Humeurs

La Folie

Ce sont des gestes, des cris, des larmes. Ce sont des rires jaunes et des faux semblants. Comme un syndrome, une manie incandescente, irrépressible, aveuglante. Plus aucun contrôle, chaque fois plus forte que les autres.

6558848657_976c6896eb_z

Courir et ne pas s’arrêter, courir pour se défaire des ombres, courir pour ne pas craquer.

Ne pas montrer, jamais, le coeur qui bat beaucoup trop fort soudain, le corps qui tremble, trébuche, titube. La course contre la montre, contre toute cette vie d’un coup qui file trop vite et qui s’arrête net. Le temps, c’est ça, c’est le temps qui compte dans la folie. Le temps trop rapide quand l’esprit réagit et trop lent quand la folie s’installe, quand elle broie les tripes, quand elle éclate les tempes.

Et le monde autour qui rit, pourtant il ne suffit que d’un mot, un seul. Un bruit, un geste, il suffit d’un seul déclic pour que la raison s’effondre. Chaque matin le même combat, devant le miroir, la première bouchée avalée, les premières mains lavées, relavées, sans cesse, la respiration retenue, l’air qu’il ne faut pas happer, la lutte entière et complète contre l’instinct, le besoin de fuite.

Le premier pas dehors, marcher trop vite, plus vite encore, tourner en rond, observer les gens, échapper au monde, pleurer en souriant ; ne toucher à rien, jamais, tenir l’équilibre et la distance, s’en sortir : pas tout le temps. Rester impassible, combattre les réflexes, vivre la vie d’une autre, hors de son enveloppe, vivre au-dessus, en dessous, vivre en transparence.

Ravaler ses larmes, la peur, la terreur. Affronter les creux, les vides, affronter le fait de remplir ce vide, faire confiance, avaler, recracher, cacher. La faim, les crampes, le trop plein. Repousser le mal, se droguer, être complètement dépendant, et la détente, juste un temps, une demie vie. Faire le chemin en sens inverse, retrouver le rythme, se perdre, prendre sur soi, toujours.

La folie c’est la peur, la phobie, la terreur, le rythme de la vie, chaque seconde, chaque minute et chaque heure, chaque mot, chaque respiration, chaque claquement de doigt, chaque mot prononcé, chaque regard. La folie c’est le courage, tous les jours, le courage de vivre, de se lever tous les matins, de rire, de chanter, de danser sur des tables, d’exploser de joie, de blaguer, de se moquer, le courage de ne pas se laisser mourir.

T’as vu maman ? J’ai réussi, j’ai survécu jusqu’ici. T’as vu maman j’ai pas sauté, j’ai pas craqué, j’suis encore là, t’as vu maman tout le combat ? Et puis la nuit c’est pareil.

(cc) Eole Wind

2 Responses to “La Folie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>