Histoires

C’est l’histoire d’une amitié…

Article sélectionné par Bolo lors de sa semaine de rédaction en chef

… ou plutôt c’est l’histoire d’une amitié entre une fille et un garçon. De ces histoires d’amitié qui laissent à penser qu’entre un garçon et une fille ca peut marcher… juste de l’amitié.

C’est l’histoire d’une amitié…Cette fille, c’est moi. Ce garçon est un garçon comme un autre que j’ai rencontré au tout début de mes études. Je crois qu’on peut parler d’un coup de foudre amical tellement le courant est passé immédiatement. Et pourtant, on était différents sur plein de points, on ne partageait ni les mêmes idées politiques, ni même notre vision de la vie. Mais tout ce qui importait, c’était qu’on aimait passer du temps ensemble.

Pendant tous ces cours de fac que nous avons séchés, pendant ces après-midi entiers passés à jouer à des jeux de société à la terrasse d’un café, pendant tous ces apéros partagés, pendant les soirées karaoké à chanter faux arrosées du cocktail maison à base de Soho de notre troquet préféré, de tous ces déjeuners dégueu à la cantine à argumenter chacun sur nos idées politiques jusqu’à ce qu’un de nous quitte le réfectoire, de tous ces moments où on a pris un malin plaisir à lui en faire baver, à elle qu’on n’aimait pas et à plein d’autres, de ces moments où on a tellement rigolé qu’on en avait mal aux joues…

Cette amitié et cette complicité évidente ont duré sans nuage pendant 2 années entières. Et puis, j’ai eu besoin de prendre l’air, pas par rapport à lui non, par rapport à ma vie en général, ma vie sentimentale pourrie, ma famille, mes études qui ne me plaisaient plus. Et je suis partie. Je suis partie vivre dans un autre pays pendant un an. Bien évidemment, nous avions gardé le contact par lettre, par téléphone, par mail, par colis…

Je ne sais pas s’il m’en a voulu d’être partie, parce qu’au final on a jamais trop reparlé de tout ça depuis mon retour. Parce que qui dit départ, dit retrouvailles. Et c’est le moment le plus délicat dans un voyage que de rentrer et de retrouver ses amis. Surtout que pendant que j’étais partie, il l’avait rencontrée, « elle ». Probablement son âme sœur. Je l’espère pour lui sincèrement.

Il n’y a pas plus opposé à moi que cette fille, avec qui je n’ai rien en commun. Ce qui a bien contribué à compliquer nos relations. Et pourtant, j’ai cru un moment que rien n’avait changé, surtout quand, dans la semaine suivant mon retour, il m’avait prêté son studio pour réviser mes examens et que les murs étaient couverts de photos sur lesquelles je figurais…

Mais désormais pour toutes nos sorties, je n’avais plus de partenaire, mon ami étant devenu « plus sage » et sa « moitié » n’aimant pas particulièrement les sorties. L’année de mon retour s’est déroulée sur fond d’examens, concours, préparation de thèse et sur les restes de cette amitié qui me manquait tant.

Il est arrivé, à certains moments, par le hasard des choses qu’on se retrouve tous les deux, et là, cette complicité renaissait instantanément. Je veux bien aussi reconnaître qu’en rentrant de cette année d’ailleurs, je n’étais peut-être pas la même qu’en partant ni celle qu’il espérait retrouver…

Et puis cette année, cette dernière année d’études s’est terminée, un soir d’octobre bizarrement, quand nos orientations professionnelles se sont séparées, après une dure année, nous étions si fiers de fêter nos réussites à ces examens, concours et tout le reste… Et comme un adieu, c’était une soirée dans ce bar où on avait passé tant de bons moments…

J’ai essayé de garder le contact une fois repartie dans des contrées éloignées au rythme des écoles et stages… Mais l’impression de toujours être celle qui faisait l’effort m’a découragée. Et puis, il y a eu le jour où il soutenait sa thèse, où j’ai eu si fort envie d’aller, pour lui montrer que j’étais là et que c’était son moment à lui, et qu’il allait y arriver…

Alors oui, j’ai fait ma « diva », mais comme il semblait s’en foutre de ma présence, j’ai résisté et me suis abstenue de faire le voyage… Et depuis, quelques rencontres toujours très sympathiques, quelques blagues sur Facebook, mais pas grand-chose de la complicité du début. Dans quelques semaines, mon ami se marie avec elle. Et manifestement, il ne m’a pas donné l’opportunité de venir lui dire que j’étais heureuse pour lui et que je lui souhaitais, sincèrement, tout le bonheur du monde.

