Humeurs

Le Trio

T’es belle mais j’aime pas les franges alors tes cheveux en arrière c’est mieux, on voit ton front, tes yeux. 

30314716_9ca63fcedb_z

T’es belle quand tu ris quand tu souris quand tu tournes ton regard vers lui. On se regarde, on le regarde, et il se sait sans doute visé. Il avance, se prélasse comme un chat, devant toi, devant moi.

Nues l’une contre l’autre, tout contre lui, dénudé aussi. On se touche, on se caresse, un peu noyés dans l’ivresse. Les uns dans les autres, au-dessus des uns des autres…

T’es belle quand tu m’embrasses, t’es belle quand tu l’enlaces. Et lui qu’est-ce qu’il est beau, qu’est-ce qu’il est doux quand il joue, quand il se joue de nous.

Nos doigts jouent du piano sur nos dos, sur nos peaux. La chaleur tout autour de nous, dans les draps, dans le lin, dans les édredons doux.

Et il ne se passe rien que les autres ne peuvent voir, que nos regards d’amour et nos jolis “au revoir”… De se revoir, encore, tous les soirs, tous les trois sans personne, juste nous et nos cœurs, nos corps qu’on dévore. Sans peur.

T’es belle, t’es belle et ton air d’amoureuse, quand tu le regardes, tu me rends heureuse. On se balade, mains dans les mains, le tout-Paris aveugle ne voit rien de nos jeux, du manège qui se tourne et se détourne ; deux plus deux.

(cc) Taro Taylor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>