Humeurs

Vous gâchez tout !

Mon pays se réveille, petit à petit d’une épaisse brume. Une brume de sang. Une brume de haine. Une brume de terreur mais aussi d’une immense vague d’humanité. Une vague de Charlie.

54ad3fd9551aeje-suis-Charlie

Mes copines ChaT, Lady Malefica et Mag A Dit ont pris leurs plumes pour dire haut et fort à quel point nous nous sentions “Charlie” en ces tristes jours.

Moi la première, bien que ne partageant pas leurs idées, depuis mercredi, je me sens blessée, atteinte au plus profond de mon être. Nous sommes en 2015, j’ai 30 ans et on peut prendre une balle dans la tête en faisant des dessins humoristiques, parfois souvent provoc certes, mais qui ont pour simple but que de caricaturer le monde qui nous entoure. J’ai la chance, nous avons la chance, contributrices de Ladies Room, auteurs de blogs, utilisatrices de Twitter de pouvoir nous exprimer librement sur chacune de nos pensées.

Ce mercredi 7 janvier 2015, on a décidé de nous démontrer que nous pouvions risquer nos vies d’avoir dit ce que nous pensions ou d’avoir ironisé sur une religion ! J’ai suivi minute par minute tout le déroulement de chacun de ces tristes évènements. J’ai eu l’impression de recevoir un coup de poignard dans le cœur, en écoutant Patrick Pelloux qui raconte son désarroi de ne pas avoir pu en sauver plus, j’ai versé des larmes en écoutant la douleur de Jeannette Bougrab d’avoir perdu “son amour”.

Et pourtant il a fait chaud par moment dans mon cœur. Quand on voit les gens se redire bonjour dans la rue, échanger des sourires discrets certes mais réconfortant, allumer des bougies le long de mon palais de justice dans lequel je me rends quasi tous les jours. Les manifestations sont spontanées, les hommage sont pacifistes, le monde nous soutient, l’humanité panse ses plaies d’un seul bloc. Et pourtant c’était trop beau pour être vrai.

La CGT amène ses drapeaux malvenus au recueillement de mercredi soir et les mosquées prennent feu. Les politiques entrent en scène et jouent une mauvaise mascarade. Ils n’auront pas mis longtemps, les lâches, à récupérer pour leurs batailles politiques, leurs batailles d’ego, ce terrible drame. Les victimes sont à peine froides et les charognards tournoient dans le ciel meurtri de ce monde, de mon pays, de ma France de liberté et de tolérance. Le grand rassemblement promis dimanche perd de ses adeptes. (Je commence ce billet, et un petit tour sur Facebook et je me retrouve face au très à propos article de ma copine).

Les débats stériles enveniment l’essentiel. Le débat se cristallise sur le point de savoir qui est ou non invité à la manifestation, quels drapeaux d’organisations syndicales doivent être autorisés, qui va mieux tirer son épingle du jeu sur le plan politique suite à cette gestion de crise. Les élans de chaleur qui se sont dégagés de l’humanité depuis mercredi sont en train de givrer. Déjà. Si rapidement après.

Je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, que votre rassemblement dimanche ne dégénère pas. Je souhaite que chaque obédience, religieuse, politique, syndicale, respecte le rassemblement pacifiste dont un grand nombre d’entre nous semble avoir besoin pour célébrer ceux qu’on a surnommé “les martyrs de la liberté”.

Mais sachez, Mesdames et Messieurs, que dès à présent, vous gâchez tout et que votre comportement n’est pas digne d’#êtreCharlie.

One Response to “Vous gâchez tout !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>