Cet ami ne me considère donc plus comme une amie… Celle que l’on souhaiterait à ses côtés le jour de son mariage. Alors, je me l’avoue, froidement, les yeux brillants, je crois qu’aujourd’hui, j’ai vraiment perdu mon ami…

(cc) Doug

9 Responses to “C’est l’histoire d’une amitié…”

  • Voilà le genre d’article qui me met un peu le bourdon. Tout en douloureuse finesse, rempli de petites anecdotes qui tuent… notamment la non invitation au mariage (sa future femme doit avoir pris toute la mesure de l’importante place qui est la tienne et lui aussi sans doute)
    … puis je me demande s’il n’y avait pas un peu plus que de l’amitié entre vous… ce juste “un tout petit peu plus que”, suffisant pour que la relation soit très forte, insuffisant pour qu’elle aille au-delà, par ce petit saut impossible à réaliser parfois.
    Je ne sais si cela peut te consoler mais, selon les probabilités actuelles, dans les sept ans qui viennent ton ami a un peu plus d’une chance sur deux de divorcer. Il y a donc de fortes possibilités que tu le retrouves… seras-tu, alors, toi, en phase pour l’accueillir, au retour de son long voyage à lui…?

  • @ Kwelet : probablement il y avait peut être “un tout petit peu plus de”… mais que je ne saurais pas qualifier. C’est Peut être ce tout petit peu plus qui fait que ce triste constat de fin me rend triste…
    Et pour répondre à ta question, honnêtement, non je ne suis pas sure que je serai en phase pour l’accueillir…

  • je suis assez d’accord avec Kwelet. Cette “rupture” dans votre relation est étonnante. Si tu n’étais qu’une “pote”, il t’aurait probablement invité et vous ne vous seriez pas tant éloigné malgré ton année à l’étranger et depuis sa relation avec elle.
    Peut être qu’un jour, il te dira, ou tu sauras, pourquoi vous vous êtes éloignés…

  • @ Mimi : je crois que maintenant j’ai envie de tourner la page et je suis pas sure d’avoir envie de connaitre le pourquoi du comment ;-)

  • Tu as raison de vouloir, d’essayer de tourner la page. Aujourd’hui il n’y a plus de place pour votre amitié semble t’il. C’est douloureux mais il faut aller de l’avant. Tu sauras peut-être ou jamais… Garde les bons moments, la mémoire est sélective quand elle veut. Et surtout, n’hésite pas, à l’avenir, à donner à une autre personne qui se présentera dans ta vie. Ne te ferme pas à cette gentillesse, cette sensibilité, qui font partie de toi.

  • Je pense pas pouvoir revivre une amitié aussi forte désormais. Mais je ne regrette aucun des moments qu’on a passé ensemble. c’est juste que nos chemins devaient se séparer. Tant pis…

  • Je pense que sa femme est jalouse ou bien qu’il a peur qu’elle le soit, pas parceque vous pourriez avoir une aventure mais à cause de votre complicité. D’après ce que tu nous as dit, cette complicité était très forte et elle ne peut pas être tiède, c’est un peu du tout ou rien. Et tu dois comprendre que ça doit être impossible à vivre quand on va se marier de n’être que la 2ème sur le plan de la complicité.
    S’il veut que ça fonctionne avec sa femme, ça doit être rien, pour le moment en tout cas. Tu t’es éloignée à une période, à présent c’est son tour, qui sait peut être que quand son couple sera stabilisé il reviendra vers toi et sa femme t’acceptera facilement. En tout cas tu peux être sure qu’il ne t’oubliera pas.

  • @ Couille bleue : Merci pour ce point de vue masculin ;-) Après si elle se sent vraiment 2ème sur le plan de la complicité c’est peut être pas moi le problème mais eux deux.
    Mais bon c’est un autre débat !
    L’avenir nous donnera surement l’épilogue de cette amitié (enfin de ce qu’il en reste).

  • N’oublie pas qu’elle le connait depuis beaucoup moins longtemps que toi, il lui a surement parlé de toi plus d’une fois, elle a senti qu’il y avait quelque chose de fort derrière. Un couple au début ça peut être fragile, il peut y avoir de la méfiance.
    Pour ma part j’ai été séparé de mon meilleur ami pendant plusieurs années par sa femme, qui était possessive au delà du raisonnable, tu vois quand je te dis que la complicité peut gêner, je parle en connaissance de cause. Et maintenant avec mon pote, c’est reparti comme en 14 !
    La non-invitation au mariage, c’est un peu rude, mais ça fait sens, si tu en as l’occasion, fais leur savoir que tu es heureuse pour eux.
    Bisous Laurie :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>