cinoche

Very bad trip 3

J’avais beaucoup ri pour le premier épisode (oui, je sais, désolée Marie!), je n’avais pas vu le deuxième et je ne voulais pas raté le troisième surtout pour pourvoir voir Bradley Cooper torse nu, la bande-annonce étant particulièrement savoureuse. Bon, et bien…

Very bad trip 31. Déjà, Bradley n’est à AUCUN moment un tant soit peu dénudé !

2. C’est du gros gros humour américain bien gras.

Le film n’a plus aucun rapport avec les épisodes antérieurs où l’idée d’un enterrement de vie de jeune homme qui tourne mal était plutôt intéressante. Avec ce troisième opus, on tombe dans le film d’espionnage de bas étage. On rit peu et quand cela nous arrive, c’est souvent parce qu’on s’est pincé un peu fort. Les seuls qui arrivent à tirer leur épingle du jeu sont Zach Galifianakis et Ken Jeong.

S’il te plaît, Bradley, si tu en tournes un quatrième, désape-toi au moins un peu, ça sauvera un peu l’affaire !

Deux ans ont passé. Phil (Bradley Cooper), Stu (Ed Helms) et Doug (Justin Bartha) mènent des existences tranquilles et heureuses. Ils ont fait disparaître leurs tatouages et se sont rachetés une conduite. Aux dernières nouvelles, Leslie Chow (Ken Jeong), qui attirait les catastrophes, a échoué dans une prison en Thaïlande : depuis qu’il n’est plus dans le secteur, nos trois lascars ont – presque – oublié leurs folles virées nocturnes à travers les quartiers sordides de Las Vegas, à moitié shootés, et le jour où ils se sont fait kidnapper, tirer dessus et prendre en chasse par une bande de dangereux dealers à Bangkok…

Le seul de la Meute à ne pas avoir trouvé son équilibre est Alan (Zach Galifianakis). Se cherchant toujours, la brebis galeuse du groupe a arrêté les médocs et donné libre cours à ses impulsions, ce qui, dans son cas, revient à ne reculer devant rien et à ne se fixer aucune limite… Jusqu’à ce qu’il traverse une crise douloureuse et qu’il se mette en quête du soutien dont il a besoin.

Et qui mieux que ses trois meilleurs copains pourraient l’aider à s’engager dans la bonne voie ? Cette fois, il n’y a pas de mariage, ni de fête d’enterrement de vie de garçon. Qu’est-ce-qui pourrait donc bien dégénérer ? Mais quand la Meute s’en mêle, il faut être prêt à tout ! Et pour boucler la boucle, la petite bande doit retourner là où tout a commencé : à Las Vegas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>