Culture

Q, la projection

Oyez oyez, Ladies de Paris et de sa région, d’ici ou d’ailleurs, et à nos camarades masculins, mobilisez-vous ! Le mercredi 27 juin prochain à 19h30, rendez-vous au Brady pour une projection exceptionnelle du dernier film de Laurent Bouhnik, Q – en présence de ce dernier et de la comédienne Déborah Revy – sorti dans les salles le 14 septembre 2011.

  • Q, la projectionVous vous êtes surement déjà posé la question de la frontière ténue entre la fiction et la réalité ? Nous, oui. Et en découvrant l’univers de Laurent Bouhnik, par le biais de notre chère IsabelleJuliette, qui a la chance de travailler en étroite collaboration avec ce réalisateur qui n’a pas froid aux yeux, nous nous sommes aperçus que cette frontière n’avait pas lieu d’être, dans le cinéma.
  • Les films de Laurent Bouhnik dérangent, cela va sans dire. Le premier en date, Select Hotel, interdit aux moins de 16 ans à sa sortie dans les salles obscures en 1996, décrivait l’existence de zonards dans un hôtel coincé entre Stalingrad, Barbès et la Porte de Clichy – des quartiers de Paris réputés pour leur “effervescence”. Deux ans plus tard sort Zonzon, qui mettait en exergue le quotidien de trois taulards joués par Pascal Greggory, Gaël Morel et Jamel Debbouze, interdit cette fois aux moins de 12 ans.
  • A chaque sortie des films de Laurent Bouhnik, les spectateurs trépignent ; la presse s’indigne, souvent. Le réalisateur sans concessions, désigné comme punk par certains, souhaitant taquiner le bourgeois par d’autres, n’a pourtant nulle autre ambition que de filmer la réalité dans ce qu’elle peut avoir de plus cru et intime (Q), de complexe (24 heures dans la vie d’une femme), de violent aussi (Zonzon).
  • Point de fioritures ou d’esthétisme créé de toutes pièces, la beauté de ses films tenant en ce qu’ils dépeignent une réalité qui est souvent balayée par les figures imposées dans le cinéma, le réalisateur prend à rebours les tendances cinématographiques actuelles. D’où notre envie de confronter notre communauté, femmes et hommes confondus, à Q, film qui a tant défrayé la chronique à sa sortie en septembre dernier.
  • Quelle est la vraie nature de Q, quelle en est la portée, qu’a voulu entendre Laurent Bouhnik en réalisant ce film ? A-t-il été jugé trop sévèrement ? Ne faut-il pas être une femme pour prétendre écrire, produire et réaliser un film qui a pour seul sujet les femmes et l’amour – qu’il soit physique, charnel, mais pas que ? Toutes ces questions, et d’autres encore, trouveront leurs réponses après la projection, qui sera suivie d’une discussion à bâtons rompus avec Laurent Bouhnik et Déborah Revy, comédienne principale du film, qui seront présents pour l’occasion.
  • Q, la projection« Parce que je pense qu’il n’y a pas de passion sans sexe, [...] parce qu’il n’y a rien de sale dans l’impudeur, parce qu’il peut y avoir de la beauté dans deux corps qui se cherchent, parce que j’aimerais saisir ces moments intenses où se révèle l’être dans toute sa nudité, une forme d’honnêteté, parce que je pense trouver de la pureté là où d’autres ne voient que de l’obscénité, parce que mes personnages doivent s’offrir pour recevoir, parce qu’enfin je pense que tout Art ne peut se faire que dans la liberté, « Q » sera un film avant d’être [une œuvre] pornographique. » Laurent Bouhnik

5 Responses to “Q, la projection”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>