Coeur

Les chroniques menstruelles d’Ovary#2

[Le dernier mardi de chaque mois, retrouvez les chroniques menstruelles d’Ovary sur Ladies Room !]

Les chroniques menstruelles d’Ovary

L’histoire d’une fille qui a ses règles. Avec des humeurs dedans.

2
A la recherche de la petite bête

Les chroniques menstruelles d’Ovary#2Je suis dans notre grand lit, je ne sais sur quel côté me positionner. C’est complexe, tant de solutions. Je suis agitée, mais il faut dire que la soirée était sous tension. Il faut dire aussi que c’est de ma faute si les volts ont monté. Bon, et puisque je suis lancée, je peux aussi dire que quand j’ai mes règles, j’ai un certain talent pour semer la zizanie entre l’homme et moi et m’applaudir après.

Non, mais parce qu’en général je suis fière. Cette sensation ne dure pas : je constate rapidement que l’homme explose. C’est là que ça devient moins drôle et moins jouissif. Bref, tout a commencé quand j’ai posé une question entre deux sushis, dans le canapé, une fesse sur un coussin et le corps déséquilibré. J’ai cru finasser en l’interrogeant : mais le prénom de ton ex, c’est quoi, déjà ?

J’ai posé cette question avec l’air le plus tranquille du monde. Tellement travaillé qu’il m’en a trahie. Je n’avais plus qu’à me rendre, comme une petite souris courant à la souricière. Mais j’ai quand même attendu une réaction de l’homme. Et je n’aurais pu espérer mieux. Il a balancé un « Pourquoi ? » Et je n’aurais pu répondre mieux. Un « Comme ça ».

Bien entendu, je frôlais le ridicule et pire, je rompais ce pacte qu’on s’était fait un beau soir dans un restaurant de la rue Montorgueil : celui de ne jamais (plus) parler de nos ex. Ceci avait été conclu suite à une gaffe réalisée par Cléophée, la veille, au sujet de mes coucheries passées. Cependant, les élans de ma curiosité ont toujours été des gens assez sympathiques, qui s’invitent de temps à autre au bord de mes lèvres.

Les élans, ce sont comme des petits lutins qui travaillent pour ma curiosité, finalement. J’ai toujours ignoré s’ils s’ennuyaient, s’ils n’avaient rien d’autre à gratter, mais par certains moments, ils restent quelques temps et il faut bien les nourrir. J’ai toujours aimé me justifier auprès de l’homme avec cette belle métaphore, mais il n’a jamais fait dans le lyrisme. Il s’en fout, quoi.

J’ai maintenu mes pagaies : bon, tu peux juste me dire son prénom. C’est pas grand-chose. En m’entendant, j’avais conscience de creuser un trou dans le salon et je nous voyais déjà plonger dedans. Ou moi d’abord. Oui lui qui me pousse. « Virginie »

Il faut toujours que l’ex ait un prénom de série et des cheveux longs. C’est la définition de l’ex. Enfin, les cheveux longs, c’est de la pure spéculation. Une fois l’information obtenue, bah j’ai tout simplement détesté la détenir. Ça me répugnait de savoir un truc pareil. Ca me condamnait presque à développer une répulsion pour les Virginie et à trouver ça sale qu’un jour il ait pu prononcer « Virginie » (« Oh oui, Virginie »). On n’aime pas savoir mais on veut savoir.

« Et pourquoi ça s’est fini entre vous ? » Le trou se creusait à la pelleteuse, ça faisait un bruit monstre et je ne m’entendais même plus poser des questions aussi dangereuses. Sa réponse fût assez bonne : tu n’as pas à savoir, c’est comme ça, laisse le passé au passé.

Je l’ai trouvé assez sérieux et réglo avec notre pacte mais je n’ai pas pu m’en tenir à un truc comme ça. D’ailleurs, très vite j’ai compris que les questions à réponse ouverte me laissaient peu de chance d’attraper la moindre information. C’est comme s’il devait remplir tout un champ, trouver les mots, créer, expliquer, bref, une méthode casse-gueule quand on l’étudie bien. Non le mieux, réellement, s’avéraient être les Yes/No Questions, tout simplement. Un oui ou un non sont assez faciles à offrir.

Ça s’est fini à cause de la distance ? Parce que t’es chiant ? Elle ? Parce que tu ne voulais pas lui présenter tes parents ? Enfin, tu lui as jamais présenté n’est-ce pas ? Avec recul, je crois qu’il n’avait pas le temps d’en placer une.

Ça s’est fini pour rien ? Un coup de tête ? Ah non, elle est partie pour un autre ? Ou toi, peut-être pour une autre, ou pour moi ? Rien de tout ça ? Attends, ça s’est fini à cause du sexe ? Silence. Je m’entends soudainement parler, je comprends les mots décorant ma dernière question, et là, avec un ton qui sent le dégoût, quelque peu, et un frisson qui me parcoure, j’hurle entre colère et surprise : DU SEXE ! Je ne voulais pas savoir leurs petites affaires de sexe, de fesses, bref, leurs petites affaires tout court. Non, nous les filles on ne veut pas savoir. Et pourtant on demande.

J’aimerais savoir, mais juste une minute alors. Savoir pour oublier. Juste pour nourrir toute la clique. Oui, la clique, la troupe de lutins qui logent chez moi et qui sont les élans de ma curiosité. Heureusement, l’homme n’a pas répondu. Je n’ai même pas su le temps d’une seconde et les lutins ont piétiné ma bouche pour que j’insiste, et j’étais là à balbutier, entre retenue et saut en longueur.

Me voilà donc dans le lit, totalement nue, aucune information pour me couvrir, me réchauffer ou me faire du mal, finalement. Je me mets sur le côté droit, je veux bien être sereine. Non, sur le dos, je respire et j’attends. L’homme fume dans le salon, un peu mécontent de mon intrusion et du pacte que je n’ai su respecter. Il a dit en colère que l’excuse des petits lutins et des règles, ça ne faisait pas tout.

J’ai bien conscience que lui n’a ni règles ni petits lutins, et que du coup ça ne le démange pas. Quand il rentrera dans la chambre et qu’il me verra tourner dans le lit, soit je l’appelle Fab, magnifique prénom de mon ex, pour voir si ça le torpille pas peut-être, soit je lui dis que j’ai balancé les lutins au fond du trou et que la pelleteuse est en train de le reboucher, mais je ne suis pas sûre qu’il comprenne.

Une petite pensée pour Virginie.

Revoir Les Chroniques Menstruelles d’Ovary #1

One Response to “Les chroniques menstruelles d’Ovary#2”

  • splendide ! on est intenable, nous les filles. on veut savoir les détails qu’une fois entendus, on aimerait ne jamais avoir demandé… ô combien de fois cela m’est-il arrivé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>