Humeurs

Pourquoi je ne regarderai pas “Zita dans la peau d’une obèse” en replay

Article sélectionné par Tevouille lors de sa semaine de Rédaction en Chef.

Hier soir, mercredi 29 février 2011, a été diffusé le documentaire “Zita dans la peau d’une obèse” sur M6. Le pitch : dans une série d’explorations du genre humain, la journaliste Zita Loris-Faure a décidé de se mettre à manger comme quatre et à prendre du poids. Déjà, l’idée de départ m’interpelle un peu.

Pourquoi je ne regarderai pas « Zita dans la peau d’une obèse » en replayPersonnellement, je n’ai pas regardé les reportages, mais les réactions horrifiées des blogueurs ce matin. En résumé, le parti pris de ce reportage est le parti pris de beaucoup de médecins depuis le début des années 2000 : si on est en surpoids, c’est qu’on mange beaucoup trop ou pas assez équilibré, comme l’exemple pris par Zita pour son documentaire. Pour certaines personnes, c’est effectivement ce qui arrive. Pour d’autres, comme moi, par exemple, il y a d’autres facteurs : la génétique, le dérèglement hormonal… Et ne pas pouvoir maigrir à sa guise est juste une torture.

Pour vous faire prendre conscience de ce qui me révolte dans ce reportage, je vais vous faire un petit résumé de mon parcours de vie. Je suis obèse, mes parents le sont aussi, mes grands-parents paternels tout autant. Et je suis reconnue comme telle depuis mon plus jeune âge, malgré 7h de sport/semaine durant mon adolescence et un régime très équilibré (merci maman). J’ai même fait des tests dans un hôpital et travaillé avec un pédopsychiatre pour assumer mon corps. Je m’en suis évidemment pris plein la tête pendant le collège. Il n’y a qu’avec mon arrivée à la fac où j’ai commencé à avoir des regards à peu près bienveillants sur moi.

Donc oui, je suis grosse. Mais ce n’est pas pour autant que je suis hyperphage – surtout en ce moment – ni flasque et mollassonne. C’est vrai que j’ai des périodes d’hyperphagie, notamment en cas de déprime. Mais ce n’est pas pour autant que je ne sais pas manger équilibré et à quantité raisonnable. Quand je fais des analyses de sang, comme toutes les personnes de ma famille, certains médecins sont étonnés de voir des constantes de glycémie et de cholestérol dans la moyenne, voire en-dessous. Et je suis sûre que ma famille n’est pas la seule dans ce cas.

Le propos de Zita Loris-Faure me paraît donc le plus partial et tronqué qu’il soit. Il ne prend pas en compte la cause profonde de l’obésité, mais ses conséquences et uniquement ses conséquences. Par exemple, je sais que la cause profonde de mon obésité est mon métabolisme qui a du mal à assimiler les sucres. Je me nourris en conséquence pour éviter des problèmes de santé encore plus graves. On parle aussi de pertes de poids “miraculeuses” ou de choix cornéliens entre plaire à son mari et maigrir pour avoir un enfant.

D’après les témoignages sur ce documentaire, il y a un problème latent de rigueur scientifique quant à l’explication de la prise et de la perte de poids, un véritable discours humiliant pour les obèses – celui que ma mère et moi avons entendu de la part de certains médecins, j’ai même changé de gynéco à cause de ça… A vrai dire, si j’avais eu à regarder cette émission, je me serais sentie comme handicapée, alors que j’ai deux bras, deux jambes, un cerveau, une heure de marche par jour, 1 km quand je vais à la piscine…

Bref, ce n’est pas parce qu’on est gros qu’on a cherché à l’être ou à le rester. Il paraît que Zita Loris-Faure est journaliste dans la presse féminine et spécialisée dans la mode ? Ça explique tout. 

11 Responses to “Pourquoi je ne regarderai pas “Zita dans la peau d’une obèse” en replay”

  • Moi j’ai regardé et j’ai vraiment été très déçue ! Il n’y avait aucun fond et je n’ai pas compris la démarche journalistique associée !
    Les deux premiers jours, elle les passe avec une femme atteinte d’obésité morbide et se cale sur son régime de 6000 calories par jour. Alors on voit la journaliste vomir, se faire réveiller la nuit pour manger des crevettes… Bref j’ai pas compris le message et en effet, j’ai pensé aux femmes qui avait des problèmes de poids importants dus à une autre raison que l’empifrage.
    La conclusion était si tu manges 6000 calories par jour pendant un mois tu peux devenir obèse !
    C’est pas ce que j’attends d’un journaliste !
    Quant à l’épisode d’après “Zita dans la peau d’une femme de ménage”, c’était affligeant !

