Culture

Las Aves : l’envol des rapaces

La rédaction a reçu l’EP de Las Aves et vous en fait la chronique. 

Les enfants, une fois n’est pas coutume sur le magazine des filles à la page (qui porte bien son swag nom), je vais me fendre d’une petite chronique musicale. C’est le coeur plein d’entrain que je vous présente aujourd’hui le nouvel EP d’un groupe qui redresse le niveau de la pop française (aussi parce que ce n’est pas que de la pop). J’ai nommé : Las Aves.

3596973208590_600

Autant le dire tout de suite, j’ai eu un petit coup de coeur donc l’article donnera bel et bien dans l’encensement primaire. Je vais parfois sonner groupie de 14 ans, couettes et appareil dentaire, I don’t care.

Anciennement The Dodoz (on reste dans l’ambiance volatile), les quatre Toulousains, tels le phoenix, renaissent de leurs cendres sous le nom, le beau nom grave de Las Aves, littéralement “les oiseaux de proie”. Pas de coïncidence, non. La charismatique Géraldine s’entoure de Vincent et des jumeaux Jules et Adrien pour produire de l’acid pop comme on l’aime. Bien plus acide que pop. Le groupe n’a pas oublié son passif ultra-rock et mâtine ses compos de riffs bien sentis, du plus bel effet. Ils sont produits par Dan Levy, la moitié virile de The Dø, pour qui Las Aves fut une révélation. Gage de qualiteyy donc.

L’EP commence en douceur avec Gasoline. Un morceau fourni et dense, sur lequel Géraldine pose la voix lascive qui convient. Quoique un peu trop longue (je milite pour le retour des chansons qui savent s’arrêter au bon moment), la ballade fait le job et laisse place à Los Angeles, annoncée comme LE tube du joyeux quatuor. Pas de publicité mensongère, le morceau est produit avec doigté, plein de panache. Son refrain résonne comme une rupture glamour et bien balancée : “I want to move to Los Angeles, forget about me and you, I wanna see your tenderness you know“. Tumblr-friendly, le clip est une vraie réussite qui nous ramène 30 ans en arrière. Vous savez, le genre de vidéo qu’on a envie de partager uniquement parce que visuellement c’est cool. Les deux autres titres, Banshee et Acid Years sont eux aussi chiadés.

Il y a quand même là-dessous un côté adolescent qui arrive enfin à bien maîtriser sa guitare (je suis mauvaise hein). Enfin je dis ça, ils ont à leur compteur de sacrées premières parties, dont The Dø, Babyshambles et Stereophonics. Tout au long des quatre tracks, l’énergie de Géraldine est magnifiée par ses compères qui, il faut le dire, assurent musicalement. La prod’ est d’excellente facture et après quelques écoutes attentives, on connaît pratiquement les paroles et le tout reste en tête.

Las Aves m’a évoqué plusieurs références qui n’ont rien à voir entre elles, à part quelque chose dans les riffs enlevés, très marquants. Dans Acid Years par exemple (ma favorite), je retrouve la fougue des Strokes (rien que ça !). Le rockabilly latent a fait ressurgir de ma mémoire Hunx and His Punx, un groupe un peu obscur de grand talent que j’ai découvert un jour d’exploration des tréfonds de l’interweb. Sans oublier Siouxsie and The Banshees à cause des mélodies aux accents faussement optimistes.

Ah et aussi (j’entends d’ici les rires moqueurs, je vous vois, l’index accusateur pointé sur moi), tout ce petit monde m’a rappelé Superbus. Alors OUI, j’adorais ce groupe quand j’avais 12 ans, c’était mon droit. Attention hein, pas le Superbus dont vous vous souvenez, je parle d’Aéromusical, leur album de rock bubblegum qui rythmait mes séances de corde à sauter. L’énergie, cette espèce de hargne entrecoupée de passages ensoleillés a provoqué en moi cette folle comparaison (mais vas-y tu sais quoi ? Je m’excuse).

Leur emblème ne l’est pas par hasard, sorte de Spirit of Ecstasy conquérant et bling-bling, à leur image : prêt à fondre sur sa proie au moindre signal, il poursuit sa ronde planante, emmagasinant les influences et la maturité. Las Aves peuvent déployer leurs ailes : pour eux, le ciel est dégagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>