Culture

L’orgasme féminin vu par un écrivain indien : extrait de “Loin de Chandigarh”

En écho au bel article de Kwelet : L’orgasme, publié dans la Mens Room, je vous livre un extrait d’un magnifique roman de l’écrivain et journaliste indien Tarun J Tepal.

9782283021125

Une saisissante vision de l’orgasme féminin, et en conclusion une intéressante piste d’explication de siècles d’oppression des femmes : excision, voile intégral, claustration, obsession de la virginité… Autant de subterfuges pour interdire ce qu’on ne sait partager ?

Fizz hurlait en silence – dents serrées, bouche ouverte. Seuls ceux qui ont vu une femme pousser un cri muet dans l’orgasme savent à quel point il est assourdissant. Le sien déchirait la chambre et déchaînait ma frénésie.

De temps à autre elle atteignait des sommets si hauts que, l’ayant perdue de vue, je devais attendre qu’elle redescende pour renouer le contact.

Parfois, elle revenait impatiente de repartir à l’assaut d’un autre pic. Parfois elle revenait affaiblie et je devais la préparer à nouveau. Je tentais de la suivre, de rester à sa hauteur, mais ce n’était pas toujours possible.

Il n’y a pas de doute : dans le sexe les hommes stationnent au camp de base. Ils peuvent jouir des nombreux plaisirs de la moyenne montagne, mais les sommets vertigineux leur sont refusés. Il leur manque le souffle, l’imagination, l’abandon, l’anatomie. Leur tâche consiste à préparer les vrais grimpeurs : les femmes, artistes des hautes cimes. Ces chamois capables de sauter d’arête en arête, de sommet en sommet, jusqu’à la vastitude de l’éternité.

(…)

Les hommes rusés attendent et jouissent par procuration. Ils inventent pornographie et plaisirs de substitution. Ils encouragent les alpinistes, les admirent de loin et en tirent du bonheur.

Les hommes stupides mettent les chamois aux fers. Ils serrent les rangs, inventent la religion, la moralité, les lois, érigent des palissades et interdisent les montagnes. Nul n’ira où ils ne peuvent aller. Les hauteurs sont perdues à jamais.

C’est par ailleurs un magnifique roman qui traite de la passion charnelle et de l’inspiration littéraire, des maux de l’Inde contemporaine et des soubresauts de son histoire, et célèbre la beauté des régions de montagnes du Nord, aux confins de l’Himalaya.

L’écriture est autant poétique que l’oeil est acéré et les sens affutés. Une superbe analyse des rapports amoureux dans une langue qui ferait rougir de honte certains auteurs de “mummyporn” au vocabulaire indigent. A noter : de belles descriptions de ce phénomène si fantasmatique de la “femme fontaine”…

3 Responses to “L’orgasme féminin vu par un écrivain indien : extrait de “Loin de Chandigarh””

  • Merci pour le compliment, mais, surtout, merci infiniment pour cette découverte!

    Non seulement, je me sens très proche de la pensée de cet auteur en la matière, mais ton choix de citations m’a conquis sur le champ. Quelle beauté, claire et poétique, quelle justesse dans l’écriture! Je vais le lire! Je dois le lire!

    En plus, tu me double-titilles, si je puis dire, en évoquant le fontainisme… Depuis le temps que je souhaite écrire dessus… Quand on l’a rencontré, on ne peut qu’être marqué au fer rouge, je crois…

  • @ Leonore : Diable comme le passage que tu livres est extraordinaire !

    J’ai lu bien des romans où des narrateurs masculins parlent des femmes et de l’orgasme, mais jamais, j’en suis sûre, un narrateur n’en a parlé ainsi. La vision est pleine de poésie et pourtant tellement… réelle.

    J’aime les hommes qui savent parler des femmes. Et rien que pour cela, je vais lire ce livre. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>