Back Room

UN MATIN ENIVRE

Ce matin je me suis levé
Du café vodka restait dans mon gobelet
Assis dans mon lit, je l’ai bu d’un trait
Son goût froid et métallique frappa mon palais

Un mégot à peine entamé, dans mon cendrier
Remplaça mon imaginaire tartine grillée
Pour jus d’orange je pris un rouge ambré
Depuis trois jours déjà débouchée

Dans le miroir crasseux un semblant de reflet
Mes yeux cernés et mon teint gris boursouflé
N’ont pas d’une ride bougée
De mon lit me parvient un cri étouffé

Sous les draps sales et puants
Ton corps se mit en mouvement
Un cri suivit d’un gémissement
Un coup de mes hanches et un grognement

La culbute ne dura pas longtemps
Ton corps est chaud et pantelant
Lorsque je m’en retire doucement
Nul besoin de m’étendre sur des sentiments
Mes baisés suffisent amplement

Une sombre lumière voit le jour
Dans cette chambre miteuse, d’amour
Ton haleine fétide en est chargée
J’entrevoie dans tes dents cariées
Un fantôme sourire éméché

2 Responses to “UN MATIN ENIVRE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>