cinoche

Les larmes de Meryl Streep

La 84ème cérémonie des Oscars s’est déroulée dimanche, dans la nuit à Los Angeles. Si le palmarès consacre sans conteste The Artist avec six prix, ce n’est pas ce sujet qui m’a interpellée. Meryl Streep a été sacrée Meilleure actrice pour la troisième fois de sa carrière, malgré les critiques, parfois assassines, dont a été victime son film, La Dame de Fer, en salles en France depuis le 15 février.

Les larmes de Meryl StreepDans La Dame de Fer, Meryl Streep incarne Margaret Thatcher, seule femme premier Ministre de Grande-Bretagne de 1979 à 1990. Mais ne cherchez pas trop la politique dans ce film, elle en est quasi-absente. La réalisatrice Phyllida Lloyd a pris le parti de dresser un portrait privé de Miss Maggie. On découvre une femme vieillissante, sénile, parlant à son mari mort, qui se remémore les grands moments de sa vie : sa première élection en tant que député, son arrivée au 10 Downing Street etc. Évidemment, dans tous ces moments, les sphères privées et politiques se mêlent.

Mais c’est la femme que cherche à révéler la réalisatrice, pas l’animal politique. Ce choix a été assumé et revendiqué par Phyllida Lloyd et par Meryl Streep. Pourtant, les critiques se sont montrées virulentes à l’égard de l’absence de politique. Les journalistes n’ont pas hésité à s’insurger contre ce portrait qui fait de Margaret Thatcher une femme touchante, dont on oublie presque le bilan politique pourtant rude.

Il n’en reste pas moins que la performance de Meryl Streep est impressionnante. Elle incarne à merveille une Margaret Thatcher à tous les âges de sa vie, avec force et finesse, conviction et profondeur. Sous le maquillage de la vieillesse, ses yeux bleus pétillent encore et illuminent l’écran. L’actrice aux presque quarante années de carrière n’a rien perdu de sa vitalité.

C’est donc très logiquement qu’elle a décroché pour ce rôle sa 17ème nomination aux Oscars. Face à elle, quatre autres très belles actrices. Trois impressionnantes transformations physiques : Rooney Mara dans Millenium : L’homme qui n’aimait pas les femmes, Glenn Close dans Albert Nobbs et Michelle Williams dans My Week with Marilyn. Tout aussi logiquement, elle a remporté fin janvier le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un drame… Signe avant coureur de l’Oscar qu’elle a remporté hier soir.

Voir la vidéo de Meryl Streep aux Oscars

Sur scène, contrairement aux remerciements de mise (réalisateur, producteur etc). Meryl Streep a savouré sa joie, “même si la moitié de l’Amérique doit se dire Oh non, encore elle” – elle a ensuite remercié son mari, ses amis vivants et morts et la vie pour son incroyable carrière. Une grande dame. Un Oscar mérité pour un rôle qui fera date.

One Response to “Les larmes de Meryl Streep”

  • j’aime beaucoup Meryl Streep, c’est une grande actrice, à mille lieux des paillettes, elle a une vraie élégance, je n’ai pas encore vu La dame de fer, mais je le regarderai dès que possible, je suis contente que ce soit elle qui ai eu l’Oscar!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>