  • J’ai déjà dis ce que je pensais de cette émission sur le mur des VM et sur celui d’un autre de mes réseaux, mais je vais le refaire ici aussi car c’est vraiment le genre de choses qui m’agacent ! Laisser entendre qu’on est obèse parce qu’on mange trop et/ou qu’on mange trop quand on est obèse, c’est vraiment propager des préjugés, des fausses informations. Ce que j’attends d’un journaliste, c’est qu’il se renseigne, se documente un minimum sur le sujet !
    De plus, si l’immersion peut être intéressante dans certains cas, je pense qu’il ne faut pas être bien maligne pour imposer un régime à 6000 calories/jour à son corps alors qu’on a pas de troubles alimentaires…
    Et enfin, même si je n’ai pas regardé ce reportage non plus (enfin on ne peut vraiment pas appeler ça un reportage) sachant d’avance que j’allais m’énerver et ne pas en dormir de la nuit, j’ai lu que le choix des “témoins” était vraiment peu représentatif de la “moyenne”.
    J’espère que ce type d’émission ne fera vraiment pas long feu.

  • @Laurie : C’est exactement le même message que la première gynéco m’a balancée : “Vous bouffez trop gras”. Et quand je lui ai dit que ma mère surveillait de près mon alimentation, elle s’est foutue de ma gueule.

  • @ Storia : Bravo les médecins ! Comme quoi on peut avoir bac + 10 et être très con ! Je trouve que ce reportage va à l’encontre du travail de médecins qui savent que l’obésité est une maladie et se battent pour accompagner ces personnes sans les juger !!!

    @ Plipli : comme toi je me suis dit que c’était vraiment débile de se forcer à manger autant sans troubles alimentaires ! Et puis elle en sait quoi de l’immersion ! Du fait de vivre sa vie de tous les jours quand on mange normalement mais qu’on pèse quand même 140 kg !!!

  • En même temps, je trouve la démarche super culpabilisante pour ceux et celles qui sont obèses parce qu’ils ont des TCA. Le TCA est le symptôme d’autre chose, pas un choix comme la démarche de la journaliste le pourrait le laisser entendre en ne s’attachant qu’au phénomène de surface !

  • histoire de mettre un bémol (et de m’en prendre un peu plein la tronche): j’ai trouvé, au delà du fait que je m’attendais à un reportage beauoup plus fouillé, que l’émission était intéressante.
    Vous parlez des obèses “malades” (qui ne pourraient pas maigrir donc), je veux bien. Je suis ok. Mais quelle est la proportion?
    Comment cela se fait-il que les chiffres augmentent si ce n’est à cause de l’alimentation de plus en plus dégueulasse, de trop de consommation, des problèmes que l’on peut rencontrer (stress, choc psychologique, traitement etc)?

    Je suis désolée mais en réalité, il y a un réel problème d’alimentation, on mange trop, ce n’est pas un mensonge. Elle a eu une démarche quand même, de grossir effectivement, de se sentir dégueulasse dans son corps (ce n’est pas anodin, et que toutes les nanas me jettent la pierre si elle ne se sont jamais senti atroce en ayant pris 3kilos!!)et j’ai trouvé intéressant justement qu’elle puisse affirmer que tout le monde puisse tomber dans un engrenage, sous entendant par là que l’obésité n’est pas l’apanage des autres, des gros, tout le monde peut devenir gros! Moi-même, j’ai compris que je pouvais dériver l’an dernier en ayant pris presque 8 kilos en 2ans…J’ai rétabli mon équilibre alimentaire et tout est rentré dans l’ordre. Chose qu’ils ont expliqué: le corps transmet un message que le cerveau n’écoute plus. Tout est déréglé.

    Je suis désolée que certaines s’offusquent de ça, mais il y a des obèses qui mangent trop. Oui ils grossissent car ils mangent trop. Acheter 9 kgs de chocolat pour en manger 400g par jour n’est pas normal. Je connais des gens gros, qui mangent énormément de gras. Je pense qu’il s’agit aussi d’un truc psy, je mange plus en période de stress prolongé, ou plus du tout. preuve que l’équilibre y est pour quelque chose.
    De plus, dans l’émission elle a beaucoup parlé psycho. Elle a rencontré des gens aux profils différents. Ce reportage n’est pas scandaleux, il traite d’une réalité, excepté les cas si je vous suis. Ok.

    Mais j’ai trouvé que la démarche était pas trop mal. Même si un tel sujet méritait plus de fond. Peut-on exiger cela de M6? Je ne crois pas, nous sommes pas sur Arte ou France 2 (envoyé spécial). J’ai regardé dans mon assiette, en me disant que même moi je culpabilisais de mon repas copieux d’hier soir, mais en me souvenant que si j’ai conscience des choses, je peux équilibrer.

    Alors oui, ce n’est pas un grand reportage, oui, les filles qui se sentent visées n’ont peut-être envie de regarder, mais en même temps, la réalité est souvent déplaisante.

  • Bien évidemment, une partie de la population l’est parce qu’elle mange de manière déraisonnable !
    Mais cette émission n’a pris que ce parti pris et c’est ça qui est contestable à mon sens. elle n’a pas du tout envisager qu’il y ait d’autres causes ! Et d’après ce qu’on comprend les causes de l’empifrage de cette femme du reportage ont l’air plus profonde, elle même ayant subi une forte dépression !

