My Space

Nous serons , un jour, PARENTS

Même si je dois encore attendre des mois, des années

A ce que tu te décides enfin à pointer ton nez.

Même si mon cœur doit encore en éclats, voler

A chaque nouvel appel, à chaque espoir échoué.

Non, je ne renoncerai pas, tu sais !  Je te le promets ! 

Parce que je sais que tu es là

Attendre ne m’effraies pas

Parce que t’aimer est devenu inné

A ton arrivée, jamais je ne renoncerai !

 Je serai, un jour,  MAMAN, ta maman, mon enfant. Comment cela pourrait-il en être autrement ?

J’ai déjà à mes cotés, tout d’abord : ton papa. Un vrai,  un qui t’attend déjà tout autant que moi. Un qui n’a pas attendu les fameux 9 mois  de préavis de ton arrivée pour accepter de m’entendre « couiner ». Il  est même déjà prêt à prendre le relai quand toi, à ton tour,  tu te seras décider à pester en mode « replay », juste pour voir ce que ça fait !

Tu t imagines ?!  Ton  papa, lui, s’est déjà engagé, devant témoins,  à  te faire prendre  ton bain, à  préparer tes biberons, à  changer tes couches … pleines de pipi, je précise ! Celles plus  épicées, plus  parfumées, je te laisserai, tout seul,  le persuader ! En tout cas, une chose n’est pas moins sûre, même si « couche caca » il ne changera (peut-être) pas, dans le caca, tous les deux, il ne nous laissera pas !

Puis, il n’ ya pas que nous qui t’attendons. Sans même le savoir, tu as déjà creusé dans le cœur de plus d’un, ton empreinte et crois moi, elle est déjà indélébile ! Je veux bien sûr parler de tes grands-parents. On aurait pu penser que c’est l’envie d’être grand père ou grand mère qui ferait que ta venue au monde serait vivement souhaitée et bien non ! Ils te désirent toi,  toi pour toi, pour tout l’amour qu’ils pourraient te donner, pour tout le bonheur que tu pourrais nous apporter. Tes  oncles, tes tantes de sang et  de cœur t’attendent également patiemment. Alors à chaque larme versée, à chaque portion de cœur blessé à cause d’une espérance échouée ou d’un traitement trop fortement dosé, ils sont là pour me, pour nous, rappeler que tu arriveras !  On sera un jour, papa et maman , on le sait !

De plus, pour te concevoir, nous n’avons pas fait les choses à moitié. La moyenne des gens se contente d’un ovule plus ou moins bien arrondi et d’une armée de spermatozoïdes dont seul le plus malicieux trouvera l’entrée ! La suite, on la connait ! Trop facile !!!! 

Nous, on a sorti la grosse artillerie :

 -ovule de qualité sélectionné,

-spermatozoïde trié sur le volet,

-accompagnement  du Ciel en priorité (on a employé tous les saints qui s’y trouvaient ainsi que leurs maitres, à temps plein et en CDI, s’il te plaît !)  

-et  enfin, assistance de toute une équipe de « coachs en conception » (ils ne sont pas moins de 5, tous spécialistes dans leurs domaines  et qui font tout pour préparer au mieux ta première chambre :  mon utérus ! (Valérie Damidot c’est de la gnognote à côté !)        

Certes, il fera un peu sombre mais vu que tu n’ouvriras pas encore les yeux, cela ne te sera pas d’une grande utilité  Tout viendra  à toi sans avoir besoin de le demander !  Repas servi à heures régulières via un ascenseur unique dernier cri qui t’apporte tous les nutriments nécessaires à ton bon développement ; coussins moelleux à volonté  (bon visqueux  aussi, je te l’accorde mais dans le noir, y pas mieux, m’a t’on garanti !) entourés d’une poche isolante à toutes  intempéries,  laissant passer tout de même les vibrations de quelques do, ré, mi, fa,  écoutées ici et là ! Tu auras même droit à de vraies pauses photos faites par de vrais  professionnels avec un matériel ultra perfectionné  pour te retrouver ensuite à la « Une » d’un album qui te sera dédié uniquement !

En outre, ta future maison extérieure est presque prête ! Il ne manque plus qu’à fignoler les détails pour écarter les éventuels plus gros dangers et voilà tout sera paré ! Ta seconde chambre, elle, elle est déjà toute trouvée, ventilée,  lumineuse à souhait et surtout plus grande que les quelques centimètres carrées de la première. On ne lui a pas encore attribuée de couleurs. Nous  t’attendons pour ça ! Un coup de pieds pour dire : « Oui cette couleur me plait » et deux pour signifier : « Fausse bonne idée ! » Ok ? 

Au-delà de tout ce qui est précédemment cité, la raison la plus intime par laquelle je sais que parents, nous serons c’est parce qu’’au fond de moi je sens, je ressens que je serai capable d’être enfin  maman.

Pour ton papa, c’est venu comme une révélation. Un « beau » soir, entre deux torrents de larmes versés, il a juste eu besoin de me regarder dans les yeux et me dire solennellement qu’il était prêt à être papa pour que tout son être en soit persuadé et cela quelques soient la nature et la durée des épreuves à affronter.

Moi, c’est tout autre. Te désirer a toujours été un évidence mais mon cœur était toujours rempli de peurs, de « et si jamais… ? », de « comment je pourrai…. ? », de mais qu’est ce que j’ai fait ? » de … ?Depuis peu, ces interrogations se sont envolées. Certaines ont pris plus de temps que d’autres mais je sais qu’elles ont lâchées prise. C’est ma petite voix me l’a révélée ! Et crois moi, quand celle la se met à parler, c’est que je suis dans le vrai ! Plus besoin qu’elle clignote sans arrêt ! Expérience passée oblige !

Maintenant, je sais que je saurai te protéger – t’aimer pour toi bien plus que pour ce que tu pourras m’apporter. Je sais que le Ciel m’a comprise et m’a pardonnée. Aujourd’hui, j’ai appris à  ne plus avoir honte. – j’ai appris à être moi, à être vraie. J’ai appris à pleurer pour ne pas suffoquer, à crier pour ne pas imploser. J’ai appris à fermer les yeux pour rêver ; à voir le phare dans les nuits  tourmentées ; j’ai appris à prendre des bouées quand le courant est trop fort;  à m’appuyer sur des épaules pour me soutenir, à prendre des mains pour avancer … J’ai appris aussi à revoir mes priorités ; à accepter mes faiblesses aussi douloureuses soient elles. Enfin, j’ai appris la patience. Eprouvante qualité pour une impatiente comme moi mais tu en vaux tellement la peine !  Non pas la peine ! Tu en vaux tellement  la foi, la persévérance, l’attente, l’amour !

 Alors même, si toi, Petit Ange, tu as du mal à croire en toi, en ta venue tant attendue, sache que ton papa et moi  nous on ne baissera pas les bras. On t’attendra. On se préparera.

Nous serons, un jour,  PARENTS, TES parents, notre  enfant. Comment cela pourrait-il en être autrement ?

One Response to “Nous serons , un jour, PARENTS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>