Histoires

La trahison a aussi un goût amer pour les traîtres.

Article sélectionné par Laurie lors de sa semaine de rédac’ chef 

Je suis un traître et j’ai trahi une des personnes qui m’a le plus aimée dans la vie, ma grand-mère… Elle s’est occupée de moi pendant que mes parents terminaient leurs études, elle est venue (d’Espagne) s’occuper de nous (ma sœur) pendant les 2 ans de maladie de ma mère, elle m’a aidée dans ma vie de jeune adulte…

La trahison a aussi un goût amer pour les traîtres.Elle était mon monument, mon socle de stabilité… Sans elle, je ne serais pas celle que je suis. Certes nos relations ont toujours été orageuses ; trop d’amour, trop de frustrations et notre douleur d’avoir perdu ma mère, sa fille unique, impossible à partager.

Ma grand-mère était une personne compliquée et excessive dans ses relations avec les autres, elle aimait mal, trop, de manière étouffante… Je dis « était » parce qu’aujourd’hui la maladie lui dévore le cerveau et elle n’est plus ma grand-mère, celle que j’ai connue…

Aujourd’hui elle ne me reconnaît plus, elle attend sa petite fille et quand j’arrive, elle me dit que ce n’est pas moi, que je suis trop grande, que je suis une femme, que je suis un imposteur, qu’il lui serait impossible de ne pas reconnaître sa petite fille qu’elle a tant aimée. Oui, je l’ai trahie parce que demain, je vais la placer dans une résidence et que cela elle ne l’a jamais voulu !

Je n’ai plus le choix, parce qu’en plus de sa mémoire, elle a perdu l’usage de ses jambes… Depuis des mois elle avait une aide à domicile 12h par jour, mais cela ne suffit plus. Son appartement ne permet pas l’usage d’une chaise roulante, sa salle de bain n’est pas adaptée, ni son lit. Il lui faut une institution spécialisée, je lui en ai trouvé une, avec une place en chambre individuelle, ceux qui sont dans mon cas, savent la chance que j’ai, il y en a peu…

J’ai fait ses valises, marqué tous ses vêtements à son nom, mis des cadres photos des gens de son passé et réservé une ambulance pour l’emmener… Demain comme on abandonne un chien à la S.P.A., je vais la déposer. Je verrai le désespoir dans ses yeux, elle pleurera sans doute, elle me détestera… Et moi je pleurerai, cachée…

Je reviendrai la voir pendant les heures de visite l’après-midi, elle me haïra… Et moi, je serai détruite par la douleur, rongée par le remord, dévorée par la peine… Parce que la trahison a aussi un goût amer pour les traîtres…

(cc) visualpanic

6 Responses to “La trahison a aussi un goût amer pour les traîtres.”

  • Je comprends tellement ce que tu dis parce que je suis plus ou moins dans la même situation, ma grand-mère que j’aime tant étant souffrante de cette même maladie et actuellement dans une maison de retraite dans un département spécialisé pour malades d’alzheimer.

    Au-delà de la maladie, c’est évident que ça déchire le coeur de voir que ceux qu’on aime perdre la raison. Mais si mon expérience peut te servir, ma grand-mère nous a toujours dit qu’elle ne voulait pas finir dans ce type d’établissement.

    Seulement vu son état, il était clairement impossible de la laisser seule dans son appartement. A tel point qu’elle était vraiment dans un état critique. On s’attendait au pire.

    In extremis on l’a placée dans cette résidence dans une chambre individuelle (et dieu sait, comme tu dis, si c’est une chance) et elle a repris petit à petit du poil de la bête. Bien sûr, il n’y a pas de guérison, mais son état s’est stabilisé et il y a eu un effet inverse, elle a remarché (grâce aux aides soignantes) alors qu’on la pensait incapable de pouvoir un jour remarcher.

    Alors vraiment, je te le dis : ce n’est pas une trahison, bien au contraire. Je pense que tu as fait le nécessaire et j’espère qu’au bout de quelques jours tu réaliseras que ce que tu as fait est le bon choix :)

  • Je comprends ta douleur mais je partage l’avis de Loou sur le fait que la placer dans une institution ne fait pas de toi un traître mais une personne courageuse capable de prendre la décision la plus difficile qu’il soit.
    Pour l’avoir vécu comme vous deux, je savais que c’était la seule issue possible pour ma grand mère et que le fait qu’elle reste seule chez elle devenait très dangereux pour elle.
    Mais durant tout le temps où elle est restée dans sa maison de retraite, elle a été entourée par une équipe d’aide soignante sensationnelles qui lui ont fait apprécier les moments qu’elle a passé la bas.
    Alors plein de courage à toi et à elle pour cette difficile épreuve et surtout ne te blame pas pour cette décision.

