Coeur

Je me marie (Petite comptine en 11 chansons)

Dans quelques mois, je vais me réveiller, comme tous les jours, et je vais vivre une journée particulièrement fatigante, mais, je l’espère, remplie d’amour et de joie.

En effet, je m’apprête à unir mon destin à celui du Chevalier. Et même si, aujourd’hui, la chose paraît tellement évidente à notre entourage qu’on nous croit déjà mariés, le cheminement intérieur jusqu’à cet état de fait n’a pas été un long fleuve tranquille…

Je sais que je ne la remercie pas assez, mais comment oublier celle qui a été le grain de sable qui a mené la célibataire endurcie que je commençais à devenir jusque là (coucou la Siamoise). Ce qu’elle a vu : deux anciens étudiants en histoire fous de rock et de brit-pop et qui ont tendance à être un peu dans leur monde. Elle s’est dit : Pourquoi ne pas les présenter l’un à l’autre ? C’est ainsi que je me suis retrouvée à dire à un type sur FB qu’il n’avait aucun second degré.

Il n’en prit pas ombrage, et se mit même à rire. On se met à discuter, comme ça, pipou. Et un jour, je commis l’irréparable : je lui proposai de prendre un café un certain dimanche d’été.

Sauf qu’à moi, on ne la fait plus. Même si, évidemment, je n’avais envie, au terme de ce premier rendez-vous, que de le conserver éternellement dans mes bras, je suis assez rôdée dans le jeu amoureux pour ne pas m’emballer tout de suite face à ce déferlement émotionnel qui vient de m’envahir. Il faut dire que j’ai l’habitude de passer pour une fille qui cachait sous des aspects un peu graveleux une fibre romantique exacerbée…

… ce qui me valut de prendre de grosses mandales.

C’est pour cette raison, même si tout est allé très vite dans cette relation, je me mis plus d’une fois à freiner des quatre fers et à exprimer mon manque de confiance au Chevalier. Pour lui, le fait que nous décidions très vite de nous installer ensemble, puis de nous marier, était une chose de tout à fait naturelle. Malgré tout, je persistais à me méfier de cette histoire, malgré ses grandes déclarations.

Ces derniers mois, la vie m’a quand même offert de sacrés soubresauts, entre petites joies et deuils lourds à porter. Force est de constater que, non seulement le Chevalier a pris ses responsabilités face à tout cela, mais il est devenu la personne grâce à laquelle je ne sombre pas face au poids de l’incertitude.

Je suis donc ravie d’unir mon destin au sien. Nous serons entourés a priori de personnes bienveillantes sur notre couple, bien que certaines absences se fassent cruellement ressentir.

Si je parle d’être entourée par des personnes bienveillantes ce jour-là, c’est que ces mêmes sauront trouver les mots qui me diront de faire fi de tout ce que j’ai vécu de mauvais auparavant, pour ne garder que le bonheur de l’instant.

Bref, je m’apprête à faire une chose que je n’aurai jamais imaginée, même dans mes rêves les plus fous. Peut-être parce qu’au final, le Chevalier m’apporte juste ce dont j’ai besoin.

3 Responses to “Je me marie (Petite comptine en 11 chansons)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>