Humeurs

C’est fini : j’arrête de m’excuser !

Depuis toute petite, je m’excuse tout le temps pour ce que je suis, pour ce que je dis, pour la façon dont je parle haut et fort, parce que je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas, parce que mon regard est perçant, parce que je suis plus intelligente que la moyenne, parce que j’ai eu une vie extraordinaire, etc.

5421517469_36aeefdd14_oJe présente mes excuses et j’excuse les autres pour leurs faiblesses, maladresses, méchancetés, parce que moi j’ai eu de la chance… Eh bien, tout ça c’est fini !

J’en ai marre ! Je ne veux plus m’excuser ! Je suis celle que je suis et il faudra me prendre comme telle et si ça ne vous convient pas, je suis désolée mais votre sensibilité à l’égard de ma situation et de ma vie, m’indiffère !

Les phrases type : « Tu ne peux pas comprendre, tu es une privilégiée… », « Ah ok, tu vis dans le XVIème, tu n’as pas de problème ! » et la très classique « Oui mais pour toi, c’est différent, tu es forte… », et moi de répondre « oui, désolée… » alors qu’à l’intérieur je suis en ébullition…

Je ne m’excuserai plus jamais ! Parce que oui, j’ai eu une vie extraordinaire dans le sens littéral du terme : j’ai eu la  chance d’être orpheline à 10 ans et ça forge le caractère !

Oui, j’ai fréquenté des gens hors du commun : mes grands-parents, des gens simples ouvriers qui m’ont donné de vraies valeurs et qui par leur travail ont financé mes études.

Je travaille depuis que j’ai 16 ans, oui ! J’ai toujours travaillé la moitié des vacances scolaires, et pendant l’année, je faisais des sondages soit dans la rue, soit par téléphone… Ça m’a financé une partie de mes études, mes vacances, mon permis et ma première voiture !

Je n’ai jamais eu de voiture d’occasion, j’ai horreur de ça et comme c’est moi qui les paye, c’est un peu mon droit ! Je n’ai jamais conduit une voiture de plus de 5 ans, jusqu’à aujourd’hui. Je n’ai jamais fait de crédit à la consommation, ce que je voulais, j’économisais pour me l’acheter… Le seul emprunt que j’ai eu, était immobilier et c’était pour des raisons fiscales.

J’ai aussi accepté de vivre pendant 11 ans dans un pays qui ne me convenait pas pour gagner correctement ma vie ( et je ne croyais jamais dire ça, mais je songe sérieusement à y retourner!).

J’ai été élevée par ma grand-mère qui m’a expliqué la valeur de l’argent et qui m’a dit : “Si tu en gagnes 4, dépenses-en 3 et gardes-en 1 !”

J’ai appliqué, longtemps, et je continue à être vigilante, surtout depuis que j’ai repris ma vie en main.

Et puis j’ai fait des choix, pas toujours faciles… J’ai accepté des boulots pour subvenir à mes besoins qui n’étaient pas en équation avec mes qualifications, j’ai accepté d’être sous-payée pour accéder à des postes, je me suis montrée conciliante avec des abrutis, j’ai renoncé à des privilèges, etc.

Alors oui, vous avez le droit de penser que je suis une privilégiée, mais je vous demanderais bien de quoi ? J’ai juste toujours fait des choix, je me suis raisonnée, j’ai déblayé de la merde etc … Parce que oui, vous avez raison, mes grands-parents maternels m’ont laissé un peu d’argent, mais c’est qui, qui a pendant 2 ans et ½ fait des aller-retour toutes les 6 semaines en Espagne, qui a géré tous les problèmes administratifs, de santé et tout le reste ?

C’est votre couple qui a été détruit ? Non, le mien ! Ce sont vos enfants qui pleuraient à chaque fois que le téléphone sonnait en me disant: “Oh non! Encore l’Espagne!”? Non, les miens !

Pour tout ce que j’ai reçu, j’ai payé d’avance et sans exception. Je ne dois rien à la vie ! Entre elle et moi, c’est du donnant-donnant et je connais ses tarifs d’usurier. Alors si je ne lui dois rien à elle, à vous je ne dois certainement aucune excuse !

Parce qu’il y a une autre phrase avec laquelle on m’a élevée et que j’applique : « A mal tiempo, buena cara. » autrement dit : « Fais bonne figure aux temps difficiles. »

Si vous avez l’impression que je suis dans la vie comme une danseuse classique virevoltante et légère, vous avez raison, mais sans doute parce que vous n’avez pas vu l’envers du décor, les heures d’entraînement, la fatigue et le poids du corps qui se transforme en plomb une fois le rideau tombé.

