Culture

« Wrapped in plastic » #2, les chroniques culturelles de Mimi

NDLR : Retrouvez chaque mois les chroniques culturelles de Mimi, « Wrapped in plastic » !

« Wrapped in plastic ». De la culture emballée dans du plastique. C’est de ça qu’il est question dans ces chroniques culturelles. La culture qu’on emballe, qu’on étiquette, qu’on achète. « Wrapped in plastic », c’est aussi un clin d’œil à Twin Peaks, la série culte de David Lynch. « Wrapped in plastic », comme le corps de la célèbre Laura Palmer retrouvé emballé dans du plastique dans la scène d’ouverture du pilote. L’expression est devenue culte. « Wrapped in plastic » comme un clin d’œil à la pop culture.

Le vent balaye la dernière bruine, les derniers flocons, fait fondre les derniers cristaux. On ouvre la fenêtre et on laisse entrer la douceur. On aère. On s’aère. Enfin. Il est temps de ranger manteaux, moufles, écharpes. Envie de légèreté, d’amusement.

Direction l’autre côté de la Manche pour cette deuxième chronique. Il y a quelque chose d’agréable dans les fictions anglaises. Ce je-ne-sais-quoi indéfinissable qui fait du bien. Frais. Rock. Posh. Direction Londres et sa banlieue.

Un cottage, de l’autre côté de la ville, un immeuble aux vitres teintées. Plus loin, Arlington Park, où l’on pourrait croiser une des femmes du roman de Rachel Cusk, sorte de Desperate Housewives anglais mais en moins drôle. Plus loin encore, le Tower Bridge sur lequel s’élance Hannah Baxter (Billie Piper dans The Secret Diary of a Call Girl) retrouver un client en pleine nuit. Série très bien menée et tirée du récit autobiographique de Brooke Magnanti qui se faisait appeler Belle de Jour quand elle n’était pas en train d’étudier à l’université. The Secret Diary of a Call Girl ne se veut pas une série de réflexion sur la prostitution, c’est un Sex and The City version call girl à Londres, bien joué et étonnement drôle.

  • « Wrapped in plastic » #2, les chroniques culturelles de MimiUn peu plus loin, on trouve Ewetown. Petit village paisible. Mr Et Mrs Hardiment y tiennent un gîte qui sert de résidence pour écrivains. Stonefield. Avec rien d’autre à perte de vue que de la nature. Les vaches beuglent, les poules pondent. Les écrivains écrivent et Mrs Hardiment fait de gros biscuits plein de crème. Et un jour, Tamara Drewe débarque dans ce village tranquille à fond les ballons dans sa petite auto sur du Lily Allen. Avec ses mini shorts et son nez refait, cette Londonienne va vite semer une sacrée pagaille.
  • « Wrapped in plastic » #2, les chroniques culturelles de MimiLe film de Stephen Frears est l’adaptation du roman graphique de Posy Simmonds. Et de son côté, Posy Simmonds s’est librement inspirée d’un livre de Thomas Hardy, Loin de la foule déchaînée. Par ailleurs, Posy Simmonds a également écrit Gemma Bovery, un Madame Bovary contemporain, qui se passait déjà à la campagne et voyait évoluer toute une galerie de personnages.
  • Tamara Drewe possède l’indéfinissable humour des films anglais. Des personnages ridicules par moment, des bobos losers, des situations grotesques, mais des acteurs justes et une écriture subtile. Jubilatoire.
  • « Wrapped in plastic » #2, les chroniques culturelles de MimiChangement d’époque. Dans les années 60, alors que les ondes diffusent les tubes d’un Nowhere Boy et son groupe, par ailleurs très joli film sur l’adolescence de John Lennon, il y a à Londres une jeunesse qui veut gagner sa liberté. Il y a celle qui s’émancipe comme dans ce petit bijou anglo-américain, An Education. Il y a celle qui danse sur son lit en petite culotte dans le très rock’n’roll Good Morning England de Richard Curtis, inspiré de ces radios pirates ayant réellement existé. Et puis il y a cette jeunesse combative qui va exiger l’égalité salariale comme dans We Want Sex Equality (lui aussi basé sur des faits réels) avec les traits de Sally Hawkins (lumineuse en Poppy dans Be Happy), l’actrice anglaise qu’on voit un peu partout.
  • L’Angleterre, c’est aussi un accent. Des accents. Cette manière de poser les mots, ce ton distingué. Comme celui de Hugh Grant. Ou de Kristin Scott Thomas dans la comédie enlevée Un Mariage Parfait. Délicieuse histoire familiale où tout le monde s’envoient des pics, mais avec élégance.
  • « Wrapped in plastic » #2, les chroniques culturelles de MimiC’est aussi l’accent de Lady Mary, fille aînée de Downton Abbey. Ce domaine se trouve dans le comté du Yorkshire. Là, on suit les intrigues familiales de la famille Crawley depuis maintenant 3 saisons. Et en vrai, c’est le château de HighClere, construit au 17ème siècle et situé dans le Hampshire qui sert de décor à la série. Scènes extérieures mais aussi quelques scènes intérieures, notamment pour les pièces communes.
  • Et dans la vraie vie, quand il n’y a ni caméra, ni comédiens, ni techniciens dans les parages, c’est Lord Carnarvon, 8ème Comte du nom – accessoirement filleul de Elisabeth II – et Lady Carnarvon qui déambulent dans les couloirs et, peut être, s’installent à l’heure du thé dans la bibliothèque pour piocher parmi les milliers de livres anciens… A défaut de pouvoir tout de suite visiter le château, parce que c’est possible, la série reviendra pour la saison 4 en automne prochain.
  • Mais l’automne est loin. Tout de suite, direction la véranda. La tonnelle dans le jardin. Un petit châle sur les épaules. Une tasse de thé à la main. Un livre. Pourquoi pas J. K. Rowling. Et plus tard, si l’on s’assoupit, on apercevra peut-être détaler au loin le célèbre lapin de Lewis Carroll…
  • Tamara Drewe/Gemma Bovery, romans graphiques de Posy Simmonds

Tamara Drewe – le film, de Stephen Frears (avec Gemma Aterton, Dominic Cooper)
An Education, de Lone Scherfig (avec Carey Mulligan, Emma Thomson, Dominic cooper, Rosamund Pike)
Good Morning England, de Richard Curtis (avec Tom Sturridge, Philip Seymour Hoffman, Bill Nighy)
We Want Sex Equality, de Nigel Cole (avec Sally Hawkins, Rosamund Pike)
Be Happy, de Mike Leigh (avec Sally Hawkins)
Un mariage de rêve, de Stephan Elliott (avec Kristin Scott Thomas, Colin Firth, Ben Barnes)
The Secret Diary of a Call Girl, série televisée de Lucy Prebble, 4 saisons
Downton Abbey, série télévisée de Jullian Fellowes, en production, 3 saisons
Arlington Park, de Rachel Cusk
Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll

Relire « Wrapped in plastic » #1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>