  • Moi, ce que je constate avec les années et les nombreux visionnages d’émissions débiles sur le coaching d’obèses morbides, c’est que dans beaucoup de pays, comme aux Etats Unis, si les gens grossissent, c’est parce qu’ils n’ont aucune éducation alimentaire.
    Je vais paraphraser Jamie Oliver en disant ça (et vous allez m’incendier parce que j’aurai l’air d’avoir des références de merde, mais il a fait une conférence TED qui est ici: http://blog.ted.com/2010/02/11/teach_every_chi/) mais il y a des gens aux Etats Unis qui grossissent parce qu’ils ne savent pas qu’une salade n’a peut être pas de goût mais qu’elle est meilleure pour la santé qu’un cheeseburger qui en a. Aujourd’hui, en France, nous en tant que génération ayant été élevée par des parents qui nous ont bien éduqué alimentairement parlant, nous trouvons ridicule le genre de discours qui vise à dire que certains repas font plus grossir que d’autres, parce que nous le savons déjà.
    Si je parle de Jamie Oliver, c’est parce que c’est lui qui a eu l’idée en premier d’aller dans les cantines pour voir ce que les enfants mangent. Et résultat des courses, vu qu’ils ne mangent pas les plats équilibrés qu’on leur donne et qu’il y a trop de gaspillage de nourriture, on leur donne ce qu’ils veulent. De la junk food. Vous me direz “oui, mais ça se passe en Grande Bretagne”, et moi je vous répondrai que Cyril Lignac a présenté la même émission en France, et on a pu voir dans celle ci que nos cantinières françaises ne savent même pas faire cuire des pâtes correctement. Que certains jeunes ne vont plus à la cantine et mangent des kebabs et des macdos tous les midis. C’est en France.
    Alors non, on n’est pas obèse seulement parce qu’on mange trop. Mais en France, on mange trop, trop gras, et de plus en plus tôt, et en plus on se paye le luxe de se fouttre de la gueule de mecs comme Jean-Pierre Coffe qui nous apprennent à lire sur les étiquettes. L’émission, je pense qu’elle sert aussi d’électrochoc à tous ces gens qui ne surveillent pas leur alimentation et ne grossissent pas, et qui un jour auront un bouleversement dans leur vie qui les poussera à se raccrocher à la bouffe comme l’ont fait tellement d’autres. Elle est là, la conclusion, du “tout le monde peut devenir obèse”. Bah oui, même toi, le jeune qui bouffe des kebabs tous les midis et qui ne grossira pas jusqu’à ce que tu atteignes un âge où la puberté ne sera plus de ton côté, ou toi, la meuf qui mange équilibré jusqu’à ce que quelque chose te pousse à faire un régime de 5800 calories par jour. Bref. Ca a l’air manichéen et tranché comme ça, mais c’est la façon dont je le vois.
    (soyez pas trop méchantes, je suis au régime)

  • @Mely : comme le dit @Laurie, je suis d’accord, certaines personnes sont grosses parce qu’elles mangent trop. Mais on parle de “certaines” personnes. Dans l’émission, on a l’impression que c’est LA seule cause possible de l’obésité.

    @Tevouille : il y a effectivement un problème dans les ou disons certaines cantines (ça commencent à évoluer), et qu’il s’agit aussi d’éducation. C’est plus complexe que ça, mais effectivement si vos parents vous font des frites tous les jours, vous n’aurez peut-être pas envie d’un confit de courgettes (je cite cet exemple parce que j’en ai envie depuis ce midi). Et l’émission avec Cyril Lignac montré bien ce phénomène, comme celui des goûters trop gras, trop lourds, etc. La question de l’éducation à l’alimentation aurait pu être plus approfondie dans ce reportage. Rappeler à tout le monde que manger trop ou mal, ça fait effectivement grossir, pourquoi pas. Mais là encore, il faut donner une suite : préciser qu’on ne mange pas trop sans raisons, essayer de trouver lesquelles, de travailler ça avec un spécialiste si besoin etc.

  • @mely Je suis bien placée pour savoir que la réalité est souvent déplaisante. Ce n’est pas ça que je reproche au reportage. Ce que je reproche à ce reportage – mais aussi à tout reportage qui fait du sensationnalisme sur les obèses morbides –, c’est de prendre ce parti pris de ne pas aller plus loin que “Confessions intimes”.

  • Article à ne surtout pas lire quand on est en pause dèj en train de se goinfrer avec un dessert de bonhomme comme le délicieux donut’s chocolat que je déguste actuellement :)

    Plus sérieusement, le sujet de l’émission m’a fait hurler ! Comment peut-on réduire l’obésité au fait de se suralimenter ? Et que dire de tourner ça comme un divertissement ? Très sérieusement, cela m’inquiète à la fois sur l’état de cette société et de la télévision française.

    Sur ce, une grosse bisette mes Ladies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>