cinoche

Revue cinématographique et musicale #2 : Cloclo le héros

Hier soir, une fois n’est pas coutume, je suis allée au cinéma. D’une part, parce que ma carte 5 places au MK2 arrivait à expiration de durée, d’autre part, parce que j’ai une collègue dans ma vie blandinienne qui est absolument fan de Claude François.

Quand elle avoue qu’elle est toujours triste les 11 mars et qu’elle fait toujours quelque chose en mémoire de Cloclo, un autre de mes collègues lui a répondu : Qu’est-ce que tu fais ? Tu coupes l’électricité ? Pour vous dire à quel point elle est fan, elle a pris sa journée le 14 mars pour aller voir le Cloclo de Florent-Emilio Siri. Et elle en est revenue avec des étoiles dans les yeux. Preuve, selon moi, d’un biopic réussi.

J’ai lu certaines critiques ici ou  qui mettent en exergue aussi bien l’aspect limite caricatural, mais ceci dit très dynamique du film, qui dure quand même 2h28. Et je n’ai regardé ma montre qu’une seule fois, à la moitié du film. Preuve d’un montage pulsé, d’une narration accrocheuse et d’une certaine qualité de jeu. On peut parler évidemment de la performance de Jérémie Rénier qui, à l’instar d’Eric Elmosnino dans Gainsbourg [Vie héroïque], est tout simplement parfait (et en plus, IRL, sans les sourcils épilés, il est beau, ce qui ne gâche rien).

Mais celui qui m’a le plus impressionné, c’est Benoît Magimel qui joue Paul Lederman. Outre la transformation physique – je n’ai fait le rapprochement qu’à la moitié du film –, je l’ai trouvé dans son jeu d’acteur tellement éloigné de ce qu’il a l’habitude de faire que je n’ai pu m’empêcher de m’enthousiasmer pour ce rôle de composition.

Ce qui est également bien dans le film, c’est qu’il n’est pas une hagiographie qui reléguerait les aspérités du personnage principal au second plan. On voit Claude François jaloux, limite psychopathe avec les femmes de sa vie (la scène où il traque Isabelle, la mère de ses enfants, est digne d’un thriller), jouisseur, imbu de lui-même, manipulateur, colérique… Mais aussi manquant tellement de confiance en lui et en ses capacités de rester en haut des charts qu’il en devient boulimique de travail. Au moins, les fans étaient prévenus qu’ils n’allaient pas être brossés dans le sens du poil, même si les deux fils du chanteur à la production apportaient leur caution morale.

Comme je n’y connais rien en cinéma, j’ai décidé de faire un petit tour de la carrière de Claude François en cinq titres :

Belles, belles, belles (1962)

Le premier gros carton, celui qui le fera connaître à la postérité. Après avoir fait le batteur et les choeurs à Monte Carlo, et après plusieurs échecs tant sentimentaux – sa femme se barre avec Gilbert Bécaud – que professionnels, le jeune homme de 23 ans tente sa dernière chance en réécrivant une adaptation. Et ça cartonne de suite.

Comme d’habitude (1967)

Il vient de se faire larguer par France Gall, avec laquelle il s’est comporté comme un sagouin quand elle a gagné l’Eurovision. Pour porter le deuil, il écrit cette chanson où il extériorise toute sa souffrance. Ce sera son plus gros succès, et comble de la classe, sera reprise en anglais par son idole, Franck Sinatra. Pour la petite histoire, durant Cloclo, le moment où il chiale de bonheur quand il reçoit le master de My way m’a foutu les poils d’une force…

J’attendrai (1967)

http://www.youtube.com/watch?v=Aq7ATHBsyXU

Cette reprise de Reach out (I’ll be there) des Temptations est une réussite complète. D’une part, parce qu’après avoir vu Otis Redding à Londres, il a permis d’amener la soul de la Stax et de la Motown en France. Et surtout, c’est à partir de ce moment qu’il fait vraiment des shows à l’américaine et qu’il fait des chorégraphies de dingue avec ses désormais inimitables Clodettes.

Le chanteur malheureux (1975)

http://www.youtube.com/watch?v=Pbuy7dkOUAM

C’est un fait : Claude François en chie comme un malade pour arriver à rester au top après 13 ans de carrière ininterrompue, mais il n’est toujours pas considéré comme un artiste légitime par les médias. De plus, il se sent abandonné par ses proches, agressé dans la rue… Et, comme tout artiste qui se respecte, il a besoin de le dire. Vers la fin de sa vie, il demandera même à Etienne Roda-Gil, catégorisé auteur à gros intellect, de lui écrire des textes. Sauf que, comme c’est Claude François quand même, il mettra ça sur du disco et cela deviendra Magnolia Forever.

Alexandrie, Alexandra (1978)

Claude François n’aura pas eu le temps de savourer l’immense succès de son dernier single, étant donné qu’il est sorti dans les bacs le 15 mars 1978, jour de son enterrement. C’est peut-être un peu glauque, mais sur ce coup-là, la maison de disques a créé un énorme buzz à son corps défendant. Et dire qu’un mois avant, il chantait au Royal Albert Hall…

Cloclo, c’est donc désormais un film, mais surtout 63 millions de disques vendus, des milliers de sosies à travers toute la France et un culte qui, presque 35 ans après son décès, n’est pas près de s’éteindre.

One Response to “Revue cinématographique et musicale #2 : Cloclo le héros”

  • j’ai prévu d’aller voir ce film dès que j’en ai entendu parler! je n’ai jamais perçu Claude François comme un simple chanteur à paillettes, comme il est souvent perçu d’ailleurs, mais plus comme une personnalité terriblement exigeante et dure avec lui-même et les autres, c’est ça qui m’intéresse chez lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>