Coeur

Trompe-moi si tu l’oses.

A l’heure où notre société ne cesse de faire évoluer – à mon sens, dans le bon sens – ses moeurs, reste encore et toujours la question fatidique, celle que nous nous posons dans l’intimité de nos ménages et qu’il nous est, pour la plupart, plutôt difficiles à appréhender : qu’est-ce que tromper, au juste ?

trompemoi9Si je trompe l’autre, est-ce que ça fait de moi une mauvaise personne ? Quelles sont les raisons qui me poussent à commettre ce qui est considéré par la plupart comme une trahison de premier ordre ? Qu’est-ce que j’en retire, et vais-je réitérer l’expérience ?

Autant de questions auxquelles nos Ladies répondent avec la plus grande des attentions, entre les histoires qui finissent mal (en général), les amourettes sans lendemain qui font battre les coeurs et tourner de l’oeil, les conseils avisés de femmes on ne peut plus concernées et les enquêtes menées tambour battant d’un côté ou de l’autre.

Plutôt pour, contre ? Vous avez tout le mois de novembre pour en décider ! Partagez avec nous vos coups de coeur, vos coups de gueule, vos impressions, vos expériences autour de la thématique de l’adultère, que nous diffuserons en Une de la Back Room.

A vos marques. Prêtes ? (T)rompez.

(cc)  Curtis Gregory Perry

2 Responses to “Trompe-moi si tu l’oses.”

  • Avatar de
    La Chieuse

    c’est bon çà comme thématique ^^ je sens que je vais encore passer tout mon mois de novembre sous la couette ^^

  • Pour moi tromper, c’est déjà dans le coeur. Ne serait-ce qu’un regard ou une pensée d’envie sur un(e) autre personne que celui ou celle que l’on dit aimer, est déjà un adultère dans son coeur.

    Pour être sincère dans son amour, il ne faut jamais se permettre d’oser, de faire, de penser à cette possibilité, quand bien même on traverse des moments difficiles, car un vrai amour se pose dans la fidélité, totale, qui ne permet pas le mensonge, même en pensée.

    Sinon, quand on dit à l’autre qu’on l’aime, était-ce en vérité ?

    On peut trouver des tas de raisons pour se justifier (calmer sa conscience en fait). Mais le résultat est le même, c’est une forme de trahison, dans ses promesses, dans son amour, sur la beauté de l’âme et sur la confiance que l’autre met en nous.

    Et au delà, si ça arrive, de la part de l’autre, et au nom de ce même amour, on a le devoir (un mot qui risque de sortir du dico bientôt) de pardonner, si on sent des excuses sincères, si on sent que la personne est dévastée par son acte, son manquement.

    Après, si ça arrive encore, c’est que la personne est disposée à bafouer l’amour qui lui est porté et ne mérite pas qu’on y engage son attachement.

    Pourtant j’ai connu bien des hommes qui aimaient leur femme et la trompaient. Mais quelque part, il y a une forme de lâcheté compulsive. Des femmes aussi trompent, mais sans doute moins souvent sur le même plan.

    Il y a une dichotomie chez l’homme qu’il y a moins souvent chez la femme : un homme peu “coucher” sans aimer plus facilement (quoique aujourd’hui, je me demande) qu’une femme et séparer sentiment et sexe. Quand une femme trompe, en général, elle s’en va et c’est davantage un changement de sentiment qui entraine l’être tout entier.

    Cependant, dans un cas comme dans l’autre, c’est écoeurant. Ou on reste avec la personne et on s’engage à la respecter, ou on s’en va.

    J’ai pourtant traversé un moment ou j’ai aimé deux personnes en même temps, mais je suis lucide : j’étais très mal dans ma peau et j’ai fait beaucoup de peine. Qu’on le tourne comme on veut, c’est malsain. Il convient sans doute de prendre le temps d’exposer ce qui pourrait entrainer un acte de tromperie avec l’être aimé et de dire ses noyaux de souffrance.

    Mais porter au pinnacle l’infidélité comme le font la presse magazine, me débecte et ne donnera jamais rien de bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>