Culture

Dernière comptine avant l’envol

Mes amis,

Je m’en vais.

Certes trois semaines, mais je pars très loin. Dans des contrées qui m’ont longtemps fait fantasmer. Vers l’endroit qu’on dit être le plus beau du monde. Mais je vous le dis tout de suite : vous allez me manquer. Mon quotidien à Paris aussi, d’ailleurs.

Je continue mon périple vers le désert spirituel au paradis et je me dis que ce n’est pas donné à tout le monde. Vous savez de quel paradis je parle : l’endroit dont on rêve de manière obsessionnelle, l’endroit que l’on imagine pour oublier sa souffrance résiduelle. Bref, ce voyage va faire du bien à moi et ma comparse, après les épreuves que nous avons traversées.

Bien sûr, là où je vais, je m’attends à être choquée. Choquée par la population, par les bruits, les parfums, les rencontres, la société que je vais rencontrer. Mais comme dirait le poète : Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil.

Je rapporterai des milliers de souvenirs de ce voyage aux antipodes, tellement jusqu’à la poussière et les insectes m’émerveilleront (peut-être pas les insectes, mais bon, hein). J’aurai dans mes bagages pour certaines personnes quelques souvenirs, en plus de mes photos et de mes récits de voyage.

Ce sera aussi trois semaines sans écrire. Mais quel besoin d’écrire quand ce qui m’attend se passe de mots ? Quel besoin de prendre un clavier quand les émotions que je ressentirai seront plus fortes que ce que je n’ai jamais ressenti auparavant ?

Voilà, mes amis. Après un an de teasing de dingue, je pars enfin. Mais ne vous inquiétez pas : on se retrouvera. Promis.

One Response to “Dernière comptine avant l’envol”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>