Histoires

Et si on sortait du placard ?

NDLR : La rédaction de Ladies Room a envoyé à Laurie “Osez faire votre coming out”, de Paul Parant avec une préface de Philippe Besson.

Quand j’ai reçu un mail de la très sympathique Audrey me proposant de lire « Osez faire votre coming out », j’ai bien évidemment accepté. Toutefois du fait du sujet et du titre du livre, je ne me suis pas sentie concernée tout de suite et donc j’ai mis un peu de temps à l’apprivoiser.

Et si on sortait du placard ?Le pitch : un guide pour aider pas à pas les personnes homosexuelles à s’accepter et à partager leur orientation sexuelle avec leurs proches.

Ce qui m’a d’abord frappée dans ce livre, et très naïvement d’ailleurs, c’est la violence des situations de rejet que vivent les homosexuels et la difficulté pour eux de faire accepter leur « différence ».

Le guide donne donc des conseils pour apprendre à s’accepter d’abord soi avec cette préférence sexuelle et non comme atteint d’une maladie incurable.

Puis une fois l’acceptation faite, ils expliquent en fonction des interlocuteurs la meilleure façon de l’annoncer.

Il y a aussi tout un chapitre intitulé “Et si ca se passe mal” donnant un article du Code Civil indiquant que les parents ne peuvent pas couper les vivres de leur enfant et un numéro de SOS homophobie.

Je suis assez partagée sur l’idée que j’ai de ce livre. Dans l’ensemble j’ai trouvé les conseils plutôt basiques et applicables à toutes les situations de la vie quand on a une chose difficile à partager, si ce n’est que le livre insiste sur le fait que ce n’est ni une honte ni une maladie.

Il y a du bon dans tous les témoignages dont est émaillé le livre et sur la relation avec les parents où l’auteur t’explique que ce qui fait très peur aux parents ce n’est pas le mot « homo » mais « sexuel ».

Mais bon j’ai pas été conquise sur le fond du livre, trouvant qu’il manquait de subtilité et était d’une écriture pas terrible, mais un bon point pour la préface de grande qualité de Philippe Besson.

J’ai encore moins été conquise par les quinze pages de remplissage de la fin indiquant les chansons, les séries et les films qui parlent d’homos ou de coming out, tout comme les quinze pages au début du livre en forme d’historique de l’homosexualité et du coming out chez les écrivains.

Et puis j’ai repensé à lui, dont je parlerai peut-être plus en détail un jour. Du plus grand gâchis de ma vie sentimentale. De ma plus belle déclaration d’amour mais aussi de ma plus grande souffrance. De celui pour qui j’avais des sentiments et de celui pour qui j’étais aussi un alibi.

Parce que j’avais ce pressentiment qu’il préférait mes copains à moi, parce que je le voyais, le ressentais. Mais parce que j’ai pas été capable, à aucun moment d’être son oreille pour sa difficile confession.

Alors en repensant à lui, je me dis que peut-être j’ai jugé un peu durement ce livre et que si je l’avais lu il y a quelques années en arrière, quand je le connaissais lui, quand je passais des soirées entières à l’embrasser, j’aurais agi autrement. J’aurais été sa première étape, son exutoire et sa transition bénéfique pour lui.

Alors ce que je retiens de ce livre c’est surtout pour nous, amis d’homos, de les aider à passer le cap de l’acceptation et de les pousser sur ce chemin parce qu’au final et c’est aussi la conclusion du livre, un homo se sentira toujours mieux une fois que ce lourd secret qu’il porte sera partagé. Alors amis homos, ready to get out of the closet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>