cinoche

My week with Marylin

Colin a 23 ans. Fraîchement diplômé d’Oxford, il rêve d’être cinéaste. Il finit par être engagé comme assistant sur un tournage qui se déroulera en Angleterre.

My week with MarylinLe film s’appelle « Le prince et la danseuse ». C’est Marylin Monroe qui est attendue pour jouer au côté de Sir Laurence Olivier, célèbre acteur de théâtre et de cinéma britannique. Quelques temps après le début du tournage et un peu par hasard, Colin Clark entre dans la sphère très intime de l’actrice et c’est cette petite semaine de l’été 1956 que le film nous raconte. La relation naissante entre un jeune assistant et la plus grande star de Hollywood.

Le film est raconté du point de vue de Colin, ce qui permet au spectateur de comprendre comment il percevait cette femme et quelle fascination elle exerçait sur lui. La première scène du film, celle de la descente d’avion à l’arrivée en Angleterre, est très représentative. On est aussi impatient que Colin de voir apparaître Marylin. Il y a cette attente et ce ravissement quand on la voit enfin descendre les marches. Et puis, on est impatient aussi de voir Michelle Williams apparaître en Marylin.

Avant Michelle Williams, il fut brièvement question que ce soit Scarlett Johansson qui interprète le rôle de Marylin. Je préfère le choix qui a été fait. Scarlett Johansson était presque trop convenue pour le rôle. La ressemblance physique, les rondeurs, le glamour hollywoodien. On avait tellement comparé Scarlett Johansson à Marylin lors de ses débuts dans le cinéma que c’était presque trop simple de la choisir. En revanche, Michelle Williams était plus inattendue dans le rôle. De plus, cette actrice a une sensibilité de jeu et une subtilité qui colle bien pour interpréter Marylin. Michelle Williams joue souvent en demi-teinte. Et c’est ce qu’il fallait pour Marylin, qui était pleine de contradictions, à la fois dans sa personnalité, et dans sa vie.

J’étais donc assez impatiente de voir Michelle Williams s’emparer du rôle de Marylin. Et bien, elle m’a convaincue. Marylin Monroe, c’est plutôt un rôle casse gueule. On en a tous une représentation plus ou moins juste, plus ou moins fantasmée, plus ou moins rêvée. Il fallait que le personnage corresponde aux attentes de tous et en même temps refléter la réalité.
Dans ce fragment de vie que montre le film, toutes les particularités que l’on connaît à travers les écrits et les interviews de Marylin Monroe sont représentées. Son extrême candeur, sa tristesse infinie, une authenticité et une sincérité, sa peur, peur d’être folle, peur du jugement, et par-dessus tout, peur de l’abandon. Tout est là. Tout est dans le jeu, la gestuelle, le regard bleu profond de Michelle Williams. Elle parvient à offrir une approche physique et psychologique très proche de Marylin Monroe. Ou plutôt de la femme qui se cachait derrière. Norma Jean.

« Le Prince et la danseuse » a été une horreur de tournage pour le réalisateur et les comédiens. Marylin se pointait avec plusieurs heures de retard. Une fois en place, elle oubliait son texte, bégayait, partait en courant. Mais quand elle réussissait à donner la réplique, les gens étaient comme aimantés par elle. Ce qui fait dire à un de ses partenaires de jeu « Quand Marylin réussit sa prise, vous ne voyez rien d’autre qu’elle ». C’est peut être cette réplique qui définit entièrement l’actrice qu’était Marylin Monroe. Elle avait un jeu imparfait la plupart du temps, et n’était peut être pas faite pour faire du cinéma après tout, mais quand elle arrivait à lâcher prise, elle avait un charisme dément..

Le film montre aussi les relations compliquées que Marylin entretenait avec son entourage. La star semblait se débattre indéfiniment entre ses propres désirs et les attentes pressantes des autres, son mari, sa professeure de théâtre, ses amis qui voyaient en elle une femme qu’elle n’était pas. Tous semblaient vouloir la façonner à leur manière. On se demande si ce ne sont pas les autres qui avaient plus besoin de Marylin et non l’inverse, comme pour s’attribuer un succès et un mérite par procuration. Les relations malsaines et les dépendances des uns envers les autres, le film soulève ces aspects souvent méconnus de la vie de Marylin.

My week with Marylin est un conte mélancolique. L’histoire d’une rencontre entre une femme blessée et un jeune homme débordant d’enthousiasme et de vitalité. Mais c’est avant tout l’histoire de cette femme, adulée par tous et tragiquement seule. La lecture que nous en donne Michelle Williams est magnifique, et troublante. 50 ans après sa mort, Marylin Monroe n’a pas encore fini d’exercer une immense fascination.

De Simon Curtis, avec Michelle Williams,  Kenneth Branagh, Dominic Cooper, Emma Watson, sortie 4 Avril 2012.

2 Responses to “My week with Marylin”

  • Merci pour ton article, tu m’a donné envie de le voir^^ chose qui m’arrive rarement^^ par contre s’il te plais soit un ange et dis moi :

    Combien de mouchoir je prend ? ^^

    Bein voui je pleure tout le temps au cinéma une vraie fontaine ^^

  • un paquet suffira ;) mais curieusement, la mélancolie ambiante de ce film ne fait pas forcément pleurer, elle laisse plus un petit truc planer, pendant et après le film…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>