Back Room

L’orgasme vaginal, ce Saint Graal

Article sélectionné par Kwelet lors de sa semaine de Rédaction en Chef !

Le sujet que je veux aborder en ce jour titille toutes les femmes (ou presque). Elles y croient sans y croire, elles l’imaginent sans savoir exactement de quoi il s’agit, elles l’attendent de pied ferme… De quoi s’agit-il ? L’orgasme vaginal diable ! A priori, seules 30% des femmes connaissent ce plaisir.

L’orgasme vaginal, ce Saint GraalEt les 70 autres alors ? Elles comptent pour du St Hubert 41 ?! On l’appelle aussi l’orgasme de la maturité car il arrive très rarement avant trente ans bien qu’il n’y ait pas de règles dans ces jeux-là, nous le savons toutes et tous.

Des articles qui pullulent, la presse féminine avec des conseils à foison pour parvenir à atteindre le septième ciel, ce ciel si bleu où plus rien ne compte, où tu planes à 8000, où tu ne sais plus qui tu es le temps d’un instant…

Mais quels conseils faut-il réellement suivre pour atteindre le paroxysme du plaisir du corps ? Existe-t-il des tuyaux, des pistes ? D’un point de vue purement technique, il convient de connaître parfaitement son propre corps, d’où le fait qu’il arrive généralement plus tard que l’orgasme clitoridien.

Savoir ce qui nous fait du bien, où, comment… Que de questions auxquelles il est indispensable de savoir répondre pour guider son partenaire dans la recherche du Graal ! Et comment peut-on connaître parfaitement sa petite fleur ? En se masturbant pardi ! Et si on le pratique en couple, c’est encore mieux !

Ensuite, il paraîtrait que de crier libère et amplifie le plaisir donc j’ai envie de vous dire : poussez les décibels mes beautés ! Gémissez, criez, exprimez-vous ! Essayez toutefois d’éviter les plaintes de vos voisins, auxquels cas il sera plus difficile de partager l’ascenseur avec eux les jours qui suivront !

Mais à côté de ça, l’orgasme vaginal repose énormément sur nous, notre façon de gérer nos rapports, savoir exercer des pressions. Serrer et desserrer son vagin durant l’acte serait un des moyens pour parvenir à jouir.

Et pour ça, le meilleur moyen reste de muscler son périnée donc allez les filles ! On s’y colle ! On contracte et on décontracte le péri 10 fois d’affilée en trois séries quotidiennes et on multiplie ses chances d’atteindre le nirvana ! Puis, si l’on veut mettre toutes les chances de notre côté pour parvenir à la jouissance parfaite, on se met en position andromaque. Pourquoi me direz-vous ?

Tout simplement parce que, grâce à cette position il y a tout de même stimulation de notre ami le clitoris et que donc de fait, le cerveau va créer un lien entre les deux sensations et il serait plus facile d’atteindre l’orgasme dans cette position. De plus, en étant ainsi sur Georges, il est plus aisé de bouger son petit bassin telle une pro de Hula Hoop, on fait des huit, des cercles, des triangles isocèles peu importe mais on déverrouille tout ça et on envoie du bois au lieu de se la jouer en RTT et de faire bosser que le Georges !

Et puis, au moins, on sera plus endurante et on ira enfin dans cette putain de salle de sport que nous payons tous les mois pour les beaux yeux du prof d’abdo-fessiers parce que Mesdemoiselles et Mesdames, faire du sport peut aussi améliorer l’obtention de l’orgasme ! Sisi la famille, je te jure !

C’est bien connu, faire cette activité si fatigante que le commun des mortels appelle le SPORT augmente la production d’hormones par le cerveau et donc provoque une plus grande irrigation des parties érectiles donc en plus d’avoir des abdos en béton et le cul de Beyoncé, on peut aussi choper un orgasme vaginal avec son mec après ! Les 700 euros de mon abonnement se justifient peut-être…

Ah oui ! J’allais oublier ! Faut lire des livres érotiques ! Bah ouais forcément, ça aussi ça stimule l’imaginaire, donc la libido, donc les hormones donc hop hop hop foncez vite à La Fnac acheter 50 nuances de Grey ! Cependant, la partie psychologique reste, en mon sens, la plus importante. Ne pas se focaliser sur celui-ci, ne pas vouloir un orgasme vaginal à tout prix, coûte que coûte, constitue la base de la réussite. Déconnecter son mental et se laisser aller avec un grand L, ne pas lui courir après même s’il fait rêver.

Profiter des orgasmes clitoridiens, des caresses de votre Georges, du plaisir que vous parvenez à ressentir pendant l’acte et surtout du plaisir que vous ressentez à lui faire du bien, kiffez sur tout ça, lâchez-vous, aimez-vous et aimez-le, prenez confiance en vous, en lui, au sexe d’une manière générale, ne vous mettez pas de barrières inutilement et arrêtez de réfléchir au plumard avec Georges même si cette position ne vous plaît guère, car de là où il se trouve, il a une vue imprenable sur votre cellulite !

L’amour, au moins on le cherche, au plus il a de chance de vous tomber dessus dit-on. Peut-être que l’orgasme vaginal agit de même ? En tout cas, une chose est sûre : une fois que l’on y a goûté, c’est comme le 280 chez Mc Do, on ne peut plus s’en passer dit-on :-)

(cc) DigiDreamGrafix.com

One Response to “L’orgasme vaginal, ce Saint Graal”

  • L’orgasme est dit vaginal mais à vrai dire il ne l’est pas vraiment. Un peu d’anatomie peut montrer qu’il s’agit de l’arrière du clitoris. Deux branches du clitoris sont enterrées à l’intérieur et touchent le haut du vagin. Ainsi en stimulant (par la musculation du périnée notamment) le haut du vagin on peut arriver à ce qu’on appelle l’orgasme vaginal, mais finalement il est toujours clitoridien.

    Quant au cerveau, il peut faire des miracles :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>