(cc) Kristina Alexanderson

14 Responses to “C’est fini : j’arrête de m’excuser !”

  • Les gens s’arrêtent bien souvent au bout de leur nez, et sont jaloux.
    Je me reconnais dans ton article, même si je n’ai ni la même expérience, ni le même âge.
    Ce genre de réflexion facile, auxquelles tu ne peux qu’acquiescer alors que c’est parfois infondé.
    Tu as raison de ne plus t’excuser, tu mérites ce que tu as. Maintenant, as-tu vraiment besoin de te justifier ?

    • Blandon

      Nouvelle30naire

      Eres maravillosa, que comentario……espectacular; por que excusarse todo el tiempo..!!!!!BRAVO
      Vous êtes merveilleux, ce commentaire …… spectaculaire; !!!!!!!!!!!BRAVO!!!!

  • “Je ne dois rien à la vie ! Entre elle et moi, c’est du donnant-donnant et je connais ses tarifs d’usurier.” Cette phrase là, tu me permettras de la conserver précieusement. :-)
    Tu envisages sérieusement un retour au Luxembourg?

  • @ChaT. Je n’avais pas besoin de me justifier, mais juste de dire STOP! Depuis quelques mois, les gens prennent un malin plaisir à me gaver de leurs réflexions… Il ya quelques semaines, j’ai décidé que c’était fini! STOP et je voulais leur dire pour qu’ils sachent qu’à la prochaine tentative de phrase débile, je vais ruer dans les brancards ;)!
    @Kwelet, mais je t’en prie! Sers-en toi bien de cette phrase!
    Je ne sais pas quoi faire entre mes galères administratives et le fait que je peux multiplier mon salaire par 3 en passant la frontière… Je ne sais pas… En fait le truc, c’est que j’aime Paris du fond du coeur et mes enfants s’y plaisent, mais je me dis que pour MON avenir financier (et c’est très égoïste) il serait intelligent de partir vers des cieux plus cléments… Mais je réfléchis toujours, il me faut environ 3 à 4 ans pour prendre une décision ;)!

  • Que mon père nous ai éloigné de Paris pendant nos études (collège lycée) a été plus que bénéfique pour notre éducation en passant. Donc je ne crois pas que ce soit de l’égoisme que de partir au Luxembourg.

    • @ChaT Egoïsme oui et non, c’est juste qu’alors que tout va bien à Paris pour mes enfants, je déciderais de partir pour l’argent… C’est plutôt vénal, le mot ;)!
      Mes enfants sont à l’école espagnole et franchement ils sont en milieu protégé par rapport à d’autres enfants parisiens.
      Ils vivent à côté de leurs établissements, ne doivent pas prendre le métro, etc.
      Donc leur vie est assez cool!

  • Comme j’adhère à ce billet. Pour se trouver des excuses, certaines personnes se plaisent à soit jouer les victimes de la vie, soit “accuser” les autres d’avoir eu plus de chance qu’eux (ce qui revient au même en fait). Ils ferment volontiers les yeux sur les combats qu’il a fallu mener pour obtenir un résultat….Je suis confrontée à la même chose, pas la même histoire certes mais la conclusion est la même. J’en suis à perdre certains de mes “amis” parce que je ne veux plus être désolée des bonnes choses que j’ai ou qui m’arrivent….

  • Mademoiselle Coeur

    Restons nous même! Ne soyons pas gênés de nos faiblesses et de nos forces, chaque personne a une place sacrée sur le chemin de la vie. Ceux qui se permettrons de juger, de critiquer sont simplement déconnectés d’eux-même, ils ne connaissent pas ou plus le sens de leur vie.
    Moi j’ai dû énormément me battre dans ma vie pour me libérer et de plus en plus de gens connaissent aujourd’hui mon parcourt mais il est vrai que parfois je me sens gênée de m’en être sortie. Pour beaucoup de gens le négatif de la vie est plus important que le positif. C’est comme ça, c’est leur ego.

    En tout cas joli texte, j’ai aimé le rythme que tu y as mis. Grâce à la cadence utilisée dans ton écrit, on ressent très bien ton émotion aussi vive soit elle.
    Merci.

    • Disons que si ton parcours est chaotique, les gens aiment te voir dans la détresse… Je ne sais pas si c’est de la jalousie ou juste de l’envie simple…
      Si tu vas bien c’est moche parce que c’est comme si tu leur jetais ton bonheur au visage.
      Bref, moi j’ai juste décidé que je ne dirais plus rien et que je continuerais à vivre sans m’excuser…
      Si ton parcours a été difficile et que tu t’en es sortie, en fait ils comprennent à quel point tu as été plus forte et ça c’est les mettre devant leur faiblesse ;)! Courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>