Humeurs

Laissez un message après le biiiiiiiiiiiip

Je suis sèche comme une palourde laissée trop longtemps hors de la marée. D’habitude à cette époque de l’année j’ai déjà noirci mon cahier avec mes (brillantes-extraordinaires-honorables-hypocrites-rayer les mentions inutiles) bonnes résolutions pour la rentrée. Vous savez ce cahier à paillettes, à plumes, reliure simili cuir dans lesquels on rédige entre copines les résolutions qui sans aucun doutes feront de nous des saintes.

Laissez un message après le biiiiiiiiiiiipEt bien cette année c’est la grève. Pas même l’ombre d’un post-it pour faire bonne figure, alors pour rigoler c’est aux autres je vais demander. Mais c’est la peur au ventre que je lancerai ce sondage car je suis à peu près sure du verdict. Attention 5,4,3,2,1, je vous préviens ça va être trash : « Mag, cette année bordel de merde, décroche ton téléphone » !

Je vous avais prévenu c’est moche. Alors d’emblée je proteste tel une vraie Krazukette, sous prétexte que je suis gonzesse ascendant geekette suréquipée je devrais… je vous le donne en mille… téléphoner. La bonne blague. Comme si moi, j’allais causer dans le poste à des correspondants invisibles, m’engueuler dans le vide dans la rue, vociférer comme un fantôme ennemi, comme si moi, j’allais glousser dans le métro devant un parterre de badauds ahuris…

Ben oui vous l’aurez compris je suis une erreur chromosomique, une honte pour mon sexe, un homme planqué dans un corps de rêve. Je déteste le téléphone. Je le hais. Je le conchie, je l’ignore, je le boude, je le planque à fond de mon sac, je le perds, je l’observe avec suspicion quand il se met à vibrer.

D’ailleurs c’est bien simple, ce truc là a été inventé pour me torturer. Qui est-ce ? Que me veut-on ? A qui je n’ai pas répondu ? Qui va donc m’engueuler d’avoir dû laisser 12 messages ? Dans le doute je ne suis pas folle : autant ne pas répondre. Planquée rougissante, un peu honteuse, franchement flippée je regarde sonner cet engin du diable, osant à peine écouter mes messages.

A ma décharge je suis sure que si l’on m’hypnotisait, on s’apercevrait que je suis une traumatisée du combiné. Peut être s’est-on acharné à m’appeler pendant que j’étais aux cabinets, peut être retrouverait-on des sextos envoyés par erreurs à mon collègue de bureau (la ligne juste au-dessus du tel de chéri chéri), ou des photos pseudos sexy du menton envoyées à l’ado hilare de chéri chéri (oui tout est de sa faute), peut-être mettraient-ils ma mère derrière les barreaux pour harcèlement et menace de mort (la menace de débarquer sans prévenir étant reconnu par les tribunaux de la Haye comme une menace de niveau 1).

Peut-être s’apercevrait-on que j’ai été larguée par tel plus souvent qu’à mon tour, que j’ai abusé moi-même des SMS de rupture et que Cupidon, las de vider son carquois sur ma cause, a enfin trouvé une façon de se venger…

Oui je sais je sais je suis pas rigolote, c’est super sympa le phone. Tiens ne serait-ce que pour le sexphone vous allez me dire. Ben tiens. Moi j’imagine déjà la scène. « Tu sens ma main qui se frotte contre ta braguette. » dit la meuf un tantinet perplexe devant une redif du Bonheur est dans le pré. Tiens cette année y a pas que des candidats résultant de décennies de croisements consanguins. Y a aussi des cas soc’. Roh il est rigolo lui à quatre pattes avec ses vaches, ah oups ce sont des candidates, mais… que fait-il à quatre pattes ? Quoi ? hein ? Ah oui pardon « oui oui moi aussi, je sens que ça vient ».

Et ça c’est quand je suis positive sinon j’imagine pire, voyez plutôt la scène… « Chérie ? Chériiiiiiie ? » Hurle le mâle qui n’entend plus depuis 5 minutes qu’un affreux vrombissement digne d’un Jumbo Jet à destination de Rio. Son murmure érotique s’est transformé dès lors en hurlements agacés « Mais tu la sens ma main là ptin ? Mais réponds quoi … ». Comme si toutes les femmes étaient équipées d’un toy silencieux. Notez à ce propos les fantastiques progrès réalisés pour les lave-vaisselle et presque nada pour les jouets. A quand les vibros Candy, 37 db 11 couverts ?

Bref rien que d’y penser mes mains se moitifient, je sens venir non point l’orgasme mais une terreur infinie. Téléphoner, parler, décrocher. Je vous en supplie, épargnez moi, sauvez moi, guérissez-moi… Au nom du père, de mon fils et des saints d’esprit… ECRIVEZ-MOI.

(cc) splorp

One Response to “Laissez un message après le biiiiiiiiiiiip”

  • T’inquiète, on est nombreuses à être phonophobes! Et perso je trouve que ce sont plus souvent les hommes qui sont accro à ces gadgets. Moi j’ai mis une sonnerie spéciale pour mon homme, comme ça je ne décroche que si c’est lui (qui a rarement des choses désagréables à me dire), les autres gens laissent des messages, que je n’écoute pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>