Humeurs

Quand le chômage te tue

Au début c’est un peu comme un rêve. On peut dormir jusqu’à pas d’heure, profiter des derniers rayons de l’été en terrasse, toujours dispo pour les amis qui bossent, on est fresh et pimpants. On vient de terminer les études et on profite d’un repos bien mérité, de toute façon on cherchera du boulot plus tard !

6744174641_9e2cb91692_z

Puis vient l’automne, mais aussi les premiers rendez-vous chez Pôle Emploi, les arbres se dénudent, de la pluie à torrents, espoirs assassinés, rêves incarcérés ! On t’envoie une offre pour vendre des cuisines, tu te dis qu’après 3-5-7 ans d’études, tu espérais quand même mieux et ne donnes pas suite.

Tu envoies tes CV, pleine d’espoir puisque d’autres annonces correspondent exactement à tes compétences et ils disent bien « débutants acceptés » ! Pas de réponses à tes 124 candidatures et ton entourage commence à t’interroger sur tes projets. Qu’est-ce que t’attends pour trouver un taff, tu vas pas rester chez tes parents jusqu’à 30 ans ? Ta cousine, ancienne cancre devenue esthéticienne te dit, un grand sourire aux lèvres « Oh bah tu vois t’aurais du faire un CAP comme moi ! ». Le souci c’est qu’elle n’a pas totalement tort, et ça, c’est triste.

Tu te poses mille questions. Je me suis trompée de filière, c’est ça ? J’aurais peut-être dû m’arrêter à Bac +2, non ? En fait, qu’est-ce que je peux faire concrètement avec ce diplôme ? Tu passes pour une vieille en conseillant à tous les étudiants que tu croises de profiter à fond de leurs jeunes années. Tu remets en question toutes ces années ou tu t’émerveillais devant les grilles de salaire de ton domaine d’études ! Un jour on t’apprend que de toute manière, ce domaine est bouché depuis une dizaine d’années. Des sociologues du dimanche t’expliquent que dans le monde actuel, le népotisme est roi et que tout marche au piston.

Toi tu connais qui ? Tonton Gilles, viré pour avoir falsifié des documents. La cousine Lola qui se prend pour une blogueuse mode. D’autres encore moins reluisants. Ton compte bancaire crie famine et là tu te dis : « En fait, vendre des cuisines c’est pas si mal… »

(cc) Elephotoniric

2 Responses to “Quand le chômage te tue”

  • Salut Kadia ! Le chômage, la recherche d’emploi, c’est une période si ce n’est encore plus difficile que les études : c’est toi toute seule, ton CV à la main, tes convictions en tête, face au grand méchant monde de l’entreprise ! T’as intérêt à te mettre rapidement en chasse si tu ne veux pas que ta confiance en la nature humaine ne s’érode petit à petit. Je te dis ça parce je suis moi-même en recherche de boulot après avoir repris mes études pour une licence pro. Je me fais violence tous les jours pour répondre à des offres merdiques qui collent pas à mes envies, je pleure sur le montant des salaires et je reçois un “oui” pour un CDD alors que j’attends un CDI…Je te souhaite bien du courage, tiens nous au courant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>