Humeurs

Crise de la trentaine

Je vais avoir 29 ans. 29 ans, c’est l’âge auquel ma mère a accouché de moi. Elle était déjà mère d’une petite fille de 4 ans et mariée depuis bientôt 5 ans. Cette première réflexion par rapport au chiffre que je vais atteindre et la comparaison avec ce que vivait ma mère au même stade de vie a commencé à semer le trouble en moi. C’est manifeste : j’observe chez moi une crise des valeurs. En gros, je fais ma crise de la trentaine.

Crise de la trentaineJ’entends certaines personnes qui me disent que 30 ans est l’un des plus beaux âges de la vie, qu’ils se sentent mieux à 30 ans qu’à 20… Je veux bien les croire, et, pour certaines personnes que j’aime plus particulièrement, la preuve est là. Je les vois qui se posent moins de questions par rapport à leur paraître, par rapport à leurs relations aux autres, après avoir passé leur jeunesse à subir des remontrances quant à leurs comportements. Peut-être parce qu’on estime qu’à la trentaine, la personnalité s’est déjà construite et que, de toutes façons, il faudra bien traiter avec.

J’ai tellement entendu ma sœur dire : Si à trente ans, je n’ai pas d’enfant, je m’en fais faire un que je me suis dit que la trentaine représentait quand même un sacré cap psychologique. Notamment pour les femmes. Car, comme disent la plupart des gens aux nullipares trentenaires : L’horloge biologique tourne… Cette p*** de fécondité qui se place en épée de Damoclès au-dessus de la tête des femmes lorsqu’elles se retrouvent célibataires à mon âge a de quoi en énerver plus d’une. Sauf que, désormais, l’âge moyen de la première grossesse en France est plus proche de 30 ans que de 20, il me semble…

J’ai de la chance, j’ai un travail stable et valorisant. Ce n’est pas le cas de tous les pré-trentenaires et des trentenaires que je croise tous les jours. Je n’aurais pas à me plaindre, car en plus, cela correspond à tout ce que je voulais faire depuis toujours. Mais combien de mes conscrits vivotent encore de petits boulots, de piges, ou ne sont même pas sûrs d’être payés ce mois-ci ? De plus, je ne vis pas dans la même situation économique que mes parents. Il est vrai qu’ils étaient propriétaires de leur logis à 25 ans. Moi, ce sera à quel âge ?

Je n’ai pas de chance, je suis célibataire. Et il faut l’avouer, passé un certain âge, même si on n’a jamais été une bombasse de la mort qui tchue, la trentaine reste quand même cernée par le spectre de Bridget Jones chez les filles. C’est sûr, je me fais draguer… par les quadras, voir les cinquas ou sexas. Pas par des mignons petits trentenaires (en couple depuis quelques années)… Tant pis pour moi, j’avais qu’à m’intéresser aux garçons dès l’adolescence, avant d’attendre d’être stable professionnellement.

En vérité, je n’ai pas de raison de me plaindre. Mais je me plains quand même. Parce que je vois que la considération que l’on a pour ma personne n’est plus la même. La preuve : une dame qui me connaît depuis l’enfance et qui me croise chez ma mère dernièrement me dit : Mais tu es une femme ! Je ne sais pas à quoi tout cela tient. Est-ce le fait que j’ai fait mes preuves professionnellement ? Est-ce le fait que je ne me pose plus certaines questions et que d’autres prennent la place ?

Le fait d’être entre deux âges me trouble énormément aussi. Comme je dis, les vieux se foutent de moi quand je dis que je suis vieille, les jeunes se foutent de moi quand je dis que je suis jeune. Les sociologues théorisent déjà la génération à laquelle je suis censée appartenir. Le problème étant que je me reconnais aussi dans les aspirations qu’avaient mes parents ou même mes grands-parents. Je commence à voir les limites des valeurs que l’on érige à l’heure actuelle. Voilà, c’est pour ceci précisément que je me sens si vieille.

Je suis une fille du XXIe siècle, mais ce que j’apprends de ma réflexion à l’heure actuelle et de ma critique des valeurs est que la vie est un éternel recommencement. On aura beau vouloir s’imaginer des vies heureuses, des avenirs radieux, on ne sait jamais de quoi la vie est faite. Si vous m’aviez dit il y a 5 ans que je serai là, je vous aurais ri au nez. Et vous voyez, c’est drôle : je n’ai jamais imaginé ma vie après 30 ans.

(cc) stephanie ★

13 Responses to “Crise de la trentaine”

  • Je pense qu’il est important que tu relativises. Même si ce que tu pointes dans ce billet est légitime, d’abord, tu n’as pas encore trente ans – qui sait ce qu’il pourrait t’arriver en un an ? – tu appartiens à une nouvelle génération, et sauf si tu souhaites totalement marcher dans les pas de tes parents (de ta mère en particulier), il ne faudrait pas oublier qu’en effet, les enfants arrivent de plus en plus tard dans notre génération, tout comme le fait d’être proprio (rapport à l’argent) et même le fait d’être mariée. :)

    • C’est quand même drôle de relire ça avec 5 ans de recul et en ayant vécu une partie de ce que je souhaitais dans l’intervalle. Tu me disais “Qui sait ce qu’il pourrait t’arriver en un an ?”. C’est effectivement un an après que j’ai entamé ma thérapie et que j’ai rencontré le Mari, et l’année de mes 31 ans m’a fait vieillir à pas de géant (achat d’appart, licenciement, mort du paternel). Bon, il reste les gosses, mais ayé, je me prépare à en accueillir sereinement (à 34 ans ou plus, donc).

