Culture

Journée de la Pussy !

Cette année encore, envers et contre tout, il nous faudra fêter la Journée de la Femme, Ladies. Connaissant votre engouement pour cette célébration prônant la lutte contre les inégalités entre hommes-femmes, vous autres âmes en peine blasées par les tentatives mesquines de nos compagnons de route bien décidés à faire de cette journée un enfer sur Terre, j’ai nommé ces chers hommes, nous avons la solution.

Journée de la Pussy !Et non, Ladies, nous ne subirons pas une nouvelle fois cette journée durant laquelle nous devrions être célébrées, hors de question ! Cette année, on monte à l’avant de notre Pussy Wagon après avoir fait la peau à son s***pard de conducteur, en y mettant bien toute la rage nécessaire, comme l’aurait fait la Mariée dans Kill Bill (mais si, souvenez-vous - âmes sensibles s’abstenir), et on met le cap sur Saint-Ouen et la toute nouvelle plateforme de travail collaboratif, dédiée à l’audiovisuel et au cinéma, Commune Image, pour la soirée de la Pussy !

Pour cette Journée de la Femme très particulière, c’est une soirée entièrement dédiée à la gent féminine qui est programmée par l’agence artistique Sinny & Ooko le 8 mars prochain. Afin de commencer cette soirée décalée dans les règles de l’art, destinée aux femmes qui n’ont pas froid aux yeux (et à leurs amis – plus on est de fous…), projection du documentaire sous forme de road-movie Too Much Pussy ! Feminist Sluts In The Queer X Show d’Emilie Jouvet. La réalisatrice nous fait entrer dans le quotidien de sept artistes performeuses en vadrouille dans toute l’Europe, entre squats queer underground berlinois et théâtres prestigieux entre Paris, Copenhague ou encore Stockholm, tel un voyage au coeur de la postpornographie et du mouvement féministe pro-sexe : jouissif et truculent !

Et comme une excellente projection n’arrive jamais seule, la soirée se prolongera avec un DJ set éclectique de la Chatte, à la fois post-punk, électro, zouk, rythmique… Planant, en définitive. N’est-ce pas là l’occasion rêvée de vous réconcilier à jamais avec cette journée commémorative, à la gloire des Ladies de tous temps et tous lieux ?

Nous vous offrons deux places pour assister à cette soirée en notre compagnie ! Votre mission, si vous l’acceptez, sera la suivante : Décrivez-nous succinctement, dans les commentaires, votre propre vision de la Journée de la Femme. Les meilleures contributions remporteront leur passe-droit pour la Journée de la Pussy ! A vous de jouer, Ladies, vous avez jusqu’au 4 mars : on veut vous entendre miauler. 

Edit du mardi 7 mars : Ce sont nos compères la Chieuse et Storia Giovanna qui nous accompagneront à Commune Image ce jeudi 8 mars pour la Journée de la Pussy ! Nous ne manquerons pas de vous raconter la soirée dans ses moindres détails, Ladies ;)

4 Responses to “Journée de la Pussy !”

  • Je ne veux pas participer parce que le 8/03 c’est déjà très chaud dans mon planning!
    Mais j’ai vraiment envie de commenter ;-)!
    Par contre, je rejoins Elisabeth Badinter qui dit qu’à force de cultiver la différence des sexes on ne fait que renforcer les inégalités… Alors Pourquoi une journée de la femme et pas une journée de l’homme??? Je pense qu’il serait plus judicieux de faire une journée de la condition féminine dans le monde, pendant cette journée, on pourrait organiser des expos, des émissions, des conférences, etc… sur les différentes conditions féminines et ce partout dans le monde, on pourrait même choisir des pays différents chaque année…
    Voilà c’est dit!

  • Avatar de
    La Chieuse

    Alors moi comme chaque année je déposerais ma culotte aux vestiaires si si et je commencerais ma journée en faisant toutes les demandes qu’en temps normal on me refuse :

    Taxi : Allez quoi c’est la journée de la meuf c’est gratos today !

    Coiffeur: Bon aujourd’hui c’est mon jour alors tu me fais la totale pour trois dirham la journée de la femme c’est aussi en version Maghreb si si

    Amants: Aujourd’hui on retient son souffle et on vas à la cave !

    Banquier: Si tu me file trois cents E, j’arrête de dire durant 24h que la crise c’est de ta faute .

    Mon frère: Je te jure aujourd’hui je fraude pas le train vue que tu paye ton billet prem’s .

    Vous l’aurez compris la journée de la femme pour Mlle H c’est en faire une journée comme une autre, ou pas .

  • @Nouvelle 30naire : C’est simplement une question d’appellation. En fin de compte, au nom de toutes les femmes qui n’ont pas nos droits, et pour toutes celles qui continuent de se battre pour les leurs, nous ne devrions pas rougir de cette journée en notre honneur ! S’ils veulent une journée de l’Homme, ils n’ont qu’à la faire : encore faut-il trouver quelque chose à célébrer chez ces bonshommes ;)

    @La Chieuse : Je te reconnais bien là ! :)

  • Ne me reconnaissant dans aucun discours féministe proposé dans les média, ne me reconnaissant à peine moi-même en tant que femme, mais sensible à la souffrance de toutes mes sœurs femelles qui n’ont pas la chance, comme moi, d’avoir pu se définir et assumer une identité propre, j’estime que cette journée de la femme comme une mascarade et une aberration. Certes, elle a été proposée à une époque où la condition féminine n’était pas la même qu’à l’heure actuelle, où il y avait même un ministère de la Condition féminine.
    Aujourd’hui, je pense que, pour véritablement libérer la femme, il faudrait abolir les genres sur le plan social (parce que sur le plan naturel, ce n’est pas possible). Ne plus parler d’égalité homme-femme, mais véritablement parler d’égalité entre les humains. Tant que les différentes sociétés distingueront les hommes et les femmes, à mon sens, l’égalité ne sera jamais possible. Par conséquent, je rejoins Nouvelle 30naire et par conséquent Elisabeth Badinter : pas de journée de la Femme sans la journée de l’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>