  • Mon père a été directeur de maison de retraite pendant 31 ans. Il est comme il est, mais pendant ces 31 ans, il a vu des drames humains se nouer dans son bureau. C’est pour cette raison aussi qu’il a hésité à accueillir sa propre mère dans son établissement.
    Pour certaines personnes, installer les aïeux en maison de retraite est un constat d’échec. En effet, le fait de s’occuper de ses anciens reste encore une des composantes de la condition humaine. Malheureusement, les conditions de vie de notre société occidentale ne permettent pas souvent d’accueillir ses parents ou grands-parents au sein du foyer.
    Comme j’ai vu combien il était très douloureux de se décharger des responsabilités que l’on a envers les anciens, je sais aussi combien il est coûteux en énergie de s’en occuper par soi-même. De plus, comme on élève un enfant, on n’est jamais sûr de faire les bons choix concernant les conditions de vie de ses aïeux. Montre quand même à ta grand-mère que tu l’aimes. De toutes façons, même si elle a oublié jusqu’à ton nom, elle sait tout l’amour que tu ressens pour elle. Et ça, elle ne l’oubliera jamais.

  • Merci à toutes pour vos messages de soutien.
    Quand j’ai écrit ce texte, c’est parce qu’il fallait que ma colère, ma douleur et ma peine sortent. Un besoin de crier haut et fort, pour me laver, pour me sentir mieux.
    Je ne me sens pas mieux aujourd’hui, je sais que j’ai fait quelque chose de juste au vu des circonstances, il reste cependant ce “je ne sais quoi” de frustration, de culpabilité et d’amertume.
    Tous les messages qui ont suivi ici, sur FB, sur mon portable, je ne pensais que l’impact serait aussi important.
    Tout le monde à un moment ou un autre a dû en arriver à faire ce choix difficile. Savoir que l’on n’est pas seule est un soulagement!
    Encore merci à toutes!

  • Je ne vais pas vous raconter ma vie, ma grand père, mon grand père. Mais je pense que parfois, placer ses grands parents dans une maison spécialisée est un vrai acte d’amour qui consiste à les mettre en sécurité. A les protéger comme le mal qu’ils pourraient se faire. Surtout s’ils sont atteints d’Alzheimer. Et ça ne veut pas dire qu’on les aime moins.
    Accueillir un grand parent chez soi est un acte extrêmement courageux, mais tout le monde n’est pas capable, que ce soit matériellement, financièrement ou psychologiquement. Je comprends la culpabilité, mais il faut tenter de s’en débarrasser.
    Tu n’abandonnes pas ta grand-mère. Tu as le courage de reconnaitre qu’elle ne s’en sort plus toute seule et toi non plus, et de demander de l’aide.
    C’est toujours difficile de voir ses grands parents que l’on a tant aimé dans ces situations.
    Courage.

  • ^hihihi je viens de découvrir ton texte grâce à http://ladiesroom.fr/2012/04/26/lhistoire-de-mes-premieres-fois-3-laurie/#comment-78745

    Déjà merci pour le partage non pas de ton texte, mais de tes sentiments, écrire ce genre de texte est selon moi non pas juste une envie d’être lue mais bien un besoin de mettre noir sur blanc une profonde tristesse.

    Souvent écrire nous force à dévoiler nos plus basses pensées que l’ont prend à tord pour non pas pour une confession que l’on ferait à un prêtre mais une confession que l’on se ferait à soi même.

    Je n’ai pas la chance comme vous d’avoir eu une grand mère RIP ^^ mais par contre j’ai eu la chance extraordinaire d’en avoir trouvé une en solde sur mon palier ^^

    Son prénom Hélène elle a plus de 91 ans et oublie tout comme le poisson dans némo ^^

    Je me serais occupée d’elle durant près de six mois 7 jours sur 7 et plus de 5 heures par jours.

    Il faudrait qu’elle aille dans une maison c’est même ce que je lui souhaite, mais allez savoir pourquoi son fils refuse.

    Du coup elle passe toutes ses journées seule dans son appartement, elle y fait des bêises souvent ^^

    Mais Hélène est un peu notre momie à nous dans l’immeuble, on la garde précieusement et comme on peut nous essayons d’être là pour elle.

    H

    ps: je t’ai dis que que j’adorais te lire ? non ? pffff ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>