  • Personne ne s’imagine vieillir, ça se fait c’est tout…
    Pour être honnête et d’après mon expérience et celle de mes cops, c’est à partir de 35 que les choses s’améliorent… Mais ce n’est pas tant l’âge que la situation personnelle…
    Etre épanouie dans sa vie vaut bien plus que les années en plus ou en moins que les autres!
    Se comparer à ses parents, c’est bien mais illusoire…
    Mais mère s’est mariée à 20 ans et à 24, elle était déjà la mère de 2 enfants… Heureusement pour ma soeur et moi qu’elle s’y est mis tôt, si non, je ne serai pas là pour en discuter… Elle est morte à 31 ans avec un mari, 2 enfants et une maison, SUPER! J’en ai presque 10 de plus, presque plus de mari, 2 enfants et pas de maison… Pas grave, je suis en vie et chaque année qui passe avec son lot de bonheurs et de peines, me dit que ce n’est pas si mal d’être là! L’âge n’est rien! Juste une occasion de compter! Et de faire la fête?!?!?

  • @Rose H. : Justement. En tant que nouvelle génération, faut-il pour autant se démarquer de nos parents ? En a-t-on la capacité ? Et quid de beaucoup de personnes qui, arrivées à la cinquantaine, disent parfois : “Comme ma mère avait raison” ?

  • J’aurai aimé faire comme mes parents, rencontrer ma moitié à 19 ans, avoir mon premier enfant à 27 après avoir fait un petit Tour du monde avec un sac sur le dos !
    Mais voila ça l’a pas fait ! A 19 ans je me suis faite larguer par celui avec qui j’envisageais de faire ça et aujourd’hui à la veille de mes 28 ans, même si j’ai trouvé ma moitié, je me sens encore très ado dans ma tête et j’ai envie de faire plein de choses avant d’avoir des enfants et surtout me sent pas prête pour donner la vie !
    Mais pour la petite histoire, j’avais préparé un billet sur le même thème hier soir ;-) comme quoi, l’arrivée de ce nouveau printemps à notre compteur nous fait psychoter ;-)

  • Quand j’étais une “jeune vingtennaire”, je me foutais de ceux et celles qui faisaient une crise de la trentaine. Après tout, c’était jamais qu’un âge, et pas vieux par-dessus le marché…
    Je viens d’avoir 28 ans, j’ai une petite fille de 10 mois et là, j’appréhende les 30 ans. Quand je vois à quelle vitesse ces 10 dernières années sont passées, ce que j’ai fait entre temps et ce que je n’ai pas fait, je me dis qu’une fois 30 ans passés, les 40 seront vite là, puis les 50, etc. J’ai l’impression que ce n’est plus qu’une question d’heures avant que je ne devienne une grabataire sénile et que je vais inévitablement perdre plus de personnes qui me sont chères.

  • sur que la vie passe vite plus vite même que le tgv ; L’important c’est d’en apprécier tous les moments; et lorsqu’on fait le bilan dizaine après dizaine estomper les périodes noires et se souvenir avec délice de celles passées dans la joie ou la sérénité
    Pour moi c’est bientôt “octo “: mère grand mère et arrière grand mère et capable d’apprécier encore les câlins !
    bien sur il y a eu les deuils mais c’est “la vie ”
    bon courage et bonne chance à vous trentenaires

  • @cybermemere : en fait, j’ai plutôt hâte d’avoir trente ans, depuis que j’ai vu ma soeur les avoir. Non, c’est vraiment cet âge de 29 ans qui me fait flipper. Pour la raison que j’évoquais dans l’introduction, mais aussi parce que je me rappelle de mes 19 ans, que je ne voudrais jamais revivre.

  • Rendez-moi mes 17 ans mais avec tout ce que je sais aujourd’hui et je signe où vous voulez!!!!

  • Avatar de
    La Chieuse

    Je me fiche de savoir si j’aurais un gosse ou pas ce que je veux moi c’est vivre ma vie sans aucun regret . Je veux pas avoir de regret lorsque la faucheuse viendra me saluer . Même si il est utopique de croire çà, je préfère espérer et faire mon possible pour ne pas en avoir . Poupette t’as 29 ans au moins toi tu les atteins. Je crois que moi c’est pas gagné je dis çà je dis rien ^^

    Bravo pour ton article à chaque fois que je te lis, j’ai l’impression de te redécouvrir encore et encore et encore et encore …

    On peut dire ce que l’on veux sur un site comme Lr, mais il reste un site formidable qui sans eux je n’aurais jamais eu la chance de rencontrer des personnes comme vous les filles: juste incroyable ^^

  • @La Chieuse: bien d’accord avec toi :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>