Histoires

Une “Chevalier” au Château Suduiraut

Caroline Chevalier, Maître de chai du Château Suduiraut dans le Sauternes, m’a ouvert son royaume pour faire la part belle aux clichés et prouver que les codes du milieu du vin ont changé. Son portrait chinois me confirme le caractère bien trempé de mon interlocutrice. Eléphant, pivoine ou île déserte, les réponses ne manquent pas de tanin. Mais surtout, si Caroline Chevalier avait du être une boisson, elle aurait été un Sauternes. Portrait d’une femme passionnante et enivrante.

vin_caroline_chevalier

Originaire de Royan, des parents néophytes du vin qui l’ont prévenue : ils ne lui achèteront pas de vignoble. Alors que fait-elle là ?

Caroline Chevalier commence sa carrière sur les bancs de la fac de médecine, et se rend compte que ce n’est pas sa vocation. Une rencontre avec un bel inconnu, un viticulteur, va changer sa vie. Caroline se souvient de cette « jolie histoire » lorsque ses parents lui lancent une sorte de défi : choisir au hasard dans leur cave une bouteille, appeler le château correspondant et se renseigner sur les débouchés !

Deux ans plus tard, diplômée du BTS œnologie-viticulture mais consciente du degré de testostérone présent, Caroline Chevalier demande au propriétaire du château où elle fait ses stages s’il y aura une place pour elle, verte et femme, dans ce monde !

La réponse acide qu’elle reçoit est sans appel : pleine d’arômes, elle prépare le concours pour devenir aiguilleur du ciel dans l’armée. A quelques jours de son départ, un coup de fil embouteilla son destin. A 21 ans, elle se voyait proposer le poste qu’elle occupe aujourd’hui.

Pour commencer, je lui demande comment se passent les débuts de Maître de Chai à Suduiraut, quand on a 21 ans, et la question amuse mon interlocutrice. Elle raconte que la récolte de 2001 était assez exceptionnelle et qu’elle s’est dit que si toutes les années à suivre se déroulaient de la même manière, elle n’avait pas de souci à se faire ! Elle est fière de ce millésime, le premier né sous l’alliance de dame Nature, sieur Terroir et dame Caroline, tout comme des douze autres qui ont suivi.

Elle reconnaît aussi que les débuts dans le milieu des vignerons peuvent être rugueux quand on est si jeune et tellement si femme. Mais son travail, sa passion et son palais lui ont rapidement permis de s’imposer comme maîtresse incontestable des lieux.

Je m’interroge : et sinon, les femmes et le vin, ça s’assemble bien ? S’il y a 10 ans, la proportion de femme dans les vignobles était minime, Caroline Chevalier se réjouit aujourd’hui de leur invasion et du fait que les châteaux soient à la recherche de profils féminins. Plus rigoureuses, plus attentives à l’hygiène, plus organisées, elles sont surtout plus douces et plus liquoreuses, et conduisent ainsi à la recherche de saveurs et d’équilibre dans les vins, éléments qui participent à les sublimer. Et même si elle regrette de ne pouvoir assouvir les jours de travail, son goût pour les fringues et surtout pour la robe, Caroline ne changerait de métier pour rien au monde.

Et les codes, ils sont enfin bouleversés ? En posant cette question à Caroline Chevalier, tout en dégustant un verre de Château Suduiraut 1989, un puissant “oui” s’impose. Cette réponse était celle que j’espérais. Aujourd’hui, les femmes, de tous les horizons et non plus seulement les « héritières » ou les « filles de », révolutionnent le milieu du vin et y apportent toute la sensualité et la sensibilité nécessaires. Enfin. Et pour de bon.

Original, envoûtant et rigoureux : voici les trois mots que Caroline Chevalier m’évoque lorsque je lui demande de se définir, elle, et le vin qu’elle confectionne. Trois traits de caractère que partage cette femme avec le vin qu’elle crée. Trois mots qui en disent long sur la personnalité moelleuse et brillante de cette orfèvre du vin.

Pour la suite, Caroline Chevalier sera encore au Château Suduiraut « pour un moment ». Elle prépare le millésime 2013 dont elle pressent qu’il sera une grande année. Et pour toutes les Ladies, les portes du chai sont grandes ouvertes !

(cc) Jenny Downing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>