bouquin

Pain Amer – Marie Odile Ascher

Nous sommes en 1946, à Vence dans le sud de la France. Marina vit paisiblement dans sa famille d’origine Russe. En effet de nombreux Russes, appelés les « russes blancs », qui soutenaient le tsar ont fui leur pays au moment de la révolution bolchévique, ils se sont pour beaucoup regroupés et implantés dans le sud de la France.

Pain Amer – Marie Odile AscherEn 1947, Staline propose aux russes blancs de les amnistier et de revenir au pays. Entre 4000 et 6000 émigrés qui avaient fui les bolcheviques en 1920 pour s’installer en France vont répondre à cet appel.

Ce roman retrace l’épopée émouvante et tragique d’une de ses familles. Elle est inspirée d’une histoire vraie. Marina, l’héroïne, vit dans le sud de la France avec ses sept frères et soeurs. Leur père est simple jardinier alors qu’il était cadre supérieur en Russie. Elle a dix-neuf ans et vit un immense amour avec un étudiant en médecine. Elle a réussi son bac et veut devenir professeur d’anglais. La famille est profondément attachée à ses origines russes, aux traditions de leur pays. Les parents parlent le russe entre eux mais n’ont pas jugé nécessaire de l’apprendre à leurs enfants.

L’héroïne du roman est immédiatement attachante. Brillante élève, elle se destine à l’enseignement, elle rencontre celui qui doit devenir son mari, fils d’une famille de notables à Vence. Un merveilleux avenir l’attend et tout lui sourit… Ses parents, eux, ne se sont pas intégrés aussi facilement et souffrent du mal du pays. Le père peine à nourrir sa famille nombreuse et se sent humilié dans des emplois sous-payés.

Et voici que la chance de revoir son pays et de vivre aisément dans son pays d’origine se présente. En effet, en 1946, Staline offre aux russes blancs l’amnistie et le retour au pays pour aider à la reconstruction d’après-guerre. De belles réunions d’information sont organisées auxquelles on leur explique à quel point leur vie sera facile et aisée. Les parents de Marina acceptent l’offre du gouvernement russe et décident de rentrer dans leur pays qui leur manque tant.

A cette époque, on savait peu de choses sur la situation de la Russie stalinienne. Les amis de Marina la pressent de ne pas quitter la France, qu’elle ne pourra pas revenir mais Marina a le sens du devoir et de la famille. Elle partira aider sa famille à s’installer et reviendra pour la rentrée universitaire pour se marier avec l’homme de sa vie. Les amoureux se retrouvent souvent, se font mille promesses, l’un attendra aussi longtemps qu’il faudra, l’autre reviendra le plus vite possible.

Et Marina, un matin de juin quitte la France le seul pays qu’elle a connu.C’est un roman magnifique, qu’on ne lâche pas ! On suit Marina dans son impossible dilemme, partagé entre sa famille et son amour. Il s’agit d’un roman quasi historique, car il est extrêmement bien documenté. On apprend beaucoup sur l’histoire, mais avec un tel plaisir qu’on ne s’en rend pas compte ! J’ai été très touchée par ce personnage qui semble si réel qu’on a du mal à croire que l’auteur ne l’ait pas vécu ! A lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>