Culture

Some kind of unreal music #10 : A la faveur de l’automne…

Les températures actuelles, la nuit qui descend à 20 h nous rappelle l’inexorable : nous glissons vers la morte saison. Pour beaucoup, le travail ou les études ont repris, avec le stress des transports, les nouveautés, les projets qui s’accumulent… Quelquefois, de surcroît, rentrée scolaire rime avec Christophe Rippert :

http://www.youtube.com/watch?v=5Oh40O4Oqes

  • Et ça, c’est vraiment la lose.

Mais on ne va pas passer la fin de 2011 à écouter, nostalgique, À nos actes manqués de M. Pokora. Déjà, parce que sur le plan qualitatif, ce n’est pas ce que l’on a fait de mieux en termes de tubes de l’été. Mais surtout parce qu’à la nouvelle saison, comme dans la mode, il y a des tendances que je m’apprête avec enthousiasme à vous décrypter mieux que China Moses, et encore mieux que feue Tania « Putafrange » Bruna-Rosso.

Donc, cet automne 2011, nous aurons :

Le nouveau Coldplay vaudra-t-il Viva la Vida ?

En ce mois de juillet enchanteur, le cœur joyeux, je disais à mon Homme de l’époque : Purée, je suis trop impatiente de découvrir un nouvel album de Coldplay ! Ce en quoi, pour attiser encore plus mon enthousiasme, il me dit : Tu sais qu’ils sortent un album cet automne ? Tout aussi attisée par les yeux de mon chéri que par cette révélation, je fis une petite crise d’hystérie dans le restaurant comme je sais si bien en faire.

Et puis je tombe sur ça :

  • Première écoute : Ouais, dis donc, ça pulse bien, c’est frais, c’est chouette, ils ont enfin abandonné les ballades larmoyantes ! Deuxième écoute : Eh mais putain, c’est quoi ce clip en slow motion avec ce trop-plein de Stabilo ? Et puis Chris, c’est quoi cette coupe de cheveux de merde, où sont passés tes bouclettes ? On dirait que t’as fait ton coming-out ! Et puis pourquoi j’ai envie de chanter « Ritmoooo… Ritmo de la nocheeee…. » ? Un seul commentaire sur Youtube suffit à exprimer mon sentiment : Just be careful if you have epilepsy.

Bref, si je considère que Viva la Vida est pour l’instant le meilleur album du groupe, c’est qu’il a su ajouter une dimension rock et romantique à un univers très connoté brit-pop. La production de Brian Eno avait su dégager d’autres horizons que la pop tire-larmes et les univers éthérés. Les mélodies, l’ambiance générée, la qualité sonore, les textes, bref, tout était parfait.

Tandis que ce que nous présente Every teardrop is a waterfall, c’est quelque chose de fallacieux, de non-assumé, comme si Chris Martin s’était dit : Youhou, je suis un dieu du 21e siècle, je suis juste trop cool, les gens m’adorent, quoi que je fasse ! Je me souviens, à l’époque, d’avoir été désarçonnée par Violet Hill, mais je n’avais pas eu l’impression que Chris se foutait de notre gueule. J’attends donc la sortie de l’album, aux alentours du 24 octobre, pour me faire un réel jugement, si je dois regretter le temps où Chris Martin était un vrai dieu au piano-voix.

Le rap français en deuil

DJ Mehdi, 34 ans, est décédé ce mercredi 13 septembre 2011 d’une chute accidentelle. La toile s’est affolée après un tweet assez éloquent de DJ Cut Killer. Depuis, bon nombre d’hommages se multiplient pour le producteur et DJ quasi attitré du 113 et de la Mafia K’1 Fry (à ses débuts), qui a également accompagné MC Solaar, avant de se tourner vers l’électro et de fonder le Club 75 avec notamment Justice et Cassius.

Bref, un artiste qui a exploré toutes les formes de kif aux platines et qui allait devenir assez culte en son genre. À l’occasion de son décès, les Inrocks ont déterré une interview de lui, datant de 2002 : on retrouve un discours assez frais sur le hip-hop, mais aussi sur l’influence familiale et le fait de mixer comme on jouerait un jeu d’enfant.

http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/69991/date/2011-09-13/article/dj-mehdi-interview/

Sinon, qu’est-ce qu’on écoute ?

Français : Miossec, Chansons ordinaires.

Miossec et moi, c’est une histoire intestine. Ma sœur crachait son spleen sur Boire, je crachais le mien sur Baiser en regardant la pluie tomber. Depuis une quinzaine, je suis donc la carrière du Brestois bourru en filigrane de ma vie. L’album promet des montées de rock, avant l’écoute. Ce que j’en écoute, c’est un son un peu plus riot, mais pas forcément un homme en colère.

La morne de Miossec est tout à fait reconnaissable, et je suis toujours aussi fan de ses textes, qui peuvent s’avérer quelquefois simplistes ou violents, mais toujours aussi percutants. Continue comme ça, Christophe, moi je ne te lâcherai jamais…

Brit-Dance : The Rapture, In the grace of your love

C’est un fait : j’avais beaucoup entendu parler de ce groupe, sans pour autant écouter un seul de leurs morceaux. Il paraît que cela fait 5 ans que ces New-Yorkais n’avaient pas sorti d’album. J’écoute donc les extraits de cet album avec une oreille très peu avertie.

Et ce que je retrouve dans la plupart de l’ambiance de l’album, c’est le premier album de Franz Ferdinand. Quelque chose d’à la fois très rock et de très dance sautillante. Et je dis : ça sent l’album pour l’automne…

Laurent Romejko a annoncé pour la météo de ce mardi 19 septembre 2011 un été indien… Quoi de plus tentant que de terminer cette chronique ainsi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>