bouquin

D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère

Travaillant depuis peu dans le domaine du droit, une collègue m’a conseillé de lire le roman d’Autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère afin de mieux appréhender le monde de la jurisprudence. Je n’avais encore lu aucun livre de cet auteur, je n’avais donc aucun avis sur ce dernier. Lire ce livre m’a effectivement aidé à mieux cerner le travail de certains juges et le fonctionnement de la justice française en général, mais ça m’a surtout bouleversée.

D’autres vies que la mienne d’Emmanuel CarrèreRésumé de l’éditeur

A quelques mois d’intervalle, la vie m’a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari. Quelqu’un m’a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n’écris-tu pas notre histoire ? C’était une commande, je l’ai acceptée. C’est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l’amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d’un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s’occupaient d’affaires de surendettement au tribunal d’instance de Vienne (Isère). Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d’extrême pauvreté, de justice et surtout d’amour. Tout y est vrai.

Mon avis

Même si j’ai pleuré en continu en lisant ce roman, je l’ai vraiment apprécié. Ça n’est certes pas une lecture qui a été facile (je parle du contenu et non de l’écriture), mais c’est une lecture qui a fait remonter énormément d’émotions, d’interrogations, de réflexions chez moi. Une lecture utile donc.

D’abord, les témoignages poignants de ces personnes (personnes réelles !) marquées par le cancer, le handicap, le tsunami, le deuil. Difficile de ne pas verser une larme (ou disons plutôt un torrent de larmes) en lisant le témoignage d’un couple qui a perdu leur petite fille de 4 ans dans le tsunami de décembre 2004 ou celui d’un mari qui est en train de perdre sa femme, mère de trois petites filles, qui ne résistera pas à un deuxième cancer, mais qui même au moment “de partir”, fera passer la fête de l’école de ses “princesses” avant tout. Difficile de ne pas être admirative aussi, quand une mère réussi à choisir “la vie” après avoir vécu la perte d’un enfant, ou un quand un mari “gère” au mieux la mort de sa femme afin de préserver le bien-être de ses enfants.

Mais dans cet ouvrage il y a également le cheminement mené par Emmanuel Carrère concernant sa propre vie, sa manière d’être, ou plutôt de ne pas être, avec les autres. Être le témoin des drames cités précédemment, retranscrire les émotions des personnes concernées par ces derniers l’a également transformé. Ça lui aura permis d’affronter un vieux démon (un renard selon lui) qui semblait être là depuis toujours et qui l’empêchait d’apprécier pleinement son existence.

Une lecture bouleversante mais pas déprimante, au contraire même, que je vous recommande à toutes !

PS : Toutes nos envies de Philippe Lioret est l’adaptation cinématographique de ce roman. Ayant vraiment apprécié le livre, je ne pense pas voir le film, de peur d’être déçue. Mais si certaines ladies veulent en parler, qu’elles n’hésitent pas ! 

4 Responses to “D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère”

  • Un plaisir de lire cet article ! J’ai moi aussi lu ce livre qui m’a également bouleversée. Je n’ai pas versé de larmes mais les tragédies contées à merveille par E. Carrère m’ont réellement marquée. Je suis comme toi, ayant lu le bouquin je n’ose pas voir le film, mais ça me démange… !

  • @Audrob : merci :-)

    Pour le film, je trouve que même quand l’adaptation est réussie, on est souvent déçue. On s’est fait notre propre représentation des personnages et on est pas toujours tendre avec celle des autres. De plus, pour le coup, je ne suis vraiment pas fan de Marie Gillain, donc je suis quasi certaine de ne pas accrocher…

  • Moi aussi j’ai adoré ce livre…
    Quand je l’ai commencé ma fille avait l’âge exact de la petite qui meurt… J’ai cru mourir à mon tour…
    Et ensuite l’histoire de sa belle-soeur m’a bouleversée… Je sais que pour ces petites filles quand elles seront grandes, ce sera un véritable bonheur et plaisir de lire ce qu’il a écrit sur leur mère… C’est merveilleux ce témoignage.
    Merci Plipli de me rafraîchir la mémoire ;-)!

  • @Nouvelle 30naire : de rien ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>