Humeurs

Quelque part entre la princesse et la putain

Quand on est petite, on nous montre les films de Walt Disney. On grandit avec dans la tête cette espèce d’idéal du prince charmant et du « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Et puis, un jour, plus ou moins tôt, plus moins tard, on se rend compte que les relations homme-femme c’est bien plus compliqué que ça.

4496047949_f8602f7641_z

On découvre un mot : Infidélité. Et la réalité qui l’accompagne. Ce n’est souvent pas très joli. Car, avec l’infidélité vient bien sûr le mensonge, mais aussi la culpabilité, le jugement… etc. L’infidélité, c’est l’interdit qu’on brave, c’est la trahison. J’ai retourné le problème dans tous les sens. Tromper, c’est trahir. Je déteste la trahison.

Et pourtant, la réalité est bien plus complexe que Disney et les stéréotypes liés à l’infidélité. Je dois être quelque part entre les deux. Quelque part entre la princesse et la putain. Celle que bien des femmes détestent. Je suis l’amante.

Quelque part entre la princesse et la putain, je suis la fille de la nuit aux longues jambes et aux cheveux courts. Je suis l’exotique. Je suis quelques heures de liberté. Je suis la réalité qui se suspend. Je suis un possible impossible. Je suis une vie qu’il ne vivra jamais. Je suis toute à lui et absolument indépendante. Je suis un secret bien gardé.

Quelque part entre la princesse et la putain, je suis la fille que l’on quitte au milieu de la nuit pour retourner à sa vie. Je suis la fille qui parfois attend, celle qui passe après. Je suis celle qui ne reproche rien. Je suis toujours le sourire.

Quelque part entre la princesse et la putain, je suis la fille aux bas et porte-jarretelles. Je suis le regard de braise et les mains baladeuses. Je suis les ongles qui se baladent sur la peau. Je suis les bras qui enlacent et rassurent. Je suis la complice du crime et la confidente.

Quelque part entre la princesse et la putain, je suis l’inconnue qu’il connaît si bien. Je suis la conquise à toujours reconquérir. Je suis la présente absente. Ou l’absente présente.

Quelque part entre la princesse et la putain, je suis pleine de contradictions. Jamais tout à fait l’une, jamais tout à fait l’autre. Je suis moi.

Un jour, tout sera terminé, un jour les chemins de nos vies se sépareront. Un jour, un autre homme prendra sa place dans mon lit pour y rester toute la nuit et réussira à conquérir mon coeur. Mais, même quand ce jour arrivera, je resterai. Quelque part entre la princesse et la putain.

(cc) Bailey Weaver

Tags :

5 Responses to “Quelque part entre la princesse et la putain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>