Humeurs

Les bisexuels invisibles

Je dînais hier soir avec ma meilleure amie et son compagnon. Celui-ci, dans la conversation, a glissé : Ouais, tu sais, mon pote, à la teuf la semaine dernière, il m’a dit : Je regarde s’il y a des meufs, mais aussi des mecs qui me plaisent. Étant moi-même à cette fête et ayant croisé le pote en question, je balance : Dis-donc, j’aurais pas cru !

Les bisexuels invisiblesEn effet, nous, bisexuels, nous avons de la chance la plupart du temps : en effet, étant donné que notre goût se porte sur les deux sexes, il nous est tellement possible de “sauver les apparences” que beaucoup de personnes ne se doutent pas de notre sexualité. Il faut dire que la plupart des personnes sur cette terre ne conçoivent pas qu’on puisse sérieusement aimer la banane ET l’abricot.

A l’image d’Océane Rose Marie qui a mis en scène La lesbienne invisible, cette petite conversation d’hier soir m’a permis de réfléchir sur les bisexuels invisibles. En effet, qu’est-ce qui distingue un bisexuel d’une personne homosexuelle ou hétérosexuelle ? Pas grand-chose en vérité. Une bonne partie des bisexuels se sauvent la face en “adoptant” le mode hétérosexuel.

Une bonne partie des bisexuels que je rencontre m’avoue que les relations avec le même sexe sont uniquement motivées par le désir sexuel. Je l’avoue, moi-même, je suis sur le même schéma émotionnel, bien qu’il m’arrive maintenant d’envisager faire ma vie avec une femme. Est-ce justement parce que le désir est invisible socialement que les bisexuels le sont ? Et quid des bisexuels qui envisagent d’engager une relation avec une personne du même sexe : ne risquent-ils pas de ne pas être pris au sérieux par leurs partenaires ?

Car il y a un problème : beaucoup de personnes hétérosexuelles envisagent les bisexuels comme des personnes légères et indécises, tandis que beaucoup de personnes homosexuelles les considèrent comme des “traîtres” à la cause. D’où quasiment ce devoir d’invisibilité de la part des bisexuels pour essayer d’exister en tant que tels.

En ce qui me concerne, j’ai décidé de ne pas le cacher à mes amis les plus proches et à mes conquêtes – j’estime en effet qu’une personne intelligente qui m’accepterait telle que je suis ne portera aucun jugement sur cet état de fait, or je ne l’ai pas trouvée, entre les mecs qui se barrent en courant et ceux pour lesquels ma sexualité est “intéressante”. Je n’en suis pas encore au point de le dire à ma famille, car j’estime qu’elle attend de moi que je fasse ma vie avec un homme. Mais le jour où je trouverais une personne avec laquelle je veux m’engager, et qu’il se trouve que celle-ci est une femme, je leur expliquerai.

En guise de conclusion, je voudrais souligner que ce n’est pas parce que la bisexualité est “invisible” socialement qu’elle n’existe pas. J’aime répéter que les bisexuels ne sont ni des indécis, ni des pervers, mais des personnes qui assument et souhaitent vivre leurs désirs du mieux qu’elles peuvent. Et ça, il est préférable de ne pas l’ignorer.

(cc) Lulu the Bold

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>