Culture

Tohu Bohu : le chaos électro de Rone

NDLR : La rédaction a envoyé à Mimi, Tohu Bohu, le dernier album de Rone.

Tohu Bohu, le « chaos » intérieur de Erwan Castex, Rone pour la scène, est sorti le mois dernier.

Tohu Bohu : le chaos électro de RoneChaos organisé puis fixé sur 10 pistes, Tohu Bohu est un album d’électro. Son auteur fait partie des musiciens français les plus en vue. En parallèle à des études de cinéma, puis différents jobs sur des tournages, Erwan Castex compose de la musique et lance quelques titres sur internet.

Il est repéré et c’est le début de l’aventure musicale. Suivra assez vite la rencontre avec le public. En 2009, Spanish Breakfast sort dans les bacs et la carrière de Rone est lancée. 3 ans après, Tohu Bohu est à l’image de ces années qui ont suivi. Rencontres, réflexions, expériences nouvelles, mais surtout une expatriation à Berlin. Ce choix de vie donne au musicien une inspiration nouvelle et fraîche.

Rone ne se veut pas uniquement comme de la musique, mais comme de la création artistique complète mêlant musique et aspect visuel. Outre diverses collaborations avec des illustrateurs et des graphistes (clips, courts métrages, spectacle live audiovisuel…), Erwan Castex a fait tout un travail avec Vladimir Mavounia-Kouka sur l’identité graphique de Tohu Bohu.

A l’écoute de l’album, le mot qui vient immédiatement, c’est « planant ». Puis curieusement pour de l’électro, c’est « douceur ». On n’est pas dans de l’électronique « pep’s », mais plutôt dans de l’électro intimiste et feutrée. Le disque, selon son auteur, reflète assez bien son état d’esprit depuis l’installation à Berlin. Calme, apaisé, loin du stress de Paris.

Ma préférence va à la piste n°1, Tempelhof, qui s’écoute très bien au lever du jour, quand tout est encore calme et qu’on songe à la journée qui va commencer. Les premières notes sont d’abord indistinctes, puis deviennent plus nettes. C’est comme le commencement de quelque chose, d’abord flou, puis plus précis. Ca ressemble aux espoirs et aux doutes de tous les commencements. Ca ressemble au début de la vie d’un musicien expatrié.
Tohu Bohu, de Rone, InFiné, Sortie le 15 Octobre 2012

(cc) Jassamyn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>