le visage constellé de points colorés, achèvent de dessiner son univers.

Une imagination débordante, une conscience d’elle-même affutée, une attitude ultra-cool doublée d’une fraîcheur authentique : voilà Willow Smith. Gardez-la en tête. C’est important.

Relire Dans le vidéoscope #7 : Nepal Times.
Relire Dans le vidéoscope #6 : In love with Bo.
Relire Dans le vidéoscope #5 : “Hypnotized”.
Relire Dans le vidéoscope #4 : “Quitter la Ville”.
Relire Dans le vidéoscope #3 : “Skateboarding in Palestine”.
Relire Dans le vidéoscope #2 : L’omerta des petits riens.
Relire Dans le vidéoscope #1 : “This American Life”.

3 Responses to “Dans le vidéoscope #8 : Willow Smith, fille à suivre”

  • Nom de Dieu. Autant j’avais envie de lui péter les tympans autant qu’elle avait pété les miens avec son “I whip my hair back and forth” insupportable, autant elle a bien fait de fermer sa gueule pendant 3 ans. Parce que là, elle a beau avoir 15 ans, c’est juste impeccable en termes de sonorités et d’intention.

  • Trop choupie. J’ai filmé sa prestation à l’Afropunk ce weekend.
    En vlà une :
    https://www.youtube.com/watch?v=oqMucWOj0u8

    Et la 2ème :
    https://www.youtube.com/watch?v=OBY-1yGANMY

    En revanche, sans rire, chacun des morceaux qu’elle a chantés (avec ou sans Jaden) duraient pas plus de 2m30. Autant dire un set de 30 minutes.

    (Le travail des enfants est interdit.)

    • Tsé, ça ne m’étonne pas, étant habituelle des chansons punk. Quand tu n’as pas une bête d’orchestration et pas grand-chose à dire, des chansons de 2’30″ sont tout à fait acceptable, le temps de te trouver un style. C’est vrai que les chansons, depuis les années 1980, ont l’habitude d’être standardisées entre 3’30″ et 4’00″ pour des objectifs de radio, de télédiffusion… Laissons-lui le temps d’avoir autre chose à dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>