Histoires

Chronique (extra)ordinaire d’un jour de rentrée

Cette journée est notée en rouge sur ton agenda, sur le frigo, sur le miroir de ta salle de bains. Ce premier lundi du mois de septembre que tu redoutes tant, qui signifie tant de choses négatives mais qui t’excite un petit peu aussi, dans un premier temps parce qu’il te paraît tellement loin mais aussi parce qu’il était synonyme pour moi de nouveau boulot.

Chronique (extra)ordinaire d’un jour de rentréeAlors petites brèves de mon lundi 3 septembre.

00 h 12 : Je rentre juste de vacances parce qu’il n’y avait pas moyen d’en perdre une miette. Le dimanche fait partie intégrante des vacances.

00 h 15 : Je passe la porte de mon appart’ dans lequel je n’ai pas mis les pieds depuis un mois et en allumant le disjoncteur et en voyant la porte du frigo fermée, je me dis que j’ai fait un truc naze.

00 h 16 : J’ouvre le frigo et en effet laisser le frigo éteint et la porte fermée pendant un mois sans électricité n’était pas brillant.

00 h 20 : Avec du Cif et une éponge, je nettoie le moisi dans mon frigo.

00 h 30 : Je sors ma jolie tenue pour ma rentrée du lendemain et prépare mes ballerines préférées porte bonheur qui en plus sont bleues et c’est bien connu, le bleu rend de bonne humeur.

00 h 40 : J’éteins la lumière et règle le réveil pour la première fois depuis au moins trois semaines.

4 h 30 : Je dors. En fait non je n’y arrive pas. Je crois que je suis stressée. Ou peut-être que je ne dors pas parce que j’ai changé le sens de mon lit.

7 h 30 : Musique de harpe + infos à la radio. Ça pique les oreilles. Ben si en fait j’ai réussi à dormir malgré le sens du lit.

8 h 00 : Je bois mon thé en regardant Hélène et les Garçons. Y a pas à dire les années 90 niveau mode c’était vraiment naze. Mais Hélène reste mon idole.

8 h 40 : J’ai une tache sur mon top. Je le passe sous l’eau et sèche l’eau au sèche-cheveux. Ouf c’est parti. Ça devait juste être du dentifrice.

8 h 50 : Je prends ma voiture et règle TOM TOM. Je vais éviter de me perdre le premier jour.

9 h 00 : Je me suis ratée sur le gros rond point. J’ai pas pris la bonne rue. Je suis donc en retard mais presque pas perdue.

9 h 10 : Pas de place sur le parking, je suis incognito ; je prends les places réservées aux clients.

9 h 12 : Un dernier coup d’œil dans le miroir de l’ascenseur avant de me lancer dans l’arène de ces nouveaux bureaux.

9 h 12 et 30s : Une secrétaire m’accueille et m’emmène dans un bureau rempli de dossiers. Non, non je ne crois pas que ce soit mon bureau. C’est mon premier jour, il ne peut y avoir autant de dossiers. Explications et présentations. La mission du jour : retenir les prénoms et les visages des 16 personnes que je viens de rencontrer.

10 h 30 : Café à 16. J’observe les visages. Ils ne m’ont pas l’air hostile. Les premières impressions sont bonnes. Je découvre déjà des trucs et astuces.

11 h 30 : Je fais des allers-retours au parking pour monter mes petits cartons en mode “Me voilà j’arrive”.

12 h 00 : Mon planning pour le mois est bien rempli. Si j’avais peur de m’ennuyer, c’est râpé.

13 h 00 : Le cabinet est vide. Je suis abandonnée. Heureusement j’ai mon badge pour sortir des bureaux, sinon j’étais mal, d’autant que je n’ai pas encore trouvé les escaliers et ne connais que l’ascenseur, qui marche avec un badge donc, entre midi et deux. Mais bon mon amoureux a décidé de m’offrir une bague et je m’en vais donc mesurer ma taille de doigt. C’est quand même mieux que de déjeuner avec des gens qu’on ne connaît pas, non ?

15 h 30 : Mon boss vient dans mon bureau parler d’un dossier et se balade en chaussettes dans les bureaux. Jusqu’ici tout va bien.

15 h 35 : Du coup moi aussi j’enlève mes ballerines bleues parce que c’est quand même drôlement mieux de se balader pieds nus. Mais comme j’avais plein de sable dans mes chaussures, je mets du sable plein la moquette. Je remets donc mes chaussures, j’ai pas envie qu’on me suive à la trace dès le premier jour.

16 h 00 : Je me rends compte avec effroi que la façade vitrée de mon bureau ne s’ouvre pas et que je n’ai aucun accès à l’air libre. Voilà qui va soigner ma claustrophobie.

18 h 00 : J’ai planqué tous les dossiers dans les placards et fermé les portes ; on prendra les problèmes un par un.

19 h 00 : Je valide mon changement d’adresse à l’URSSAF avant de vérifier… Et du coup je me suis plantée et c’est la merde parce qu’ils vont croire que j’ai cessé mon activité alors que je l’ai juste transférée mais je ne peux pas appeler parce que l’URSSAF ils travaillent plus après 16 h. Alors tant pis comme ça je ne paierai pas mes cotisations et partirai au soleil à la place. En fait tant mieux !

20 h 30 : Je regarde ma valise qu’il faudrait que je défasse depuis le canapé mais bon j’ai un peu la flemme, et puis l’Amour est dans le pré va commencer et comme j’ai raté plein d’épisodes, je ne peux pas manquer celui-ci. En plus c’est les agriculteurs que j’aime bien.

00 h 02 : J’éteins la lumière. On est déjà le lendemain de la rentrée. La routine s’installe déjà dans ce nouveau boulot. J’y retourne en deuxième journée mais je viderai avant de partir le sable de mes chaussures.

(cc)  Pink Sherbet Photography

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>