Coeur

From me to Loou

Loou. La première fois que je vis son nom écrit sur l’écran, j’ai pensé à un personnage de fiction. Comme tiré d’un conte. 4 petites lettres pour un nom vaporeux. Loou. Ou encore Loou comme une héroïne de Lynch. Cheveux roux incandescent au vent, la voiture qui file à vive allure sur la Mulholland. Ou alors, tout droit échappée de Twin Peaks, une Loou entre rêve et réalité. Loou était dans un monde virtuel. Mais un jour je rencontrais Laura.

From me to LoouLa première fois, derrière un écran d’ordinateur, elle pianotait quand je suis arrivée avec ma boîte de macarons. D’un léger mouvement de tête, elle m’a regardée puis un sourire a éclairé son visage. Je savais dès lors que je ne m’étais pas trompée. Loou était quelqu’un de cool. Pour de vrai. Et il y eut aussi cette fois-là.

Je traversais les rues de Paris éclairée par des centaines de lumignons. C’était la fin du mois de Décembre. Je rejoins Loou à une station de métro. Au beau milieu d’une petite place éclairée, je faisais de tout petits pas. Le nez en l’air, je contemplais la cime des arbres dans la nuit tombante. C’était Décembre et la magie de Noël planait au dessus de nos têtes. Puis Loou arriva.

Steffi et moi la suivîmes dans un bar à la devanture qui ne payait pas de mine. Il fut un temps où cet endroit insolite était le repère de Loou. Ce repère, c’était l’antre d’une admiratrice de Marylin Monroe. Ca tombait bien. Je portais mon pull Marylin ce soir-là. Nous avons parlé de tout et de rien. Mais que de bonnes choses. J’ai toujours été étonnée de la facilité avec laquelle on peut parler avec Loou. Une curiosité et une gourmandise pour tout. Un cocktail.

Loou me parla du dernier Liberati qu’elle lisait. Deux cocktails. Un livre encore. Puis un film, une série, une mode. Celle de Sookie Stackhouse peut-être. Je me perdais dans les motifs des tables autour de moi, psychédéliques enchevêtrements de tâches de léopards et autres guépards. Ou peut être d’un félin inconnu. Je ne savais plus bien. Je rentrais à l’hôtel parfaitement éméchée. Le jour de mon départ, je quittais l’hôtel puis hélai un taxi.

Derrière la vitre, je regardais Paris. Et là, je me mis à penser que la ville lumière était un peu comme ma rencontre avec Loou. Inattendue. Loou se confondrait presque avec sa ville. Sincère, mystérieuse, féminine. Aujourd’hui, Loou s’en va de ce monde virtuel qu’il m’a fallu traverser pour la rencontrer.

Plus à la page que jamais, Loou a fait de ce monde-là, un refuge, mon refuge. Sous sa main, le magazine était une fête permanente. Cette fois, elle tourne la page pour la dernière fois. Attirée par les mille facettes étincelantes de riches découvertes, Loou nous quitte. Bye Bye Lady Loou.

(cc) Βethan

2 Responses to “From me to Loou”

  • Ben dis donc ! Quel hommage ma jolie Mimi. Je suis touchée comme d’habitude par tes textes que je trouve toujours superbement écrits et de lire ces lignes qui parlent de moi comme ça, je suis toute émue ! On pourrait croire que je me Lana-Del-Reyise avec tout ça, mais je te jure qu’au bureau, je parle comme une vraie charretière. Demande à Rose H. !

    Je me rappelle bien de cette soirée aussi incroyable et surprenante que l’est ce lieu tout en léopard. Et je m’étais justement dit qu’il se passait quelque chose de spécial lorsque je t’ai vue arriver avec ton joli tee-shirt Marilyn, alors que nous allions dans un endroit qui est un hommage à sa personnalité glamour.

    Ma Mimi tu as été une rencontre exceptionnelle et j’espère que nous nous reverrons vite. Merci pour tout. ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>